Publié le 20 janvier 2021

SOCIAL

Le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada bannissent les importations liées au travail forcé des Ouïghours

Alors que les soldes débutent en France, le rôle des géants du textile dans l'exploitation des Ouïghours en Chine est de plus en plus questionné. Si l'Europe reste pour l'instant en retrait, trois pays, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada ont annoncé bloquer l'importation de coton et de tomates provenant du Xianjiang, région chinoise accusée d'abriter des camps de travail forcé. 

Afp ouighours
Un "Appel à agir" pour les Ouïghours a été lancé par 300 ONG.
ALI ATMACA / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Trois puissances mondiales ont pris les devants. Les 12 et 13 janvier, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont communiqué leur volonté de bloquer les importations chinoises soupçonnées de recourir au travail forcé de la minorité musulmane Ouïghour. Les États-Unis, qui accusent Pékin de "génocide" ont annoncé vouloir interdire l'importation de marchandises contenant des fibres de coton ou des tomates, y compris les conserves et les sauces, cultivés dans la région. A la fin de l'été, le pays avait déjà sanctionné la Chine en appliquant des restrictions sur une série de produits, comme des pièces informatiques. 

Le Royaume-Uni a évoqué la mise en place de sanctions financières aux entreprises ne parvenant pas à démontrer que leur approvisionnement n’est pas lié au travail forcé dans le Xinjiang. Pour justifier cette décision Dominic Raab, secrétaire d'État aux Affaires étrangères britannique, a évoqué devant les députés des "violations inacceptables des droits humains" et un "devoir moral" de réagir. Les entreprises canadiennes devront, quant à elles, signer une "déclaration d'intégrité"

Un engagement pour les droits humains

Des annonces qui ne sont pas au goût du Pékin. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Zhao Lijian a dénoncé des mesures "basées uniquement sur la désinformation", en niant la présence de camps de travail Ouïghours.

Mi-décembre, une étude réalisée par l’anthropologue allemand Adrian Zenz a pourtant démontré, en s’appuyant sur des preuves officielles chinoises, l'existence d'un programme de "travail forcé" d’au moins un demi-million de Ouïghours dans la région du Xianjiang au sein de camps dits de "rééducation politique" ou de "formation professionnelle". 

L’Union européenne reste frileuse

L’Union européenne est quant à elle restée discrète. La question des droits humains avait été mise sur la table en décembre dernier, au cours des discussions dans le cadre de l’accord sur les investissements en négociations avec la Chine. L’Europe avait seulement obtenu une promesse chinoise de ratifier les conventions de l’Organisation internationale du travail.

En France, le sujet est sensible. L’enseigne Zara a cristallisé les tensions le 19 janvier sur le réseau social Twitter où les internautes ont accusé la marque de se fournir dans les camps de travail Ouïghours.  La maison mère de Zara, Inditex, continue de démentir les attaques et a indiqué "ne pas avoir de relations directes ou indirectes avec aucune usine du Xinjiang"

Pauline Fricot, @PaulineFricot


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Canicule vague de chaleur istock

Canicule : les syndicats européens veulent adapter les conditions de travail aux records de température

La Confédération européenne des syndicats veut adapter le droit du travail à l’augmentation des épisodes de canicule. Elle demande à la Commission européenne de mettre en place une directive instaurant une température maximale pour le travail. Pour le moment, seuls quelques pays européens ont déjà...

Serie monde du travail

Severance, SuperStore, The office... Ces séries qui révolutionnent le monde du travail

Les séries s'emparent de nos modes de travail. Une puce électronique implantée dans le cerveau des employés pour séparer vie privée de vie professionnelle, des salariés d'une grande chaîne de supermarchés qui tentent de se syndiquer, la chute de We Work, startup qui a révolutionné les espaces de...

IStock demission

Vivre sans travailler, une nouvelle tendance sur fond de décroissance

Travailler moins, consommer moins, polluer moins. C'est un peu le dogme des adeptes du détravail dont certains prônent de ne plus travailler pour viser la décroissance. Dans un contexte de grande démission et de remise en cause de la centralité du travail, ce mouvement est devenu un symbole. Toute...

Travail semaine quatre jours krakenimages on Unsplash

France, Islande, Royaume-Uni : La semaine de quatre jours, une tendance qui perce partout dans le monde

Après l’Espagne, l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, la très libérale Grande-Bretagne expérimente la semaine de quatre jours. En ce mois de juin, 3000 employés, issus de 60 entreprises britanniques vont travailler sur quatre jours, sans perte de salaire. Au Japon aussi, l’idée fait son chemin, tout...