Publié le 24 février 2021

SOCIAL

Nouveau revers pour Uber : ses chauffeurs ne sont pas des travailleurs indépendants selon la justice britannique

La justice britannique a rejeté le recours du géant américain Uber. Cette décision de la Cour suprême confère aux chauffeurs un statut intermédiaire entre l’indépendance et le salariat, avec certains avantages sociaux comme un salaire minimum ou des congés payés. Pour éviter que cette décision ne fasse tache d’huile, Uber va lancer une consultation des chauffeurs et annonce de nouvelles dispositions sociales à venir.

Au Royaume-Uni, la Cour suprême vient de trancher pour donner aux chauffeurs d'Uber un statut intermédiaire entre l’indépendance et le salariat, avec certains avantages sociaux comme un salaire minimum ou des congés payés.
@CCO

Le sort de la gig economy (l'économie des "petits boulots") dépendra-t-il des décisions de justice ? Celles-ci se multiplient à l’encontre d’Uber concernant le statut de ses chauffeurs ou livreurs. Cette fois, c’est la Cour suprême britannique qui vient de se prononcer. Le 19 février, elle a jugé que les chauffeurs de la plateforme devaient être qualifiés de "workers". Il ne s’agit pas de les requalifier en employés mais de leur donner un statut intermédiaire, leur conférant plusieurs avantages comme un salaire minimum ou des congés payés. 

La décision fait suite à une bataille juridique de plusieurs années en Angleterre. Par deux fois, en 2017 et 2018, la justice britannique avait donné raison aux chauffeurs, estimant que le temps connecté à l’application crée un lien de subordination. La Cour suprême vient confirmer leur jugement : "en se connectant à l'application, un chauffeur est considéré comme un travailleur avec un contrat". 

Cette décision peut être considérée comme "l'une des défaites les plus importantes subies par Uber sur le statut de ses chauffeurs", estime le Financial Times. La plateforme en a essuyé plusieurs comme en France où la Cour de Cassation a requalifié le statut d’un chauffeur Uber indépendant en salarié en mai 2020. Mais le marché britannique est l’un des plus importants pour la plateforme. Et il n’est pas toujours tendre avec lui. En 2017, Uber avait déjà dû faire face au non-renouvellement de sa licence à Londres, avant que cette décision ne soit annulée en appel à l’automne 2020

Contre-propositions

Avec cette décision, les 35 chauffeurs à l’origine de la démarche vont pouvoir demander une compensation financière à Uber, que certains avocats estiment à 12 000 livres (14 000 euros). Si des milliers de plaintes similaires devaient être examinées, comme l’envisagent les journaux britanniques, Uber, qui n’est toujours pas rentable, ne devrait pas avoir d’autres choix que d’augmenter ses tarifs, estiment plusieurs experts. Les autres plateformes qui fonctionnent sur le même système pourraient également être soumises aux mêmes règles si des plaintes similaires les visaient, mettant à mal le modèle économique sur lequel repose la gig economy. 

En attendant de voir si le raz de marée de plaintes a bien lieu, Uber ne s’avoue pas vaincu. Si la plateforme assure respecter la décision de la Cour, elle a déjà annoncé qu'elle n'entendait pas requalifier l'ensemble des chauffeurs en salariés. Mais "nous sommes décidés à faire plus et allons consulter tous nos chauffeurs en activité au Royaume-Uni pour comprendre les changements qu'ils veulent voir", a réagi Jamie Heywood, patron d'Uber pour l'Europe du Nord et de l'Est.

La France agit

En France, cette consultation a déjà eu lieu en automne et de nouvelles mesures sociales ont été annoncées quelques jours avant la décision britannique. Au vu de leur "résilience et leur engagement sans faille" dans cette année difficile, ceux-ci auront "plus de contrôle sur les prix avec la capacité de fixer eux-mêmes manuellement leur tarification, plus de protection sociale, plus de solutions pour financer leur activité avec un prêt à taux zéro", explique Laureline Serieys, general manager d'Uber en France. Mais tous resteront indépendants. 

Au niveau européen, Uber plaide aussi auprès des gouvernements et syndicats pour une mutualisation des efforts avec la création d'un fonds financé par le secteur qui permettrait aux chauffeurs d'accéder à des aides et de la protection sociale, comme d'être payés pendant des congés. Mais d'autres plateformes, comme Just Eat ont déjà décidé de salarier une grande partie de leurs livreurs, pour plus de "professionnalisme" et de "responsabilité". Sans augmenter (pour l'instant) leurs tarifs. 

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Just Eat tourne le dos à l’uberisation en embauchant plus de 4000 livreurs en CDI

Avec les restrictions sanitaires, les plateformes de livraison ont vu leur poids se développer considérablement. La plupart comme Uber Eat ou Deliveroo font appel à des livreurs indépendants mais Just Eat a décidé de miser sur une autre stratégie, en misant sur l’embauche de 4 500 livreurs...

L'interdiction d'Uber à Londres prouve que la RSE devient la nouvelle "licence to operate"

Fin septembre, Uber se faisait retirer sa licence d’exploitation par l’autorité de transports de Londres. Une décision motivée par un manque de responsabilité sociale de l'entreprise (RSE). Une première qui pourrait bien faire école.

Face aux scandales à répétitions, Uber doit muscler sa RSE pour éviter la sortie de route

Agressions sexuelles et usurpation d’identité de la part des chauffeurs, contribution à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre ou manque de responsabilité sociale et fiscale… Les casseroles liées à la responsabilité sociétale de l'entreprise (RSE) s’accumulent pour Uber et...

Les Californiens soutiennent le modèle d'Uber, malgré les critiques des travailleurs

C'est le "Réferendum Uber". Le 3 novembre, en même temps que l’élection présidentielle, les Californiens ont voté pour décider du sort de l’économie des plateformes, appelée "gig economy" outre-Atlantique. Alors que le chômage monte en flèche avec le Covid-19, les électeurs ont accepté que...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Entrepot amazon jordan stead

Les salariés d'Amazon rejettent la création d'un syndicat mais le géant du commerce en ligne n'en sort pas indemne

Les 5 600 employés de l’entrepôt d’Amazon à Bessemer dans l’Alabama aux États-Unis ont finalement voté contre la création d’un syndicat. Le vote reste pourtant historique car le géant de l'e-commerce n’en sort pas indemne. Il a une nouvelle fois mis en lumière les conditions de travail des employés...

EMMA tele travailleuse du futur

Matériel non adapté, sédentarité : le télétravail en mode pandémie va marquer nos corps

Le télétravail a un fort impact sur la santé mentale des travailleurs, mais celui-ci a aussi des répercussions sur notre santé physique. Lombalgies, problèmes occulaires ou phlébites… Cette nouvelle façon de travailler dans des espaces souvent peu adaptés et l'augmentation de notre sédentarité...

Teletravail droit a la deconnexion Jun

Télétravail, du rêve au cauchemar

Alors que les contaminations au travail représentent 15 % des cas identifiés de Covid-19, Emmanuel Macron a, une nouvelle fois, demandé aux entreprises de pratiquer davantage le télétravail. Si les employeurs sont montrés du doigt, de plus en plus de salariés rechignent pourtant à télétravailler....

Livreur velo iStock piksel

Uberisation : en Europe, la pression monte pour salarier les livreurs et chauffeurs des plateformes numériques

Après de multiples batailles juridiques perdues, les Uber et consorts se voient de plus en plus pressés de salarier leurs livreurs et/ou chauffeurs. En Californie, les plateformes numériques ont réussi à éviter une loi grâce à un intense lobbying. Mais elles sont obligées de négocier en Europe.