Publié le 26 novembre 2014

SOCIAL

En 2014, 36 millions de personnes sont victimes d’esclavage moderne dans le monde

Le rapport publié le 17 novembre par une organisation de défense des droits de l’Homme fait les comptes : en 2014, près de 36 millions de personnes sont victimes de travail forcé, d’exploitation sexuelle, de traite d’êtres humains ou de  servitude pour dette ou de mariage forcé/arrangé. Dans ce rapport, la fondation Walk Free montre que les pays occidentaux y sont aussi impliqués.

Les enfants sont particulièrement vulnérables dans les pays en voie de developpement. A l'instar de ce petit garçon travaillant dans une usine de Ballon au Bangladesh.
© Muniz Uz Zaman / AFP

Des crevettes pêchées par des esclaves asiatiques sont vendues dans les supermarchés occidentaux. C’est ce que révélait, en juin dernier, une enquête du quotidien britannique The Gardian. Le reportage avait choqué tout le monde: les lecteurs, les consommateurs et les acheteurs de l’entreprise visée, Charoen Pokphand (CP) Foods. Ce producteur de crevettes basé en Thaïlande est en effet le principal fournisseur mondial des géants de la grande distribution comme Walmart, Costco, Aldi et Carrefour. Il est accusé d’acheter de la nourriture pour ses élevages à des fournisseurs impliqués dans un vaste réseau d’esclavage de migrants venus de Birmanie ou du Cambodge… Après les révélations du Guardian, certains distributeurs comme Carrefour avaient alors suspendu toute relation commerciale avec l’entreprise.

Mais ce cas est loin d’être isolé. En Thaïlande, près de 300 000 esclaves  travaillent dans l’industrie de la pêche, selon les propres chiffres du gouvernement. Et le nouveau rapport "the global slavery Index 2014" publié ce 17novembre par une organisation non gouvernementale (ONG) mondiale, Walk Free, estime à 35,8 millions le nombre de personnes qui, dans le monde, sont victimes d’esclavage moderne (travail forcé, d’exploitation sexuelle, de traite d’êtres humains, ou de  servitude pour dette ou de mariage forcé/arrangé) (1).

 

Un esclavage d’Etat

 

Parmi les pays les plus touchés par l’esclavage on trouve l’Inde, la Chine, le Qatar, l’Ouzbékistan, le Bangladesh, la Thaïlande ou la République démocratique du Congo. Mais c’est la Mauritanie qui occupe le haut du classement. Dans ce pays, 4% de la population (soit 155 600 personnes) serait réduite en esclavage, en particulier dans l’agriculture, par un système perpétué de génération en génération.

En Ouzbékistan, c’est une sorte d’esclavage d’Etat qui est institué, souligne l’ONG. Chaque année, près de 1,2million d’Ouzbeks, notamment des enfants (les collégiens de 15 à 18 ans) sont réquisitionnés pour la récolte de coton. Le pays fournit 7% du coton mondial.

Quant à la République du Congo, l’esclavage moderne y est intimement lié aux guerres intestines qui ravagent le pays. Il permet d’extraire à faible coût et dans des conditions déplorables ce que l’on appelle les "minerais des conflits": l’or, le tantale ou le coltan, ces minerais recherchés pour la fabrication des téléphones portables. On estime à plus de 300 000 le nombre d’enfants travaillant dans ces mines…

 

En France aussi

 

En France, l’ONG estime à 8600 personnes le nombre de victimes d’esclavage moderne.  En avril 2014, le gérant d’une société d’appâts de pêche a ainsi été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis par le tribunal correctionnel d’Evry. Il a été reconnu coupable de "traite d’êtres humains" pour avoir soumis deux personnes pendant 20 et 40 ans à des conditions de vie et de travail indignes. Ce cas, terrible, reste "atypique": la plupart des victimes de ces pratiques sont des femmes étrangères à qui l’on a fait miroiter une vie meilleure en France, expliquait alors le journal La Croix

Ce type de crime de réduction en esclavage est sanctionné, en France, selon quatre niveaux de gravité: le "travail forcé" (7 ans de prison), la "réduction en servitude" (10 ans), la "réduction en esclavage" et "l’exploitation d’une personne réduite en esclavage" (jusqu’à 30 ans de prison). Un crime inscrit dans le droit pénal depuis le 25 juillet 2013.

 

Des lois à application variable

 

D’ailleurs , mis à part la Corée du Nord, tous les pays (sur les 167 examinés par l’étude) disposent d’une législation qui sanctionne au moins certaines formes d’esclavage. Mais celles-ci sont plus ou moins appliquées. L’ONG souligne surtout que les Etats dotés d’un bon cadre législatif en la matière sont plus que rares. Il cite notamment les Etats-Unis et le Brésil, dont les gouvernements font des efforts pour prévenir le travail forcé ou l’esclavage dans leurs marchés publics et dans les chaînes d’approvisionnement des entreprises opérant dans leurs pays.

Aux Etats-Unis, en 2012, Obama a pris des mesures pour renforcer le cadre déjà existant d’une tolérance zéro vis-à-vis du trafic d’êtres humains dans la politique d’achats fédérale. Le Brésil, lui, s’appuie notamment sur une politique de "name and shame". Une "dirty list", la liste des entreprises "sales" ayant profité de l’esclavage est rendue publique. Les compagnies visées (petites ou grandes) y restent inscrites deux ans, durée pendant laquelle elles doivent prouver qu’elles prennent des mesures pour éradiquer l’esclavage de leur chaîne d’approvisionnement.

Le Royaume-Uni, de son côté, examine en ce moment un projet de loi contre l’esclavage moderne. En 2013, la National Crime Agency a identifié 2744 "victimes potentielles" (enquêtes en cours) de l’esclavagisme moderne (exploitation sexuelle ou économique), soit une augmentation de 22% par rapport à 2012.

(1) L’esclavage moderne est défini par l’Organisation internationale du travail comme "tout travail ou service exigé d’un individu sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel ledit individu ne s’est pas offert de plein gré".

Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Manuel Valls "soutient" la proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales

La question de la responsabilité des maisons mères revient sur le devant de la scène. Le lundi 17 novembre, le Premier ministre, Manuel Valls, a déclaré "soutenir" la proposition de loi sur le devoir de vigilance déposée l’an dernier par des députés de la majorité. Ce même jour, la...

Amazon : en Allemagne, derrière la success story, la dure réalité des entrepôts

"Hands", c’est ainsi qu’Amazon nomme ses salariés : "les mains". Invisibles derrière l’écran lisse de nos ordinateurs, ces "petites mains" contribuent pleinement à faire de la plateforme Internet le numéro un mondial de la vente en ligne. Pour Christian Krähling, salarié sur le site de Bad...

Mode : fausses étiquettes, véritable prise de conscience

Depuis une semaine, les soldes battent leur plein en France. Mais en Irlande, c’est une autre actualité qui secoue l’univers de la mode à bas prix. Des consommatrices ont retrouvé des étiquettes évoquant les conditions de travail dégradantes des ouvriers du textile sur des robes ou des...

Plainte contre Auchan : changer le droit sur la responsabilité des multinationales

Sherpa, Peuples Solidaires et le Collectif sur l’étiquette ont porté plainte contre le groupe Auchan pour publicité mensongère. Ces 3 associations l’accusent d’induire les consommateurs en erreur  en affichant une identité de "discounter responsable" alors que des étiquettes de sa marque...

Rana Plaza : les responsabilités juridiques restent à déterminer

Un an après l’effondrement de l’usine textile bangladaise qui a fait plus de 1130 morts et 2000 blessés, des associations tentent de traduire devant la justice les responsables de la catastrophe.

Le drame du Rana Plaza a réveillé la conscience syndicale au Bangladesh

Au Bangladesh, l’industrie textile fait vivre 4 millions de personnes. Les trois-quarts d’entre elles sont des femmes. Cette main d’œuvre, qui reste la moins chère de la région, est jusqu’à présent restée docile. Mais le drame du Rana Plaza a insufflé un vent de revendication, notamment...

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Pays du G7 bateau GoldenBrown

[Décryptage] Ni le G7, ni le capitalisme ne survivront à la croissance des inégalités

Les sept premières économies occidentales de la planète se réunissent à Biarritz dans le cadre du G7. La France veut imposer la question des inégalités sociales, illustrée en France par la crise des Gilets jaunes. Mais les sept dirigeants arrivent en ordre dispersé et une déclaration commune forte...

Manifestants indiens tues par la police 220518 AFP 01

Nouvelle année meurtrière pour les défenseurs de l’environnement : 164 morts en 2018

Au moins 164 défenseurs de l'environnement se battant contre des projets miniers, forestiers ou agro-industriels ont été tués en 2018, selon le bilan annuel de l'ONG Global Witness. Ce nombre est moins élevé qu'en 2017, mais reste très élevé.

Football mesure anti discrimination

Football : les équipes pourront perdre un match pour discriminations raciste ou homophobe

Insultes homophobes, cris de singe, jets de banane... la Fifa serre la vis contre les actes discriminatoires dont quelques supporters sont friands. Désormais, un match arrêté à cause de comportements racistes ou discriminatoires sera déclaré perdu pour l'équipe dont les supporters se sont livrés à...

Manifestation contre les feminicides violences conjugales afp

Féminicides : les entreprises aussi ont un rôle à jouer dans la lutte contre les violences conjugales

121 femmes sont mortes l'année dernière sous les coups de leur conjoint ou ex-compagnon. Face à la situation, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes vient d'annoncer la tenue d'un "Grenelle sur les violences conjugales" en septembre. Les entreprises, qui peinent...