Gig economy

La gig economy signifie, littéralement, l’économie des petits boulots.

Le terme, très populaire aux Etats-Unis, désigne principalement les plateformes collaboratives comme Uber ou Deliveroo qui n’emploient pas des salariés mais travaillent avec des micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs, qui exercent une entreprise individuelle sous le régime fiscal de la micro-entreprise.)

La gig economy incarne un nouveau modèle en plein essor. Au Royaume-Uni, elle représente cinq millions d’emplois, concentrés dans les secteurs de la livraison de nourriture ou la conduite de taxi. Ces emplois temporaires à la tâche et flexibles coûtent peu cher.

Cependant, les travailleurs-indépendants ne bénéficient d’aucune protection sociale et dénoncent tour à tour leurs conditions de travail. Dans le cas d’Uber, leader des plateformes de réservation, les chauffeurs de VTC (véhicules de transports avec chauffeurs) réclament une meilleure rémunération à la course, une baisse de la commission d’Uber et de meilleures conditions de travail. Face à la fronde, les législations pourraient bientôt changer.

Face à l’émergence de ces nouvelles économies, les pays scandinaves, eux, expérimentent déjà une nouvelle forme de modèle : la flexisécurité, une libéralisation totale des contrats et des conditions d’embauche ou de licenciement.    

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Livreurs, coursiers, chauffeurs : les "travailleurs libres" se révoltent contre les plateformes

La Californie qui ratifie une loi pour requalifier les chauffeurs Uber et Lyft en salariés, et des dizaines de livreurs Deliveroo qui bloquent des restaurants partout en France depuis presque deux mois.... La "Gig economy", l'économie des petits boulots et ses promesses de travail libéré,...

Uberisation : de Paris à Londres, les lignes bougent

Syndicats de VTC et représentants d’Uber discutent, cette semaine à Paris, des conditions de travail et de rémunération des chauffeurs. Parallèlement, à Londres, plusieurs plateformes, dont Uber, ont reconnu qu’elles seraient toujours "viables" si elles employaient des salariés et non plus...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable