Publié le 09 novembre 2022

POLITIQUE

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de Donald Trump qui n’a pas eu lieu. Ceci dit certaines places fortes républicaines comme la Floride s’enracinent dans leur guerre de civilisation contre le wokisme qui fracture les États-Unis sur des sujets environnementaux, sociaux, d’intégration des minorités et de mœurs, comme au Brésil et dans tant d’autres démocraties.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP
Les élections de mi-mandat aux États-Unis visent à remplacer une partie des membres de la Chambre des représentants et du Sénat.
@Mandel Ngan / AFP

"Plutôt rouge que démocrate", "plutôt la Russie que les wokistes". Ce sont des slogans qui ont émaillé la campagne des Républicains. Ils ont créé ce débat ultra-clivant entre deux Amériques en guerre l’une contre l’autre, qui se battent à travers les réseaux sociaux à coup de contre-vérités et de diabolisation de l’adversaire. Évacuer tout débat de fond pour se battre à coup de slogans est une stratégie qui a permis à Donald Trump d’être élu en 2016, vraisemblablement avec l’appui des réseaux russes.

La nouveauté 2022, c’est que la Russie revendique aujourd’hui haut et fort son interférence dans un scrutin interne au pays qui apporte le soutien le plus important à l’Ukraine. La journaliste Julia Davis rapporte qu’à la télévision russe, le propagandiste Vladimir Solovyov a ouvert son émission du week-end par un "Bienvenue dans la journée d’interférence réussie dans le scrutin américain".

Une interférence revendiquée par la Russie

L’un des proches de Vladimir Poutine, Yevgeny Prigozhin, le patron de l’armée de mercenaires Wagner, l’a lui aussi affirmé dans les médias russes. "Sur les élections américaines, nous avons interféré, nous interférons, nous le ferons dans l’avenir", assène-t-il. C’est une des raisons pour lesquelles il est activement recherché par le département d’État américain qui offre une récompense de 10 millions de dollars pour toute information utile. 

La stratégie du chaos est une forme de guerre hybride, théorisée et appliquée par Vladimir Poutine bien avant le déclenchement de la guerre en Ukraine. Très bien décrite dans le remarquable livre de Giulano da Ampoli "Le mage du Kremlin", elle repose sur l’idée de soutenir par tous moyens, tous les mouvements mêmes le plus petits, dont l’objectif est de déstabiliser les démocraties occidentales. Cette stratégie a grandement aidé les mouvances d’extrême droite à progresser électoralement, comme au Brésil

Elle divise profondément les pays où elle se développe entre blancs et non blancs, riches et pauvres, partisans des modèles économiques ultra-libéraux contre défenseurs de l’environnement. Aux États-Unis, cela a aidé le mouvement du Tea Party, qui était embryonnaire il y a 12 ans, à prendre d’assaut tout le parti républicain comme l’a expliqué l’historienne Sylvie Laurent sur France Inter.

Guerre de civilisation

La figure montante de ces Républicains qui se posent en garant de leur civilisation américaine en péril, est le gouverneur Ron de Santis. Il vient d’être réélu à la tête de la Floride avec vingt points d’avance. Persuadé d’avoir une mission divine pour bouter le wokisme hors de l’Amérique, il a fait adopter une série de lois pour interdire toute allusion à l’homosexualité dans les écoles, baptisée #DontSayGay. Il bataille aussi contre la finance climat pour protéger les énergies fossiles. Peu importe que l’État ait été ravagé par un cyclone d’une puissance exceptionnelle en septembre !

Mais il est loin de représenter toute l’Amérique. Pour illustrer ces fractures, les électeurs du Massachusetts ont élu le 8 novembre, la première gouverneure lesbienne, Maura Healey, ardente défenseure de l’égalité, en particulier dans l’accès aux soins.

Les résultats des élections de mi-mandat montrent qu’une grande partie des 80 millions d’électeurs de Joe Biden de 2020, résistent à la vague de vérités alternatives qui a porté Trump au pouvoir et provoqué l’attaque du Capitole. Ils défendent une certaine idée de l’Amérique et savent qu’aujourd’hui, elle est bien malade au sens propre du terme. L’an dernier 107 000 personnes y sont mortes par overdose dont plus des deux tiers à cause des opiacés de synthèse comme le Fentanyl, une menace de l’intérieur qui a progressé de 15% entre 2020 et 2021 !

Anne-Catherine Husson-Traore, @AC_HT_, directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Capitole Etats Unis midterms 2022 Mandel Ngan AFP

Les résultats des élections américaines montrent les limites de la guerre d’influence anti-woke

"Trump-Biden, la revanche" était le titre du scénario écrit par les sondages pour les élections de mi-mandat organisées le 8 novembre. Mais les électeurs en ont écrit un autre. Le camp démocrate, emmené par le Président Biden, a beaucoup mieux résisté que prévu à une vague de submersion rouge de...

Election lula bresil 301022 CARL DE SOUZA AFP

Lula, réélu à la tête d’un Brésil divisé sur tout : l’Amazonie, l’agro-industrie et les inégalités de richesse

Lula, l’ancien métallo, est redevenu à 77 ans le président du Brésil. Cet homme de gauche à la tête d’une large coalition, a battu d’une courte tête Jaïr Bolsonaro, le Trump tropical. Cette élection cruciale pour la protection de l’Amazonie, poumon mondial menacé, est aussi un coup d’arrêt à un...

Liz Truss Daniel Leal AFP

La démission de Liz Truss, nouvelle mort du Royaume-Uni d’Élisabeth II et de Margaret Thatcher ?

Le mandat de la Première ministre britannique n’aura survécu qu’un peu plus d’un mois à la reine d’Angleterre. Liz Truss est encore en vie mais sa carrière politique est morte, 45 jours après l’enterrement en grande pompe d’Élisabeth II qui traînait dans son cortège les derniers restes du 20e...

Vincent Edin

Vincent Edin (journaliste, auteur) : "Les mobilisations sociales sont le signe d'une maltraitance institutionnelle"

D’un côté, une colère sociale qui s’intensifie. De l’autre, un gouvernement qui refuse de légitimer le mouvement… en toute logique, d’après Vincent Edin, spécialiste de la rhétorique politique. Selon lui, l’absence de consensus à la croisée des luttes ne permet pas aux revendications d’aboutir...