Publié le 29 octobre 2020

SOCIAL

[Election US] Me too, Black Lives Matter…Face aux problématiques sociales, les entreprises américaines se rêvent en activistes

Après avoir défendu les femmes à la faveur du mouvement Me Too, les grandes entreprises américaines se sont affichées comme antiracistes et pro-Black Lives Matter après la mort de George Floyd, un Afro-américain tué lors d’une interpellation par des policiers blancs. Cette démarche, appelée "corporate activism" aux Etats-Unis, est dénoncée par des citoyens et experts comme étant une simple communication sans agir réellement sur les problèmes sociaux.

Ted Eytan creative commons flikr
Face au mouvement Black Lives Matter, les entreprises ont multiplié les positions publiques en faveur de l'égalité raciale
@Ted Eytan

Aux États-Unis, difficile pour une entreprise ou ses dirigeants de s’extraire du contexte social. Comme lors du mouvement #Metoo, dénonçant les agressions sexistes, le mouvement Black Lives Matter a libéré la parole sur les agressions racistes dans les entreprises et a amené ses dernières à prendre publiquement position en faveur d’une meilleure prise en compte des questions de justice et d’égalité raciale.

Amazon, HBO, Nike, Airbnb, Microsoft, Uber, Walmart ou Etsy…Très vite après la mort de George Floyd, un homme afro américain mort lors d’une interpellation policière, de nombreuses marques se sont engagées sur les réseaux sociaux à défendre la cause #BlackLivesMatter. Les géants du numérique comme Microsoft ont ainsi assuré qu’ils ne permettraient plus à la police américaine d’utiliser leurs logiciels de reconnaissance faciale, Facebook s’est engagé à verser 10 millions de dollars à des organisations militant pour la justice raciale et Nike a -un temps- changé son slogan en "Don’t do it".

Mais les critiques n'ont pas tardé à arriver. Plusieurs experts et citoyens estiment que ces entreprises se sont contentées d’une posture marketing,  empruntant aux codes de l’activisme social, seulement destinée à faire vibrer la corde sociale de leurs clients. "Pour influencer le processus d’achat et créer de la fidélité, les marques essaient de s’éloigner d’un ‘marketing traditionnel’, qui se base autour du produit ou service, et se rapprochent d’un 'marketing activiste' autour de causes et convictions partagées par les consommateurs", décrypte sur The Conversation Nacima Ourahmoune, Professeur Associé en marketing et culture de consommation à Kedge Business School.

Une posture dopée par les prises de position de Donald Trump

Ce "corporate activism" ou activisme d’entreprise, se développe depuis les années 2000 face à une nouvelle demande des consommateurs et des employés de s’engager davantage sur les sujets sociétaux et environnementaux. En 2020, "92% des Américains veulent que les patrons s’expriment sur les sujets sociétaux" et 74% veulent qu’ils prennent la tête sur ces sujets sans attendre le gouvernement, assure le CEO d’Edelman, l’agence de relations publiques qui réalise chaque année l’étude de référence "Trust barometer". Et plus des deux tiers des consommateurs des pays occidentaux disent acheter les marques en fonction de leurs valeurs. Des chiffres records.

Mais aux Etats-Unis, c’est l’élection de Donald Trump en 2016 qui a donné une ampleur inédite au 'corporate activism'. Face aux prises de position radicales du président américain sur les questions environnementales et sociétales, les marques prennent de plus en plus position publiquement sur des sujets d’actualité. Outre Black Lives Matter, elles se sont notamment fortement mobilisées sur le changement climatique ou la défense des migrants "profitant du vide moral laissé par les Républicains", souligne un journaliste du New yorker, Jill Priluck’s. Au grand dam du président américain qui y voit un signe de "faiblesse" de la part des entreprises. "Elles le font juste parce que c’est la voie la plus simple", déclarait-il le 31 août.

Sur la question de l'égalité raciale, les entreprises américaines ont pourtant encore bien du chemin à faire. On ne compte que quatre PDG noirs dans le classement des 500 plus grandes entreprises américaines et seuls 3,3% des postes de direction sont occupés par des personnes noires, selon des données du gouvernement américain. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Black Lives Matter : Le monde a franchi un "point de basculement social", selon Greta Thunberg

La militante pour le climat Greta Thunberg monte au créneau. Elle estime qu'avec le mouvement Black Lives Matter, le monde a passé un "point de basculement social", détournant ainsi la notion de "climate tipping point" habituellement utilisé pour évoquer le réchauffement climatique. "On ne...

Après la mort de George Floyd, des entreprises s'engagent pour Black Lives Matter... ce qui n'est pas sans risque

Netflix, Twitter, Nike, Adidas, CBS... Face à l'embrasement provoqué par la mort de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier blanc, les grandes entreprises américaines sont de plus en plus nombreuses à soutenir le mouvement Black Lives Matter (Les vies Noires comptent). Si les...

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook,...

[Élection US] International, environnement, économie… Le lourd bilan de Donald Trump

Le 3 novembre s’achèvera le premier mandat de Donald Trump. Nous saurons alors si les électeurs américains lui confient un second mandat. La méthode Trump, basée sur l’invective, la présence continue sur le réseau social Twitter, le climato-scepticisme et parfois le recours aux fake news a...

[Élection US] Le système de santé, laissé aux mains du privé, montre ses limites avec la crise du Covid-19

Trois jours d'hospitalisation et une thérapie expérimentale… Le Président américain Donald Trump a reçu un traitement de choc pour faire face au coronavirus, estimé à quelque 100 000 dollars par le New York Times. Dans un pays où le système de santé est laissé aux mains du privé, le...

Élection US : Joe Biden promet l’arrêt de l’industrie pétrolière une fois élu, un coup de poker à haut risque

Être candidat à la présidence du premier pays producteur de pétrole de la planète et promettre d’y mettre fin à moyen terme. Telle est la proposition de Joe Biden pour s’emparer de la Maison blanche, en engageant un discours de transition énergétique laissant espérer un vrai monde d’après....

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...