Travail forcé

Le travail forcé caractérise selon le code pénal « le fait, par la violence ou la menace, de contraindre une personne à effectuer un travail sans rétribution ou en échange d’une rétribution manifestement sans rapport avec l’importance du travail accompli ».

Souvent qualifié d’esclavage moderne, le travail forcé est encore présent dans de nombreux secteurs comme le travail agricole, l’industrie, le travail domestique et le travail du sexe.  De nombreux organismes pointent la responsabilité de multinationales, notamment via leur chaîne d’approvisionnement. Les travailleurs migrants et les populations autochtones sont particulièrement vulnérables au travail forcé.  

Près de 21 millions de personnes seraient aujourd’hui victimes de travail forcé, selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Selon la même source, le travail forcé génère chaque année 150 milliards de dollars de revenus illicites.  

Pour lutter contre ce fléau, l’OIT a mis en place un nouveau protocole juridiquement contraignant. Des pays comme le Royaume-Uni mettent aussi en place de nouvelles lois comme le Modern Slavery Act pour contraindre les entreprises à mieux prendre en compte ces risques.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Notation RSE : Ecovadis lève 200 millions de dollars auprès du fonds américain CVC

C’est une méga levée de fonds pour une entreprise d’évaluation ESG (environnemental, social et gouvernance) des entreprises. Le fonds d'investissement américain CVC Capital Partners vient d’investir 200 millions de dollars dans la plateforme d’évaluation extra financière Ecovadis présente...

La carte de vœux contenait un appel au secours de prisonniers forcés de travailler en Chine

Une fillette de six ans a découvert dans une carte de vœux un appel au secours de prisonniers détenus en Chine et soumis au travail forcé. La chaîne de supermarchés Tesco, qui a fabriqué la carte, a immédiatement suspendu la production dans l'usine en question et lancé une enquête.

[Vidéo] Le Qatar climatise un stade pour la Coupe du monde 2022 (et ça en refroidit certains)

Une polémique remplace une autre. Le Qatar vient d'inaugurer le stade Al-Wakrah, l'un des huit à accueillir la Coupe du monde 2022. Pour contrer la chaleur du désert pouvant monter jusqu'à 50°C, ce petit État pétrolier a installé une climatisation dans le stade. Une hérésie...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable