Publié le 18 octobre 2020

POLITIQUE

La revue scientifique Nature apporte son soutien à Joe Biden contre Donald Trump qui "méprise les faits et la vérité"

Pour la troisième fois consécutive, la grande revue scientifique Nature prend parti pour un candidat à l’élection présidentielle américaine. Mercredi 14 octobre, le journal a annoncé son soutien à Joe Biden dans la course à la Maison Blanche. Dans un édito, elle descend en flamme Donald Trump, accusé de nier la réalité scientifique et le changement climatique.

Nature Joe Biden election Nature
"Pourquoi Nature soutient Joe Biden", le titre de l'édito de la revue scientifique du 14 octobre.
@Nature

"Aucun autre président dans l'histoire récente n'a essayé à ce point de politiser les agences gouvernementales et de les purger de l'expertise scientifique. Les actions de l'administration Trump accélèrent le changement climatique, rasent la nature, souillent l'air et tuent la vie sauvage, ainsi que des humains", écrit la revue de référence Nature dans un éditorial cinglant, intitulé "Pourquoi nature Soutient Joe Biden pour la présidence".

Ce n'est pas la première fois qu'un candidat obtient les faveurs de Nature. La revue avait exprimé sa préférence pour Barack Obama en 2012 et pour Hillary Clinton en 2016, mais de façon moins incisive. Nature pointe notamment du doigt l'annonce du retrait des États-Unis de l'Accord de Paris sur le climat et d'institutions internationales comme l'Organisation mondiale de la Santé. Mais aussi les "interférences sur les agences scientifiques et sanitaires (...) essentielles pour la sécurité de la population" et le "mépris" pour "les faits et la vérité, qui s'est affiché dans sa désastreuse réponse à la pandémie de Covid-19".

Échec catastrophique

Avec plus de 215 000 morts du coronavirus, "Trump a échoué de manière catastrophique au moment le plus important", martèle la revue, qui refuse "de ne rien faire pendant que la science est ébranlée". "Donald Trump est devenu une icône pour ceux qui cherchent à semer la haine et la division", estime encore la revue. À l'opposé, "la confiance de Joe Biden en la vérité, les preuves, la science et la démocratie en fait le seul choix possible pour les élections américaines", poursuit Nature, appelant les électeurs à "voter pour lui le 3 novembre".

Cet éditorial au vitriol intervient alors que Nature vient d'annoncer une couverture plus importante des questions politiques, parce que "science et politique sont indissociables". En septembre, pour la première fois en 175 ans d'existence, la publication scientifique Scientific American avait annoncé aussi son soutien au candidat démocrate, éreintant Donald Trump pour son rejet de la science et son "déni" du changement climatique.

Sans soutenir explicitement Biden, le New England Journal of Medicine a dénoncé la semaine dernière l'"échec" des dirigeants américains en place dans la gestion de la crise du Covid-19: "Nous ne devons pas les soutenir et permettre la mort de milliers d'Américains supplémentaires en leur permettant de garder leur poste".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...