Publié le 18 mai 2015

EMPREINTE SOCIALE

13e baromètre de la finance solidaire : l’épargne bancaire en forte hausse

Malgré un contexte économique et social tendu, la finance solidaire se porte bien. Sa croissance est même forte. C’est le bilan que dresse l’association Finansol dans son baromètre publié ce lundi. Autre fait marquant, l’épargne bancaire a bondi de 17% sur les 12 derniers mois. De quoi motiver les banques à se positionner sur ces placements solidaires.

Photo d'illustration
iStock

6,8 milliards d’euros, c’est l’encours atteint par la finance solidaire en 2014, selon les chiffres publiés aujourd’hui par l’association Finansol, dans son baromètre annuel. Si la progression est moins forte que l’an passé (+28% entre 2012 et 2013), les investissements dans des produits financiers à but social ont cependant augmenté de 13,6% sur un an, soit une hausse de 818 millions d’euros.

 

"Des épargnants plus nombreux et fidèles", selon Finansol

 

"Dans un contexte économique et social tendu, et malgré des taux d’intérêt historiquement bas, nous nous félicitons de l’évolution de la finance solidaire en 2014", commente Sophie des Mazery, directrice de Finansol. "Cela prouve que les épargnants sont de plus en plus nombreux à faire le choix de l’épargne solidaire et lui restent fidèles."

Dans le détail, l’épargne salariale continue de porter le secteur. Elle représente 60,5% de l’encours total et progresse de 12% entre 2013 et 2014. L’épargne collectée par les entreprises solidaires augmente elle aussi de 10.4%, et représente 470 millions d’euros. Mais c’est l’épargne bancaire qui a surtout connu une croissance record l’an passé, avec une hausse de 17%, pour atteindre 2,2 milliards d’euros. "La progression sensible des encours bancaires confirme que les banques ont de réelles opportunités à saisir en commercialisant de manière plus volontariste les placements solidaires", précise encore Sophie des Mazery.

 

"La dimension solidaire est un gage de succès" pour la MAIF

 

C’est le cas de la BNP Paribas, présente le 13 avril dernier lors d’une réunion des acteurs de la finance solidaire à l’occasion des vingt ans de Finansol. "Pour être mieux diffusés auprès des investisseurs particuliers, les produits financiers solidaires qui sont liés à l’entreprenariat social sur lequel nous travaillons beaucoup, nécessitent une formation spécifique" explique Raphaèle Leroy, responsable des relations avec les consommateurs pour la banque de détail. "C’est pourquoi nous avons une cinquantaine de référents spécialistes de l’économie sociale et solidaire."

La MAIF a, quant à elle, innové avec des produits comme l’assurance vie responsable et solidaire, ou le Fonds d’investissement de proximité (FIP) solidaire. "Ce FIP est investi à 10 % dans des entreprises solidaires, et les 90 % restants financent des PME dans des secteurs non délocalisables comme l'hôtellerie, la dépendance ou la santé" explique Dominique Mahé, son président. "Quelle que soit la nature des produits proposés, leur dimension solidaire est un gage de succès puisqu’il y a une proximité de valeurs  entre celle de nos sociétaires et celles de l’économie solidaire."

 

43 000 emplois créés ou consolidés

 

Concrètement, les fonds collectés en 2014 ont permis de soutenir 1 200 associations ou entreprises ayant une activité d’utilité sociale et environnementale, et de consolider ou de créer 43 000 emplois. Un tiers des investissements a aussi servi à aider des particuliers. Près de 5 000 personnes ont ainsi bénéficié d’un accompagnement vers un logement décent et 15 000 foyers ont été approvisionnés en énergie renouvelable. Cela donne un aperçu assez large de tout ce que réalise la finance solidaire. Au total, plus d’un million de Français ont investi dans la finance solidaire l’année dernière.

Pour aller encore plus loin, la GABV (Global Alliance for Banking on Values), créée après la crise financière de 2008 pour promouvoir un système bancaire plus éthique, vient de lancer un nouvel outil : le fonds SFRE. Déjà doté de 40 millions de dollars, il prend des participations au capital de banques partageant les valeurs de la GABV. Elles seraient potentiellement 2000 à travers le monde. L’objectif affiché est de passer à un milliard d’actifs sous gestion d’ici dix ans.


NB : Pour connaître les fonds labellisés par Finansol : http://www.finansol.org/fr/recherche-produits.html?

 

 

Concepcion Alvarez
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles