Publié le 02 avril 2018

SOCIAL

Climat : À Pâques, savourez votre chocolat, vous n’en aurez bientôt plus

Des chercheurs américains estiment que d'ici 2050, il sera très difficile de produire du cacao à cause du réchauffement climatique. Mais pas de panique, les experts ont une solution : les plantes génétiquement modifiées capables de résister à la sécheresse. 

D'ici 40 ans, seuls 10 % des exploitations de cacao seront encore viables si le réchauffement continue au rythme actuel.
Pixabay

Les chocolatiers et boulangers s’en donnent à cœur joie. Comme chaque année en période de Pâques, les vitrines, plus belles les unes que les autres, sont remplies de lapins, œufs, poules et autres figurines en chocolat. Au total, selon l’association Max Havelaar, les Français vont manger plus de 15 000 tonnes de chocolat à Pâques. Mais les générations suivantes pourront-elles, elles aussi, participer à la chasse aux œufs ? Rien n’est moins sûr.

80 % des producteurs de cacao touchés par le réchauffement climatique 

En janvier, des experts américains de la National Oceanic and Atmospheric Administration, agence d’observation océanique et atmosphérique, ont estimé que d’ici 2050, le cacao, base du chocolat, pourrait être en péril. Cette plante a en effet besoin d’un sol riche en azote, de pluies abondantes, d’une humidité élevée et d’être à l’abri du vent. Or, la tendance actuelle d'une hausse des températures de 2,1 à 3 °C assécherait trop les sols. Le problème est moins la chaleur que le manque d'eau, peu propice à la culture de cacao.

Sur les près de 300 exploitations étudiées par les chercheurs, seulement 10 % pourraient ainsi continuer à produire du cacao si rien ne change. "Ces changements climatiques devraient se produire sur une période de 40 ans, de sorte qu’ils auront un impact sur les générations de cacaoyers et agricultures suivantes plutôt que sur l’actuelle. En d’autres termes, il y a du temps pour l’adaptation", tempèrent les chercheurs. 

Les OGM, nos sauveurs 

Par "adaptation", les auteurs de l’étude entendent OGM, organisme génétiquement modifié. C’est exactement la stratégie qu’a adoptée le groupe agroalimentaire Mars. La société a pour objectif de réduire 67 % son empreinte carbone d’ici 2050. Mais, elle assure que ce n’est pas suffisant. Elle a ainsi promis d’investir 1 milliard de dollars dans l’initiative "Sustainability in a Generation", dont une partie bénéficie à l’université de Berkeley. 

Cette dernière est d’ailleurs en train de développer la technique Crispr pour modifier l’ADN des cacaotiers. Cela consiste à isoler les gènes qui fragilisent la plante en cas de sécheresse et de les remplacer par des gènes plus résistants. La technique d’édition du génome CISPR-Cas9 permet facilement et précisément d’inactiver ou de modifier des gènes.

Une technique qui permettrait aux 50 millions de personnes dépendant de la culture du cacao de maintenir leur emploi. Mais, elle ne remettrait pas pour autant en question le "goût amer" de la filière cacao, comme l’évoque Max Havelaar. L'association pointe du doigt les rémunérations basses pour les producteurs, l'utilisation massive d’intrants chimiques ou encore la déforestation. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...

Sans titre

Ultra fast-fashion : L’empire Shein surpasse désormais Zara et H&M réunis

Grâce à une nouvelle levée de fonds, le géant de la mode Shein atteint désormais 100 milliards de dollars de valorisation, devenant ainsi la troisième startup la plus valorisée au monde. Devançant de très loin ses concurrents HM et Inditex, maison-mère de Zara. Après la fast fashion et l'ultra fast...

Thermostat iStock

Guerre en Ukraine : quand la décroissance devient une solution à nos dépendances

La Russie maintient pour l’instant ses exportations d’hydrocarbures mais la dépendance mortifère de l’Europe au gaz russe est apparue au grand jour. Les appels à baisser les consommations d’énergie se multiplient pour permettre au continent de gagner en indépendance mais aussi de réduire cette manne...