Publié le 20 août 2021

SOCIAL

Tesla annonce le développement d’un robot humanoïde pour débarrasser les humains des travaux difficiles

Débarrasser le monde des travaux difficiles et répétitifs. Après la volonté d'aller dans l’espace, voici la nouvelle mission qu’Elon Musk, le patron de Tesla et Space X, s’est donnée. La réponse passera par le développement d’un robot humanoïde, utilisant les technologies d’intelligence artificielle déjà déployées dans les voitures autonomes de la marque. 

Tesla Bot Tesla
Tesla a présenté, lors de sa journée dédiée à l'Intelligence artificielle, son projet de robot humanoïde.
@Tesla

Il avait promis des voitures électriques autonomes, des usines géantes de batteries et des voyages dans l’espace… et il a toujours honoré ses promesses. Aussi, la nouvelle annonce d’Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX, est peut-être à prendre au sérieux. Celui-ci a présenté jeudi 19 août un projet de robot humanoïde métallique, qui sera capable d'effectuer des tâches répétitives et sera conçu à partir de la même technologie d'intelligence artificielle que les véhicules semi-autonomes de la société.

Le fantasque entrepreneur a promis pour l'année prochaine un premier prototype du "Tesla Bot", qui aura cinq doigts aux mains et une silhouette androgyne noire et blanche. "Tesla est certainement l'entreprise de robotique la plus importante au monde, parce que les voitures sont des robots semi-conscients sur roues, avec un ordinateur de bord dédié à la conduite autonome", a fait valoir Elon Musk lors d'un événement en ligne sur les avancées de son groupe en matière d'intelligence artificielle.

Le choix de l’effort physique

"Cela fait sens de donner à tout ça une forme humanoïde", a-t-il ajouté. Le but de la présentation, qui portait essentiellement sur le développement des technologies de conduite autonome, était d'attirer de nouveaux ingénieurs. Le Tesla Bot sera "amical" et vous pourrez "lui échapper en courant plus vite que lui a priori", a plaisanté Elon Musk.

Plus sérieusement, il met en avant de "profondes implications pour l'économie", puisque "l'économie est fondée sur le travail", propose-t-il. Il envisage ainsi un monde où l'effort physique ne sera plus obligatoire, mais "un choix".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Siege Foxconn Chine SAM YEH AFP

Chine : la plus grande usine d’iPhone du monde, théâtre de manifestations

Ce mercredi 23 novembre, les salariés de l’usine Foxconn située à Zhengzhou, dans le centre de la Chine, ont protesté suite au confinement total du site pour cause de Covid-19. Le principal sous-traitant d'Apple se retrouve ainsi au cœur d’une nouvelle controverse, alors que la grogne sociale monte...

Loccitane cashinvestigation boutique

L’Occitane : derrière les accusations de travail d’enfants, les dessous complexes de la filière huile de palme

Sous les feux des projecteurs depuis la diffusion d’une émission de Cash Investigation, L’Occitane est accusée de travailler avec des fournisseurs exploitant les enfants. Le groupe regrette que le documentaire ne rende pas compte de la complexité de la filière huile de palme, et des efforts qui y...

Patrick pouyanne salaire

Communiquer sur sa rémunération : la périlleuse stratégie de Patrick Pouyanné

Pour couper court au débat lancé par les grévistes de TotalEnergies opposant l'augmentation de 52% de la rémunération de leur dirigeant à celle qui leur était proposée de 5%, Patrick Pouyanné a publié un graphique montrant l'évolution de sa rémunération sur 5 ans. Au vu des nombreuses réactions sur...

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

France Télécom : le harcèlement moral institutionnel est confirmé en appel

La Cour d’appel de Paris a allégé les peines de Didier Lombard, ex-PDG de France Télécom, et de son numéro deux Louis-Pierre Wenès. Mais elle confirme le harcèlement moral institutionnel mis en place par les dirigeants du groupe dans les années 2007-2008 pour pousser des salariés au départ, et qui...