Publié le 08 décembre 2022

SOCIAL

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples autochtones contestent le lieu sélectionné affirmant que leurs droits n'ont pas été respectés. Ils apparaissent comme une variable d'ajustement face aux enjeux relatifs au climat, à la protection de la biodiversité, et au développement économique.

Mangrove saint laurent du maroni
La ville de Saint-Laurent du Maroni, proche de l'emplacement de CEOG, est entourée d'une biodiversité riche, entre mangroves et forêts.
@ Jody Amiet / AFP

Une délégation Kali'na, un peuple autochtone amérindien, s'est rendue à Paris du 20 novembre au 7 décembre pour contester l'installation de la centrale solaire à hydrogène CEOG près de leur village guyanais, Prospérité. 16 hectares de forêt ont déjà été rasés sur les 140 hectares d'emprise en sol du projet.

Le lieu sélectionné pour CEOG se situe à moins de deux kilomètres de Prospérité, au cœur d'une forêt qui est "une zone de vie" et un lieu de "transmission culturelle" qu'"il est important de préserver", affirme Clarisse da Silva, membre de l'association des Jeunesse Autochtone de Guyane. La mise en garde à vue du chef du village Roland Sjabere le 24 octobre suite à une manifestation sur le lieu du projet a mis le feu aux poudres, vécue comme une humiliation.

Atteindre 100% de renouvelable à l'horizon 2030

Le projet CEOG illustre à quel point il est difficile de concilier les intérêts de la transition énergétique avec ceux des peuples autochtones. Le fait de ne pas prendre en compte les droits des peuples autochtones peut se révéler désastreux, comme le montre la controverse de Rio Tinto en Australie, qui avait détruit un site aborigène vieux de 46 000 ans. Le directeur général du géant minier avait été débarqué dans la foulée.

En Guyane, le projet doit répondre aux problématiques de sécurisation de l'accès à l'électricité en Guyane, qui connaît "des coupures quotidiennes", "particulièrement dans certains quartiers de Saint-Laurent du Maroni", la ville voisine, témoigne Clarisse Da Silva. "Nous avons besoin d'énergie, nous ne sommes pas opposés au projet mais à son emplacement", précise-t-elle.

CEOG s'inscrit aussi dans l'objectif d'atteindre 100% d'énergies renouvelables à l'horizon 2030 que la Guyane s'est fixée. Cette centrale solaire, réalisé par l'entreprise HDF Energy, s'appuie sur des batteries à hydrogène afin de fournir au réseau électrique une énergie stable, sans intermittences. Une première mondiale pour un projet de cette envergure, selon HDF Energy. Cette centrale solaire doit remplacer des centrales thermiques fonctionnant au diesel et compléter la centrale de Larivot, également critiquée.

Mais les habitants regrettent d'être une variable d'ajustement. Ils demandaient une reconnaissance de leur usage de la forêt, appartenant jusqu'alors à l'État. En 2019, celui-ci a accordé aux habitants plus de 3 000 hectares sous forme de "zones de droits d'usage collectif", un statut pensé pour répondre aux besoins des peuples amérindiens. Cependant, la zone est coupée par les 140 hectares dédiés au projet CEOG. Les habitants de Prospérité regrettent une démarche descendante, avec un lieu déjà sélectionné avant les discussions, qui de fait "exclut la possibilité de rechercher des lieux alternatifs", affirme Clarisse Da Silva. 

De nombreuses contraintes sur le foncier

Face à cela, HDF Energy affirme avoir fait son possible pour réaliser des aménagements, comme le fait de laisser un chemin central. Mais il faut dire que les contraintes sur le foncier sont nombreuses. Notamment, "être proche des lieux de raccordement", ne pas empiéter sur les besoins de développement urbain de la commune de Saint-Laurent de Maroni, et "avoir le moins d'impact environnemental possible", explique Damien Havard, le président d'HDF Energy.

La Guyane est en effet composée à 96% de forêts avec plus de 1 300 essences d'arbres et de nombreuses espèces protégées. Pour CEOG, une zone humide a été évitée de manière à toucher moins d'espèces protégées, mais la conséquence a été de se rapprocher du village de Prospérité. Une bataille juridique est à présent en cours dans laquelle la biodiversité devient un outil pour protéger les besoins des peuples autochtones. Une plainte a été déposée par une association locale remettant en cause le respect des conditions de protection de la biodiversité pendant les travaux.

L'idéal ? "Investir des lieux déjà déboisés" argumente Clarisse Da Silva. "Impossible pour l'envergure de ce projet" répond HDF Energy. Plus d'une centaine de chefs amérindiens sont attendus le 17 décembre à Prospérité en soutien de la contestation.

Fanny Breuneval


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...