Publié le 02 avril 2018

SOCIAL

Climat : À Pâques, savourez votre chocolat, vous n’en aurez bientôt plus

Des chercheurs américains estiment que d'ici 2050, il sera très difficile de produire du cacao à cause du réchauffement climatique. Mais pas de panique, les experts ont une solution : les plantes génétiquement modifiées capables de résister à la sécheresse. 

D'ici 40 ans, seuls 10 % des exploitations de cacao seront encore viables si le réchauffement continue au rythme actuel.
Pixabay

Les chocolatiers et boulangers s’en donnent à cœur joie. Comme chaque année en période de Pâques, les vitrines, plus belles les unes que les autres, sont remplies de lapins, œufs, poules et autres figurines en chocolat. Au total, selon l’association Max Havelaar, les Français vont manger plus de 15 000 tonnes de chocolat à Pâques. Mais les générations suivantes pourront-elles, elles aussi, participer à la chasse aux œufs ? Rien n’est moins sûr.

80 % des producteurs de cacao touchés par le réchauffement climatique 

En janvier, des experts américains de la National Oceanic and Atmospheric Administration, agence d’observation océanique et atmosphérique, ont estimé que d’ici 2050, le cacao, base du chocolat, pourrait être en péril. Cette plante a en effet besoin d’un sol riche en azote, de pluies abondantes, d’une humidité élevée et d’être à l’abri du vent. Or, la tendance actuelle d'une hausse des températures de 2,1 à 3 °C assécherait trop les sols. Le problème est moins la chaleur que le manque d'eau, peu propice à la culture de cacao.

Sur les près de 300 exploitations étudiées par les chercheurs, seulement 10 % pourraient ainsi continuer à produire du cacao si rien ne change. "Ces changements climatiques devraient se produire sur une période de 40 ans, de sorte qu’ils auront un impact sur les générations de cacaoyers et agricultures suivantes plutôt que sur l’actuelle. En d’autres termes, il y a du temps pour l’adaptation", tempèrent les chercheurs. 

Les OGM, nos sauveurs 

Par "adaptation", les auteurs de l’étude entendent OGM, organisme génétiquement modifié. C’est exactement la stratégie qu’a adoptée le groupe agroalimentaire Mars. La société a pour objectif de réduire 67 % son empreinte carbone d’ici 2050. Mais, elle assure que ce n’est pas suffisant. Elle a ainsi promis d’investir 1 milliard de dollars dans l’initiative "Sustainability in a Generation", dont une partie bénéficie à l’université de Berkeley. 

Cette dernière est d’ailleurs en train de développer la technique Crispr pour modifier l’ADN des cacaotiers. Cela consiste à isoler les gènes qui fragilisent la plante en cas de sécheresse et de les remplacer par des gènes plus résistants. La technique d’édition du génome CISPR-Cas9 permet facilement et précisément d’inactiver ou de modifier des gènes.

Une technique qui permettrait aux 50 millions de personnes dépendant de la culture du cacao de maintenir leur emploi. Mais, elle ne remettrait pas pour autant en question le "goût amer" de la filière cacao, comme l’évoque Max Havelaar. L'association pointe du doigt les rémunérations basses pour les producteurs, l'utilisation massive d’intrants chimiques ou encore la déforestation. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Talage supermarche invendu gaspillage

Anti-gaspillage alimentaire : ces solutions qui révolutionnent les pratiques des supermarchés

Un tiers de la production mondiale alimentaire est gaspillé. Un taux gigantesque dont tous les acteurs de la chaîne sont responsables. Pour remédier à cette situation, à l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire, Novethic a sélectionné cinq solutions anti-gaspi qui...

La fourche magasin bio entrepot

[La vidéo des solutions] La Fourche, le magasin bio qui casse les prix, mais pas les producteurs

La Fourche va-t-il disrupter le marché de la distribution ? Ce magasin en ligne propose des produits bio jusqu'à 50 % moins cher que les réseaux classiques grâce à un système d'abonnement et des marges quasi nulles. Et la transparence est de mise : l'impact carbone et nutritionnel de chaque produit...

Yuka, C’est qui le patron, Y'a quoi dedans… Risque d’indigestion face au foisonnement des applications sur l'alimentation

Trop d'applis tuent-elles l'appli ? Depuis quelques mois, le nombre d'applications de notation sur la modèle de Yuka se multiplie. Si le manque de transparence des distributeurs et des industriels laisse le champs libre à ces applications qui séduisent les consommateurs, leur foisonnement pourrait...

"C'est qui le patron ?!" lance son application, encore plus complète que Yuka

C'est qui le patron ?! passe à la vitesse supérieure. La marque des consommateurs, qui rémunère au juste prix les producteurs, lance son application de notation. Pour aller plus loin que le célébrissime Yuka, la nutrition n'est pas le seul critère d'évaluation, l'application prendra en compte le...