Publié le 23 avril 2019

POLITIQUE

"Inquiétant recul" de l'aide au développement en 2018, selon l’OCDE

L'aide au développement a connu une baisse de 2,7 % l'an dernier par rapport à 2017, pour s'établir à 149,3 milliards de dollars. Le recul est particulièrement fort vers les États qui en ont le plus besoin, a alerté l'OCDE. La France fait parti des rares pays à avoir augmenter leur contribution.

L'aide au développement accuse un recul important, notamment envers les pays qui en ont le plus besoin selon l'OCDE
@pixabay

Les pays donateurs de l’aide au développement ne "tiennent pas leur engagement", selon une étude de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Les montants ont connu "un recul inquiétant en 2018", avec une baisse de 2,7 % par rapport à 2017, soit 149,3 milliards de dollars (1). Une goutte d’eau si l’on considère le PIB mondial, de l’ordre de 85 000 milliards de dollars.

Ce sont en particulier les États qui en ont le plus besoin qui sont lésés. L'aide bilatérale accordée aux pays les moins avancés a baissé de 3 % et a même chuté de 4 % pour l'Afrique, selon l’étude de l’organisation publiée mercredi 10 avril. "Cet affaiblissement de l'aide publique est particulièrement inquiétant car il fait suite à des données montrant que les apports privés en faveur du développement diminuent également", a regretté le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, dans un communiqué.

Mauvais signal pour l’atteinte des objectifs de développement durable

"Les pays donateurs ne tiennent pas leur engagement en faveur d'une augmentation du financement du développement pris en 2015, ce qui augure mal de notre capacité à concrétiser les Objectifs de développement durable à l'horizon 2030", a-t-il prévenu.

Selon l'OCDE, l'aide a reculé dans une douzaine de pays l'an dernier, en raison notamment "d'une baisse du nombre d'arrivées de réfugiés", les replis les plus marqués ayant été observés en Autriche, Finlande, Grèce, Italie, Japon et Portugal. En revanche, 17 pays donateurs ont augmenté leur contribution, parmi eux la Hongrie, l'Islande et la Nouvelle-Zélande qui ont enregistré les "hausses les plus marquées".

L’aide française en hausse, mais encore loin des 0,7 % de PIB

En France, l’aide au développement a grimpé de 4,4 % l'an dernier "en raison d'une augmentation globale de ses programmes d'aides" à 12,2 milliards de dollars. Mais avec 0,43% du Revenu national brut (RNB), elle reste encore loin de l'objectif de 0,7 % recommandé par les Nations unies. Un objectif que seuls quelques pays atteignent : la Suède (1,04 %), le Luxembourg (0,98 %), la Norvège (0,94 %), le Royaume-Uni (0,7 %) mais aussi, hors OCDE, la Turquie (1,1 %) et les Emirats Arabes Unis (0,95 %).

"L'aide totale accordée par les pays riches en 2018 n'est qu'à peine supérieure à la fortune de l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos (...). Il est scandaleux que la plupart des pays riches ne parviennent toujours pas à atteindre le niveau d'aide au développement promis il y a plus de 50 ans", dénonce Julie Seghers, de l'organisation Oxfam international.

Quant à la France, elle "doit intensifier ses efforts dès maintenant pour atteindre l'objectif fixé par le président de la République d'allouer 0,55% du RNB à l'APD d'ici à 2022. C'est d'autant plus nécessaire en cette année de présidence du G7, alors que d'autres pays donateurs se désengagent et que la coopération internationale est remise en cause par certains", a insisté Friederike Röder, directrice UE et France de l'ONG One.

Selon Rémi Rioux, le directeur de l'Agence française de développement (AFD), la future loi d'orientation sur le développement doit donner "une vision pluriannelle de la trajectoire définie par la France de consacrer 0,55 % de son revenu national brut au financement du développement", a t-il précisé à l'agence AEF-Développement durable. 

Béatrice Héraud avec AFP 

(1) Ces comparaisons sont établies à partir de l'ancienne méthode de calcul des flux financiers. L'institution, basée à Paris, a changé cette année de mode de calcul pour mieux mesurer les transferts effectifs d'aide. Selon cette nouvelle méthode, le montant de l'aide au développement s'est élevé à 153 milliards de dollars l'an dernier.


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Coronavirus : les assureurs appelés à s'engager de plus en plus dans l'effort de solidarité nationale

Alors qu'ils viennent de verser 200 millions d'euros dans le fonds de solidarité dédié aux entreprises en difficulté et que les initiatives se multiplient comme la Maif qui va reverser 100 millions d'euros à ses abonnés, le gouvernement appelle le secteur à aller plus loin. Les entreprises et...

Bruno Le Maire Coronavirus EricPiermont AFP

Coronavirus : l'étau se resserre sur le versement des dividendes des grandes entreprises

Le ministre de l’Économie recommande aux entreprises de ne pas verser de dividendes lorsqu’elles ont recours au chômage partiel. Une préconisation un peu plus forte que celle qu’il avait formulée quelques jours plus tôt. De son côté, l’association des grandes entreprises demande à ses adhérents de...

Justin Godart le general Sarrail et le medecin inspecteur Ruotte devant l ambulance

[À l’origine] Le ministère de la santé, en première ligne face au Coronavirus, né de l’hygiène publique et de la guerre

Depuis plusieurs semaines, le ministère de la Santé tient le compte des malades et des morts en France des suites de l’épidémie de Coronavirus. Et il martèle aux Français de rester de chez eux et de respecter les gestes barrières. Ce ministère, sous sa forme actuelle, existe dans tous les...

Antonio Guterres Onu Onu

Coronavirus : des pays en guerre préparent des cessez-le-feu pour lutter contre la pandémie mondiale

C’est désormais la planète entière qui fait face à l’épidémie de Coronavirus. À tel point que, répondant à un appel du secrétaire général des Nations unies, plusieurs pays ravagés depuis des années par les confits vont cesser les combats pour lutter contre le virus.