Traité sur la charte de l’énergie

Entré en vigueur en 1998, le Traité sur la Charte de l'Energie est un accord d'investissement multilatéral fournissant un cadre à la coopération internationale en matière d'énergie. Accompagné d'un protocole sur « l'efficacité énergétique et aspects environnementaux connexes », le traité couvre l'ensemble des activités énergétiques commerciales, incluant les investissements, le transit, l'efficacité énergétique, le commerce et le règlement des différends. Juridiquement contraignant, son but est de favoriser la sécurité énergétique à travers la construction d'un marché de l'énergie concurrentiel et ouvert, tourné vers le développement durable. Destiné ainsi à libéraliser le marché et à protéger les investissements, le traité reconnaît cependant la souveraineté énergétique des pays conformément aux règles de droit international public. Rassemblant 53 états, le traité est aujourd'hui critiqué par des ONG  qui dénoncent son incompatibilité avec le « Green Deal » européen.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Traité sur la charte de l'énergie : l'Union européenne reste engagée dans cet accord décrié

Ce vendredi 24 juin se tenait le quinzième et dernier cycle de négociations sur le Traité sur la charte de l’énergie (TCE). Ce texte permet à des investisseurs d'attaquer des États quand ils adoptent des lois climatiques qui remettent en cause leurs intérêts. Critiqué depuis des années, le...

Cinq entreprises de l’énergie réclament près de 4 milliards d’euros à des États européens pour leurs politiques climatiques

Cinq entreprises des énergies fossiles, parmi lesquelles RWE, Uniper ou Rockhopper, attaquent des États européens pour leurs engagements climatiques. Une aberration alors que les rapports du Giec se multiplient pour alerter sur l'accélération et les impacts du changement climatique. Cela...

Montagne d’or : la France attaquée devant un tribunal par une compagnie russe

La compagnie minière russe Nordgold a attaqué la France devant un tribunal suite à sa décision de mettre fin au projet de la Montagne d'or en Guyane. L'entreprise devait y exploiter les mines. Elle demande un dédommagement de quatre milliards de dollars au nom d'un accord bilatéral passé...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable