Publié le 07 janvier 2015

SOCIAL

Dépendance : aux Etats-Unis, des entreprises aident la "génération sandwich"

Comment concilier vie professionnelle et vie familiale quand on doit s’occuper non seulement de ses enfants, mais aussi de ses propres parents âgés, parfois dépendants ? Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de salariés aux Etats-Unis sont confrontés à cette problématique. Des entreprises, conscientes de l’enjeu sociétal, mais aussi financier, commencent à mettre en place des solutions pour mieux les accompagner au quotidien: horaires plus flexibles, consultations avec des spécialistes de la gériatrie sur le lieu de travail ou encore accueil de groupes de parole autour d’un conseiller expert.

Photo d'illustration
© iStock

Quand son père a commencé à souffrir de démence sénile, Jody Gastfriend, une spécialiste de l’aide aux personnes âgées, s’est retrouvée comme "prise en sandwich" dans un étau de stress. "Je devais m’occuper de mes trois enfants et de mes parents, alors que je continuais à travailler à temps plein", se souvient cette travailleuse sociale chevronnée, désormais vice-présidente au sein du groupe de santé Care.com.

De cette expérience personnelle éprouvante est née une conviction: "personne ne devrait avoir à choisir entre aider un proche et assurer son travail". De plus en plus d’entreprises américaines en sont aujourd’hui conscientes et développent des programmes pour aider leurs salariés qui s’occupent de parents âgés à concilier vie professionnelle et vie familiale.

 

Le besoin n°1 ? la flexibilité

 

Car les salariés qui appartiennent à cette "génération sandwich" souffrent d’un stress bien particulier, avec des ressorts émotionnels, physiques et financiers qui s’entremêlent. "Que la nounou de votre fils vous appelle parce qu’il a un peu de fièvre, cela fait partie de la vie courante et vous savez que ça ne durera que quelques heures, rappelle Jody Gastfriend. Mais avec une personne âgée, on parle de maladies chroniques qui s’étalent sur des mois ou des années avec, au bout, la dépendance." Une situation particulière qui appelle des solutions adaptées.

Flexibilité est le maître mot en la matière. Quand un parent âgé est hospitalisé en urgence par exemple, plusieurs entreprises américaines proposent du travail à distance ou des aménagements d’emploi du temps. D’autres, comme le groupe médical Gundersen Lutheran, ont mis en place une "banque d’échange d’heures de travail", via laquelle des employés peuvent offrir du temps de repos à leurs collègues en difficulté.

 

Bénéfice collatéral : moins d’absentéisme et plus de productivité

 

Le laboratoire pharmaceutique Pfizer utilise de son côté les nouvelles technologies, notamment Skype, le service d’appels vidéo via Internet. "Imaginez: votre proche doit aller à une visite médicale alors que vous travaillez à deux heures de là. Vous branchez Skype au bureau et vous pouvez suivre toute la consultation à distance, en évitant des trajets inutiles", raconte Drew Holzapfel, le directeur de ReACT. Cette coalition rassemble 40entreprises qui ont rédigé ensemble un guide de "bonnes pratiques".

Parmi elles, le groupe Fannie Mae, la banque de refinancement hypothécaire montrée du doigt pendant la crise financière et qui est pourtant en pointe sur le sujet. Elle fait notamment appel aux services d’une spécialiste de la gériatrie qui accompagne les salariés "aidants" dans toutes leurs démarches, par exemple la recherche d’une maison de retraite.

Et parce que la dépendance est un sujet douloureux, parfois tabou, d’autres entreprises américaines proposent à leurs employés de participer à des groupes de parole: pendant la pause déjeuner, les volontaires peuvent venir se confier et débattre, en toute confidentialité, autour d’un conseiller.

Une perte de temps et d’argent pour l’entreprise? C’est tout le contraire, estime Drew Holzapfel pour qui les employeurs ont tout intérêt à s’engager s’ils veulent "diminuer l’absentéisme et augmenter la productivité". Aux Etats-Unis, 70% des employés qui s’occupent d’un parent âgé ont dû un jour faire des sacrifices professionnels: quitter leur travail en urgence, prendre des congés supplémentaires ou renoncer à une promotion. Sans compter les problèmes de santé que rencontrent ces "aidants", épuisés par le stress accumulé. Selon une étude réalisée par l’assureur MetLife, il y a là un manque à gagner chiffré à 34 milliards de dollars par an pour les entreprises américaines!  

Fannie Rascle
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Des entreprises relèvent le défi du cancer au travail

En 2012, 355 000 français ont déclaré un cancer. Et la majorité des personnes atteintes par la maladie exercait une activité au moment du diagnostic. Le maintien et le retour à l’emploi deviennent une sérieuse préoccupation pour les entreprises. Certaines en ont fait leur priorité en...

Les nouvelles technologies dopent l’emploi des handicapés

GPS, contrôle vocal des écrans d’ordinateur, visio-interprétation… Les personnes handicapées trouvent dans les progrès technologiques un moyen de compenser tout ou partie de leur handicap. Cette révolution numérique change radicalement la donne en termes d’emploi ; à commencer par...

Le critère de l’adresse : le grand oublié des luttes contre les discriminations

Le critère de l’adresse reste déterminant dans une recherche d’emploi. Résider dans une zone sensible peut être handicapant pour les candidats. Les efforts des entreprises pour lutter contre cette discrimination sont toujours insuffisants. De timides initiatives commencent à émerger pour...

Handicap : les autistes au secours de la productivité des entreprises allemandes

D’un côté, des autistes diagnostiqués Asperger avec leur handicap relationnel ; de l’autre, de grandes entreprises en manque de personnels qualifiés. Au final : des gens qui vivent en bonne intelligence, où tous profitent des talents mal connus de ces handicapés. Et des idées reçues qui...

Handicap : les entreprises russes en progrès

En Russie, l'intégration des personnes handicapées dans les entreprises reste un problème majeur. Alors que les stéréotypes ont la vie dure, l’Etat ambitionne d’améliorer la situation grace à un projet de loi qui pourrait être voté en 2016. Un lent changement des mentalités est en cours.

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Teletravail Jean Castex LE O PIERRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le télétravail, un "héritage positif" du Covid-19 qui devrait perdurer après la crise

Les salariés n'ont jamais été aussi nombreux à télétravailler avec la crise sanitaire. Si le Covid-19 a donné un coup d'accélérateur, Jean Castex espère que cette pratique "survivra à la pandémie". Il a ainsi demandé aux organisations patronales et syndicales de négocier un accord sur le sujet....

Livreur velo iStock piksel

[Les raisons d’y croire] Des livreurs se regroupent pour créer des plateformes locales et indépendantes

Face à l’ubérisation de la livraison, les livreurs se prennent en main en créant leur propre plateforme. C’est le cas dans plusieurs villes : Nantes, Lille, Paris, Angers et maintenant Rennes. Des coopératives qui font figure de petits poucets face aux géants Uber ou Deliveroo mais qui permettent de...

Nicolas Schmit commissaire europeen CE

La Commission européenne avance ses pions sur un salaire minimum commun

Alors que l’économie européenne devrait souffrir encore plusieurs mois de la pandémie, la Commission vient de rendre public son projet de directive sur un salaire minimum commun pour les pays membres. Ce dispositif ambitionne de réduire le nombre de salariés vivant dans la pauvreté, et à ne pas...

Uber congestion pollution climat TE

Les Californiens soutiennent le modèle d'Uber, malgré les critiques des travailleurs

C'est le "Réferendum Uber". Le 3 novembre, en même temps que l’élection présidentielle, les Californiens ont voté pour décider du sort de l’économie des plateformes, appelée "gig economy" outre-Atlantique. Alors que le chômage monte en flèche avec le Covid-19, les électeurs ont accepté que les...