Télétravail

L’Accord national interprofessionnel de 2005 sur le télétravail en donne une définition précise :

« C’est une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail (ou d’un avenant à celui-ci) et dans laquelle un travail, qui aurait également pu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière ».

Cette définition implique donc les éléments suivants : le travail est réalisé hors des locaux de l’employeur, généralement par le biais d’Internet ou du téléphone ; il ne doit pas être occasionnel, mais réalisé très régulièrement de cette façon, pour que le statut de télétravailleur puisse être conféré à l’employé ; le salarié doit avoir consenti à travailler de cette manière et signé un contrat de travail (ou un avenant à celui-ci) spécifique au télétravail.

Le télétravail peut être effectué, aussi bien depuis le domicile du salarié, que depuis un télécentre ou autre. Pour l’employé, le télétravail représente un réel avantage au niveau du temps. En effet, il lui permet d’être dispensé du temps de trajet pour aller au lieu de travail (voiture ou transports en commun) et d’aménager son temps de travail avec plus de liberté. Quant à l’entreprise, son principal bénéfice est l’économie de frais de location de bureaux.

Juridiquement, le télétravail est encadré par la loi qui impose des obligations tant au salarié qu’à son employeur. Le télétravailleur a l’obligation de laisser l’employeur inspecter son temps de travail et il doit respecter les plages horaires établies par ce dernier pour pouvoir être contacté. Quant à l’employeur, il lui incombe la prise en charge de la totalité des coûts découlant de l’exercice du télétravail : coûts des matériels, abonnements (téléphone, internet), maintenance de ces outils, etc. Mais pour prévenir de certains abus, il doit informer le télétravailleur des éventuelles restrictions concernant l’utilisation du matériel mis à disposition et des sanctions encourues en cas de non-respect.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Entre sobriété choisie et sobriété subie, les entreprises s’organisent tant bien que mal

Des groupes ont dégainé leur "plan sobriété" exigé par le gouvernement pour économiser de l'énergie et permettre à la France de passer l'hiver sans coupure d'électricité. D’autres vont suspendre leur activité et subir cet état de sobriété car ils ne sont pas en mesure de faire face à...

Bientôt des "ambassadeurs de la sobriété" dans les entreprises pour accélérer leur transformation

Depuis l’Université d’été du Medef, Elisabeth Borne encourage les chefs d’entreprises à créer des postes "d’ambassadeurs de la sobriété". Elle enjoint les sociétés à tout faire pour éviter "les coupures subies" autrement les entreprises seraient les "premières touchées" en cas de...

Pouvoir d'achat : toujours pas de mesures ciblées pour les travailleurs les plus modestes

La remise de 18 centimes par litre de carburant va passer à 30 centimes à la rentrée. C'est le fruit d’un compromis à l’Assemblée nationale entre la majorité et le groupe les Républicains. Le gouvernement, qui souhaitait la mise en place d’une indemnité carburant plus spécifique ciblant...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable