Autorité de Sûreté Nucléaire

L’ASN, l’Autorité  de Sûreté Nucléaire, assure le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection au nom de l’État afin de protéger les populations et l’environnement. Il s’agit d’une autorité administrative indépendante.

L’ambition de l’ASN est de pouvoir exercer un contrôle reconnu par les citoyens et devenir une référence internationale en matière de sûreté nucléaire.

Ses principales missions sont :

  • La réglementation : l’ASN donne son avis au Gouvernement pour participer à la création de la réglementation. Mais aussi en prenant des décisions réglementaires techniques  
  • L’information des citoyens : l’ASN s’engage à informer le public, même en cas de situation d’urgence   
  • Le contrôle : l’ASN est chargée de vérifier le respect des règles et prescription concernant les installations ou activités qu’elle contrôle 

L’ASN regroupe 483 personnes et son budget s’élève à 80 millions d’euros. Elle est investie par la loi 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, dite Loi L’agence s’appuie sur des expertises techniques extérieures et de recommandations venant de groupes d’experts, en particulier sur l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire). Chaque année, l’ASN remet un rapport sur la sûreté nucléaire et la radioprotection au Parlement. Il présente en détail les activités de l’ASN, mais aussi son point de vue sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France.  

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Cinq questions pour comprendre la distribution de pastilles d’iode autour des centrales nucléaires en cas d'accident

Plus de deux millions de riverains de centrales nucléaires vont recevoir ces prochains jours des courriers de l'Autorité de sûreté nucléaire dans le cadre d'une campagne complémentaire de distribution de comprimés d'iode. Celle-ci fait suite à l’augmentation de 10 à 20 kilomètres des...

Nucléaire : la mise en service de l'EPR de Flamanville encore retardée d'au moins trois ans

La mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) sera encore retardée d'au moins trois ans à la suite des problèmes de soudures, a admis vendredi 26 juillet EDF, qui prendra plusieurs mois pour préciser le nouveau calendrier et les coûts du chantier. Si cette nouvelle était attendue, ce...

[Décryptage] Pourquoi la chute du réacteur nucléaire EPR ne devrait réjouir personne

Le nouveau retard de l’EPR, qui ne devra pas démarrer avant 2022 au mieux, est un terrible coup de boutoir pour EDF et pour tout le programme de nouveau nucléaire en France. Mais c’est aussi une très mauvaise nouvelle pour la politique climatique française. Car sans la puissance de l’EPR...