Publié le 24 juillet 2015

SOCIAL

La qualité de vie au travail, une démarche innovante qui peine à s’imposer

À mi-chemin entre l’humain et l’économique, la qualité de vie au travail (QVT) est un concept innovant dans la gestion des ressources humaines. Mais que signifie exactement la QVT ? Bien souvent réduite - à tort - au bien-être dans l’entreprise, la qualité de vie au travail est en réalité une démarche plus globale, constituant une politique qui s’applique à l’organisation du travail. Explications.

Photo d'illustration
istock

La Qualité de Vie au Travail (QVT) est un concept bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. L’Accord National Interprofessionnel sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie au travail, signé le 19 juin 2013, a permis d'en dégager une définition : "Les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail, et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci, déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte."

Pour Aurore Blaschek, psychologue du travail et des organisations, "la QVT est un état d'esprit, un mode de vie de l'entreprise, qui interroge constamment les conditions de travail, la nature du travail, la santé au travail, la valorisation du travail, les relations de travail et le climat social, les perspectives d’avenir et enfin l’équité et l’égalité au travail".

Même son de cloche chez Julien Pelletier, responsable Veille, propsective et international au sein de l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travai) : "La qualité de vie au travail est avant tout une démarche d’entreprise. Ce que nous évaluons, ce n’est pas la qualité du travail mais l’organisation du travail".

Un défi qui peut apparaître difficile à relever, à l’heure où les entreprises opèrent des changements quasi incessants : nouvelles fonctions, nouveaux outils informatiques, nouveaux horaires, nouvelles méthodologies, etc. "Toutes les entreprises se transforment en permanence, et ce sont ces projets qui vont déterminer la qualité de vie au travail. Autrement dit, les projets d’aujourd’hui définissent les conditions de travail de demain", explique Julien Pelletier.

 

Tester, évaluer, améliorer

 

Concrètement, qu'implique une telle démarche ? La logique de Qualité de Vie au Travail peut être résumée ainsi : tout changement d’organisation du travail des salariés doit être soumis à une évaluation qui émane des premiers intéressés : "Par exemple, si une entreprise met en place une nouvelle organisation, comme du télétravail, elle propose aux salariés qu’ils l’évaluent eux-mêmes selon leurs critères, qui sont à la fois économiques, techniques et sociaux", détaille Julien Pelletier.

Une telle participation des salariés aux choix d’organisation suppose un minimum d'ouverture d’esprit de la part des dirigeants. Pourtant, l’entreprise a tout à y gagner : "Cette démarche est un outil qui structure le dialogue social. En effet, les besoins du collectif de travail en matière de QVT sont réfléchis, réalistes, priorisés, avec des solutions pragmatiques pour y répondre. Enfin, c'est une démarche qui actionne le cercle vertueux de motivation, d'innovation et de performance économique" précise Aurore Blaschek.

Les grandes entreprises ouvrent la voie

 

Malgré les bénéfices affichés, les engagements de QVT restent rares. "Les dirigeants peuvent croire que ce qu’ils ont imaginé est ce qu’il y a de mieux, et que si les salariés interviennent ils risquent de fragiliser le système. Or, il faut que les patrons et élus parviennent à suspendre leur jugement ! D’abord on voit ce que ça donne, et ensuite on se forge une opinion", estime Julien Pelletier.

Certaines grandes entreprises ont ouvert la voie, à l’image de La Poste, Areva ou Thalès, qui ont signé des accords QVT. Chez Thalès, l’accord date de 2014. La CFDT avait alors expliqué : "Au-delà du dialogue social entre direction et organisations syndicales, l’accord crée un véritable droit d’expression pour les salariés sur la QVT (environnement de travail, organisation du travail, aménagement du poste de travail…)".

L’accord prévoit des mesures concrètes, comme la limitation du nombre de salariés dans les open spaces, le droit à la déconnexion pour les salariés en télétravail ou la mise en place d’un observatoire de la QVT pour identifier les situations de stress.

Pour Aurore Blaschek, l’enjeu est bien économique : "Les entreprises qui s'inscrivent dans une démarche QVT ont compris que les difficultés quotidiennes rencontrées par les travailleurs, difficultés qui parasitent leur performance, trouvent des solutions dans l'échange et la discussion. Cette libération de leur créativité est un indiscutable levier de performance. Et au-delà de la gestion des difficultés, c'est une culture de l'amélioration continue, où les points forts de l'organisation et de l'entreprise sont aussi valorisés".

Céline Oziel
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le bore-out : l'épuisement par l'ennui au travail

Après le burn-out, voici le bore-out. Ce mot désigne la pathologie psychologique induite par l’ennui au travail. Car au même titre que la surcharge de travail, l’ennui est un risque psycho-social à prendre en compte au sein de l’entreprise. Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, n'a parfois...

La BCE en pleine tourmente : émeutes à l’extérieur, rebellion sociale interne

Alors que des émeutes et des manifestations accompagnent mercredi 18 mars l’inauguration par la Banque centrale européenne (BCE) de son nouveau siège à Francfort, le ton monte également au sein de la puissante institution bancaire. La raison de cette colère sociale ? CDD à la chaîne,...

Dépendance : un enjeu de taille pour les entreprises françaises

En France, 8,5 millions de personnes s’occupent d’un proche dépendant. La moitié de ces aidants exercent un emploi. Comment concilier cette responsabilité familiale avec sa vie professionnelle, alors même que l’espérance de vie augmente et que les aidants seront structurellement plus...

Dépendance : aux Etats-Unis, des entreprises aident la "génération sandwich"

Comment concilier vie professionnelle et vie familiale quand on doit s’occuper non seulement de ses enfants, mais aussi de ses propres parents âgés, parfois dépendants ? Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de salariés aux Etats-Unis sont confrontés à cette...

Qualité de l’air au bureau : des dangers connus mais sous-évalués

Il existe aujourd’hui peu d’information sur la qualité de l’air dans les bureaux, bien que la nature des polluants soit connue. En 2013, l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a lancé la première grande campagne française de mesures sur le sujet. Mais l’étude piétine, en...

Le présentéisme, nouvel indicateur de risque au travail

En France, l’engagement et la motivation au travail se traduisent souvent par une présence accrue dans les locaux de l’entreprise. Pourtant, contrairement aux idées reçues, des horaires à rallonge ne sont pas nécessairement un gage d’efficacité. Depuis peu, le concept de "présentéisme",...

Présentéisme : un phénomène discriminant pour les femmes

La tendance franco-française à prolonger ses heures de travail pose un problème en termes de mixité. Les femmes, encore largement responsables des tâches domestiques et familiales, ne peuvent pas jouer le jeu de la visibilité et du réseautage au même titre que les hommes.

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Qatar travailleurs migrants sri lanka esclavage moderne Stade khalifa Doha andreas gebert DPA Picture alliance AFP

Qatar : des vies ruinées sur les chantiers de la Coupe du Monde de football 2022

Des dizaines de salariés travaillant sur le site qui va accueillir les cérémonies d’ouverture et de clôture de la Coupe du Monde 2022 n’ont pas perçu de salaire pendant des mois. Forcés de travailler gratuitement, ils logeaient dans des conditions insalubres, sans avoir de quoi se nourrir et...

IStock robot humains job automatisation

[Le chiffre] D’ici 2022, 54 % des salariés devront se former pour faire face à l’automatisation

Analyste de données, spécialiste de la blockchain, manager de l’innovation... Pour s’adapter à ces nouveaux métiers, 54 % des salariés dans le monde vont devoir réévaluer leurs compétences et suivre une formation. La France est l'un des pays où le besoin est le plus criant avec 105 jours de...

Bricotheque

Explosion des tiers lieux : une réponse à la transition écologique et à la reconquête des territoires

La France fait face à une explosion des tiers lieux. On en compte près de 1 500 déjà actifs et encore 300 en projet, selon un rapport remis le 19 septembre au gouvernement. Ces nouveaux espaces de travail répondent aussi bien aux enjeux de transition écologique qu’à des impératifs économiques. Pour...

Marriott Workers ready to strike hawai Unite Here jpg

Hôtels Marriott : quand la transition verte dégrade les conditions de travail des femmes de ménage

Aux États-Unis, une grève d’ampleur se prépare contre la direction du plus grand groupe hôtellier du monde, le groupe Marriott. Parmi les problèmes dénoncés par les personnels en charge de l'entretien : les conséquences sociales des programmes verts. Car si le fait de nettoyer moins fréquemment les...