Publié le 25 octobre 2018

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[La vidéo des solutions] À Paris, une auberge de jeunesse écoresponsable pour un tourisme durable

Le tourisme représente 10 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Pour y remédier, l'auberge de jeunesse Yves Robert, situé dans le 18ème arrondissement de Paris, a tout misé sur l'écoresponsabilité. 3500 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques sur les toits, puits canadien, bois, isolation... "On veut montrer qu'il est possible d'opter pour du tourisme durable en ville". 

L'Auberge de jeunesse Yves Robert est situé à la Halle Pajol, dans un ancien entrepôt de la SNCF.
Marina Fabre

C’est un écoquartier qui tranche dans le paysage du populaire 18e arrondissement de Paris. À quelques pas de la station Marx Dormoy, se dresse une immense halle industrielle remise au goût du jour. C’est la Halle Pajol, un ancien entrepôt de tri postal de la SNCF, réhabilité en bibliothèque, gymnase et désormais en auberge de jeunesse.

Sur son toit : 3 500 m2 de panneaux solaires photovoltaïques. "C’est la deuxième plus grande centrale urbaine photovoltaïque de France", se félicite Edith Collavizza, directrice adjointe de l’auberge de jeunesse Yves Robert. Il faut dire que l’architecte, Françoise-Hélène Jourda, spécialiste de l’architecture environnementale, à tout miser sur l’écoconception, de l’isolation du bâtiment à la récupération de la chaleur des eaux grisées. Un puits canadien est par exemple utilisé pour remplacer la climatisation : l’air chaud de l’intérieur passe sous le bâtiment où il se refroidit.

L'eau est chauffée par des panneaux solaires thermiques

"Notre eau est chauffée à 75 % par des panneaux solaires thermiques. Ce sont les rayons du soleil qui viennent chauffer un premier liquide qui ensuite transmet sa chaleur à l’eau que l’on va utiliser pour la douche ou pour se laver les mains", explique Edith Collavizza. Le bois est présent partout dans l’auberge de jeunesse. Matériau de prédilection de l’architecte, il est surtout un très bon isolant.

"On veut montrer qu’il est possible d’opter pour un tourisme durable en ville. On n’est pas obligé de s’éloigner, d’aller dans un endroit reculé", défend Edith Collavizza. Aujourd’hui, le tourisme de masse représente 10 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. L’Auberge de jeunesse veut ainsi sensibiliser les touristes aux questions environnementales.

"Un touriste consomme deux fois plus d'eau qu'un habitant"

"Un touriste consomme deux fois plus d’eau qu’un habitant local. C’est-à-dire qu’en vacances on profite plus, on prend plus son temps. D’où l’importance de trouver des solutions alternatives à nos modes de consommation traditionnelle", souligne la directrice adjointe.

L’auberge de jeunesse, qui a ouvert ses portes en 2013, n’a pas encore estimé son impact carbone. Mais la tendance est bonne. Par rapport à une auberge similaire, elle consommerait 20 % d’eau en moins et, grâce à des murs de bois et de béton d’une épaisseur de 40 centimètres ainsi que des fenêtres non ouvrables, elle chaufferait beaucoup moins le bâtiment. Une expérience à suivre de près. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Vidéos

Chaque semaine, Novethic vous emmène, en vidéo, au coeur des nouveaux modes de consommation, des nouveaux modes de production et de la transition énergétique.

Gaspillage vestimentaire FabBrick

[La vidéo des solutions] FabBrick, la startup qui transforme nos déchets textiles en briques écologiques

C'est une petite marque qui monte. La startup FabBrick, lancée fin 2018, a créé un nouveau matériau de décoration et bientôt de construction : les déchets textiles. Alors que l'Europe en génère quatre millions de tonnes chaque année, l'architecte Clarisse Merlet a trouvé un procédé pour les...

Toy rescue barbie

[La vidéo des solutions] Pour Noël, les jouets cassés reprennent vie grâce à la plateforme d'impression 3D Toy Rescue

Une Barbie sans bras, un Rex boiteux, une Gameboy silencieuse... Et si, au lieu de jeter ces jouets cassés, vous les répariez ? La société Dagoma a lancé l'opération Toy Rescue et permet, grâce à l'impression 3D, d'obtenir les pièces détachées des 100 jouets les plus vendus des 30 dernières années...

Bilum Marina Fabre

[La vidéo des solutions] Gilet de sauvetage, tenue de gendarme, affiche… Chez Bilum, les déchets deviennent des accessoires de mode

Des gilets de sauvetage d'Air France transformés en trousses, des vieilles peaux de montgolfières en sacs à dos, des affiches publicitaires en housses d'ordinateur... Depuis quinze ans, Bilum récupère les matériaux destinés à l'incinération pour créer des produits originaux et porteurs d'histoire....

Veja reparation Marina Fabre

[La vidéo des solutions] Dans son magasin du futur, Veja répare et recycle vos vieilles baskets

La marque de chaussures écologiques Veja vient d'ouvrir son "laboratoire" à Bordeaux. Elle y teste ses innovations écoresponsables. Dernière en date : un service de cordonnerie au coeur du magasin dont le but d'allonger au maximum la durée de vie des baskets. Et si elles sont irréparables, Veja les...