Publié le 23 novembre 2020

SOCIAL

Covid-19 : le G20 promet un accès aux vaccins à tous les pays

Donner accès aux vaccins à tous les pays de la planète, telle est la promesse faite par les membres du G20, à l’occasion de leur dernière réunion annuelle - exceptionnellement virtuelle cette année – qui s’est tenue sous présidence saoudienne ce week-end. Depuis l’annonce de Pfizer, qui assure avoir trouvé un sérum efficace, une compétition s’est engagée entre les Etats pour accéder aux premiers lots.

G20 G20SaudiArabia
Le G20 de 2020 organisé par l'Arabie Saoudite a dû se faire à distance en raison de l'épidémie en cours.
@G20SaudiAramco

Dimanche 22 novembre, les nations du G20 se sont réunies à l’occasion d’une réunion virtuelle présidée par l’Arabie saoudite. Au cœur des discussions, on a retrouvé évidemment la pandémie mondiale du Covid-19 et en particulier la question de l’accès au vaccin. Depuis l’annonce par Pfizer d’un produit efficace à 94 %, tous les pays du monde ont commencé à se positionner pour disposer des doses suffisantes pour leur population. Par exemple, l’Union européenne a commandé 300 à 500 millions de doses.

Dès la première vague du Covid-19, plusieurs chefs d’État, dont Angela Merkel et Emmanuel Macron, se sont engagés à ce que toute la population mondiale ait accès au vaccin. La promesse ne semble pas complétement oubliée. "Nous ne reculerons devant aucun effort pour assurer l’accès abordable et équitable (aux vaccins, tests et traitements, NDLR) de tous", ont écrit les dirigeants des 20 plus grandes puissances économiques mondiales dans un texte commun.

Soutien à l’OMS

Reste que cette promesse reste floue, d’autant plus que la parole des États-Unis, actuellement dans l’attente de la prise de fonction du nouveau président Joe Biden, est sujette à caution. Donald Trump était bien présent au début de la réunion mais il a rapidement quitté les débats pour aller jouer au golf. La pandémie touche pourtant plus de 12 millions de personnes aux États-Unis.

Quant aux autres dirigeants, ils disent "soutenir pleinement" les dispositifs mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour assurer que les futurs vaccins ne soient pas réservés aux pays prospères, et promettent de "combler les besoins de financement encore existants". "Même si la concurrence peut être inévitable ici, il faut être guidés avant tout par l’aspect humanitaire", assurait samedi 21 novembre le président russe Vladimir Poutine.

Suspension de la dette

Mais le G20 ne mentionne pas explicitement le montant de 28 milliards de dollars (23,6 milliards d’euros), dont 4,2 milliards en urgence, réclamé par les organisations internationales pour faire face à une maladie qui a déjà tué plus de 1,3 million de personnes sur la planète.

Autre sujet sur lequel le G20 était attendu : la dette des pays pauvres, qui flambe en raison du cataclysme économique engendré par la pandémie. Les dirigeants du G20 "promettent de mettre en œuvre" l’initiative de suspension du service de la dette. Il s’agit pour 29 États riches de suspendre jusqu’en juin 2021 le paiement des intérêts des dettes des pays les plus pauvres.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...

Article RSF nov 2021

La vie des journalistes environnement de plus en plus menacée

Pressions, atteintes à l’intégrité physique, voire assassinats ciblés... De plus en plus de journalistes qui enquêtent sur l’environnement subissent ce triste sort. À l’occasion de la COP26, Reporters sans frontières et 60 journalistes appellent les États à agir en publiant une tribune.

Devoir de vigilance Travail des enfants f8619b6d7a 1

Devoir de vigilance : les parlementaires attribuent la compétence au tribunal judiciaire, un soulagement pour les associations

Depuis des années les affaires liées au devoir de vigilance traînent en raison d'un flou sur la compétence des tribunaux pouvant juger ces litiges. Le 21 octobre, les parlementaires ont finalement attribué cette compétence au tribunal judiciaire. Un soulagement pour les associations qui poursuivent...