Publié le 03 juillet 2020

POLITIQUE

Jean Castex, le nouveau Premier ministre va affronter "la crise économique et sociale"

Pour remplacer Édouard Philippe à Matignon, on attendait une réponse à la vague verte des municipales. Mais en nommant Jean Castex, Emmanuel Macron fait le choix d’un Premier ministre spécialiste des sujets sociaux et économiques, expert des questions de santé. L’enjeu est, à deux ans de l’élection de présidentielle, de gérer la colère sociale et de régler la crise de l’hôpital. L'homme veut que la France sorte de la crise plus "forte et solidaire".

Edouard Philippe Jean Castec Premier ministre LudovicMarin6AFP
Jean Castex, proche de Xavier Bertrand et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, devient le Premier ministre d'Emmanuel Macron.
@LudovicMarin/AFP

Emmanuel Macron a déjoué tous les pronostics. Après la démission attendue d’Édouard Philippe ce vendredi 3 juillet, beaucoup d’observateurs attendaient la nomination à Matignon d’une femme et/ou d’une figure portant des valeurs écologiques fortes. Plusieurs noms avaient circulé : Florence Parly, ministre des Armées, Nathalie Kosciusko-Morizet, ancienne ministre de l’Environnement, et même Laurence Tubiana, l’une des architectes de l’Accord de Paris. Mais c’est finalement le nom de Jean Castex qui est sorti du chapeau.

En désignant cet énarque de 54 ans, maire Les Républicains de Prades dans les Pyrénées-Orientales, Emmanuel Macron ne fait pas le choix de répondre à la déroute de LREM aux municipales et à la vague verte. Il maintient le cap engagé lors du déconfinement. C’est en effet un homme de confiance d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe à qui ils ont confié le 2 avril la mise en place du plan de déconfinement français. C’est lui qui a établi les étapes afin de concilier sécurité sanitaire et relance économique sans trop tarder.

Un travail qui a convaincu Emmanuel Macron, puisqu'il confie à l'homme de droite les commandes d'une France à l'aube d'une crise économique. Après un sincère hommage à son prédécesseur, le nouvel hôte de Matignon lance : "La crise économique et sociale est déjà là. les priorités vont évoluer et les méthodes devront être adaptées. Nous devons préparer la nation contre cette crise qui s'installe et en sortir plus forts et plus solidaires". 

Un habitué du dialogue social…

Auparavant délégué interministériel à la préparation des grands événements sportifs - dont les JO de 2024 -, le nouveau Premier ministre va donc oeuvrer à déployer le futur plan de relance français post-covid. Alors que la crise des Gilets jaunes demeure et que de massifs plans de licenciement sont en cours, Emmanuel Macron compte sur Jean Castex pour éteindre les incendies. C’est un habitué du dialogue social, en tant qu’ex-directeur de cabinet au ministère du Travail, puis secrétaire général adjoint à l'Élysée à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy.

Jean Castex a bonne réputation auprès de Jean-Claude Mailly, l'ex-numéro un de FO et de l'ex-secrétaire général de la CGT Bernard Thibault. Il avait travaillé avec ce dernier sur le service minimum dans les transports, la réforme des régimes spéciaux et la TVA sociale. Plus globalement, il laisse à l'époque chez ses interlocuteurs des centrales syndicales le souvenir d'un homme "disponible" et "avenant" même s'il "cache une certaine fermeté", avec "une excellente connaissance de ses dossiers", rapporte l’AFP.

… et de la santé

 

Avec Jean Castex et son directeur de cabinet Nicolas Revel, ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée sous Hollande et actuel directeur de la Caisse nationale de l'assurance-maladie, c’est bien le sujet la crise de l’hôpital et du Ségur de la santé (actuellement suspendu en raison du remaniement) qu’Emmanuel Macron veut régler. Car le nouveau Premier ministre est connaisseur de ces questions. En 2005, Jean Castex prend la direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (DHOS) et mettra en place la première baisse des tarifs hospitaliers. Il devient ensuite directeur de cabinet de Xavier Bertrand au ministère de la Santé (2006-2007). "Le premier plan pandémie, c'est Jean Castex qui est dircab" à l'époque du virus H5N1, rappelle Xavier Bertrand.

Reste la question des engagements de la France en matière de transition écologique et la capacité à apporter une réponse à l’aspiration des citoyens pour un modèle économique plus durable et résilient. Des thématiques sur lesquelles Jean Castex ne s’est jamais exprimé ou pour lesquelles il ne semble pas avoir d’expérience spécifique. L’ancien député LREM Matthieu Orphelin écrit sur Twitter : "Je lui souhaite la réussite pour le pays mais, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on ne l'a pas souvent entendu parler d'#écologie avant ce jour..." Dans ce cadre, le choix qu’il fera au ministère de la Transition écologique sera clé, car le ou la ministre qui occupera ce poste sera seul maître à bord. Au début du quinquennat, Emmanuel Macron avait réussi à attirer Nicolas Hulot, il faudra faire aussi bien cette fois-ci.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Pays heureux

Finlande et Nouvelle-Zélande : la réussite de ces pays ringardise le PIB

Alors que de plus en plus de pays réfléchissent à faire évoluer leurs indicateurs de croissance, la Finlande et la Nouvelle-Zélande sont déjà passées à l’acte. Elles évaluent leurs performances non plus seulement à l’aune de la croissance mais aussi du bien-être. Ce n’est donc pas un hasard si ces...

3 COO

3% de déficit : une règle d'or fixée un peu par hasard

La Commission européenne lance une consultation publique sur une hypothétique réforme du Pacte de stabilité et de croissance qui encadre les politiques budgétaires des États membres. Ce pacte a notamment érigé en règle d’or la limite d’un déficit public à 3% du PIB. Mais comment et sur quels...

Mesures fiscales cco

La théorie du ruissellement défendue par Emmanuel Macron ne passe pas l’épreuve des faits

Les réformes fiscales de 2018, dont la fin de l'impôt sur la fortune, devaient transformer les baisses de taxes des ménages les plus riches en investissements dans l’économie réelle. Mais un rapport de France Stratégie vient à l'encontre de cette théorie. Dans les faits, les réformes n’ont pas eu...

Sandrine Rousseau Yannick Jadot Antonin Burat Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Le drapeau écologiste sera porté par Yannick Jadot qui élargit son horizon de campagne

Et si la campagne présidentielle avait vraiment commencé avec la Primaire écologiste qui, contre vents et marées médiatiques, a tenté de dessiner un nouvel agenda politique ? Yannick Jadot a battu d’une très courte tête Sandrine Rousseau lors du second tour de la primaire du parti. Un score serré...