Travail forcé

Le travail forcé caractérise selon le code pénal « le fait, par la violence ou la menace, de contraindre une personne à effectuer un travail sans rétribution ou en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli ».

Souvent qualifié d’esclavage moderne, le travail forcé est encore présent dans de nombreux secteurs comme le travail agricole, l’industrie, le travail domestique et le travail du sexe.  De nombreux organismes pointent la responsabilité de multinationales, notamment via leur chaîne d’approvisionnement. Les travailleurs migrants et les populations autochtones sont particulièrement vulnérables au travail forcé.  

Près de 21 millions de personnes seraient aujourd’hui victimes de travail forcé, selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Selon la même source, le travail forcé génère chaque année 150 milliards de dollars de revenus illicites.  

Pour lutter contre ce fléau, l’OIT a mis en place un nouveau protocole juridiquement contraignant. Des pays comme le Royaume-Uni mettent aussi en place de nouvelles lois comme le Modern Slavery Act pour contraindre les entreprises à mieux prendre en compte ces risques.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Coupe du monde 2022 : Vinci passe l’épreuve de l’audit haut la main

Visé par une seconde plainte pour travail forcé sur les chantiers de la Coupe du monde 2022 au Qatar, Vinci entend bien démontrer qu’il a appris de ses erreurs et que la situation sur place évolue vers de meilleurs standards. Le groupe a dévoilé les résultats d’un premier audit mené par la...

[Édito vidéo] Un humain sur 200 est un esclave… et travaille un peu pour nous

L’esclavagisme se porte bien. Plus de 40 millions d’esclaves génèrent 150 milliards de dollars par an. Cette économie n’est pas éloignée de nous, elle est présente dans nombre de secteurs dont nous consommons les produits chaque jour.

Coupe du Monde 2022 : Sherpa porte plainte contre Vinci

Le bras de fer entre Sherpa et Vinci est relancé. L’ONG a déposé une nouvelle plainte contre le géant du bâtiment pour travail forcé sur les chantiers de la Coupe du Monde de 2022 au Qatar. Après avoir vu l’affaire classée sans suite en début d’année, l’ONG revient à la charge avec cette...