Max Havelaar

Fondé en 1988, le mouvement Fairtrade / Max Havelaar se présente comme un modèle de commerce équitable, labellisé internationalement, qui regroupe 30 ONG et des représentants de presque 1 600 organisations de producteurs et de travailleurs de 75 pays. Destiné en premier lieu au café, le label concerne aujourd’hui 30 000 produits et offrirait, selon l’organisation, quatre garanties qui « reposent sur un socle commun de critères économiques, sociaux et écologiques garantissant un développement durable » : meilleure rémunération pour les producteurs et travailleurs, conditions de travail décentes, respect de l’environnement, autonomie et gestion démocratique des coopératives de producteurs. Fairtrade International se fixe cinq missions :

  • Établir le cahier des charges à respecter par tous les acteurs du commerce pour obtenir la certification Fairtrade / Max Havelaar.
  • Développer le commerce équitable au niveau mondial, en améliorant sans cesse le modèle pour maximiser et optimiser son impact.
  • Coordonner les programmes de soutien aux producteurs.
  • Promouvoir et défendre une justice accrue dans le commerce international.
  • Mesurer les effets du commerce équitable au moyen d’études réalisées sur le terrain.

Max Havelaar s’implique également dans cinq champs d’action complémentaires : droits des femmes, renforcement de l’autonomie des producteurs, lutte contre le travail des enfants, droits des travailleurs, et lutte contre le changement climatique.

En 1992, l’ONG Max Havelaar a été fondée et promeut les objectifs généraux du mouvement. Elle ne participe pas aux processus de vente. Elle gère le label en France, fait du lobbying auprès des pouvoirs publics et des citoyens, propose d’accompagner les entreprises et d’apporter son aide aux coopératives des pays en développement pour qu’ils trouvent un marché en Europe.

Max Havelaar a plusieurs fois été soumis aux critiques. En 2014 notamment, L’Obs avait pointé quatre reproches faits au mouvement : le « fairwashing » (le label peut être obtenu sans que 100% des ingrédients d’un produit soient labellisés), un défaut de transparence et de démocratie, un turn-over qui voie des agronomes remplacés par des commerciaux, ainsi qu’une concurrence entre labels.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

[Infographie] Les Objectifs de développement durable de l'ONU soulignent aussi les inégalités en France

Les 17 objectifs de développement durable (ODD) sont souvent vus comme un sujet de pays en développement, mais la France est bien concernée. Dans un rapport publié en mai dernier, des associations ont passé les grandes inégalités sociales, environnementales et économiques en revue au...

Le commerce équitable s’installe dans la consommation française

Les produits labellisés "commerce équitable", en soutien aux agriculteurs des pays du sud, mais aussi aux producteurs français, ont connu un bond de 22 % de leurs ventes en France l'an passé, illustrant un "envol" de la "consommation responsable". C’est le constat de la plateforme qui...

[La vidéo des solutions] Pour la Saint-Valentin, les roses équitables, un cadeau qui ne pique pas

C'est le traditionnel cadeau de la Saint Valentin, un bouquet de roses rouges offertes à l'être aimé. Mais derrière ces fleurs, se cachent des conséquences environnementales et sociales néfastes. Pour y remédier, plusieurs fleuristes misent des roses équitables labelisées par Max Havelaar....