Publié le 31 janvier 2022

POLITIQUE

[Édito] Primaire Populaire : nouvel épisode de la pire campagne présidentielle française !

Primaire après primaire, le résultat est le même : on ne parle que de candidats et candidates, vainqueurs ou vaincus mais jamais ou si peu de programmes, de projets et des raisons qui pourraient pousser les électeurs à se déplacer pour voter à des élections organisées pendant les vacances scolaires. Christiane Taubira a remporté la Primaire Populaire, Yannick Jadot celle des Verts sans que cela n’aide à n’avoir qu’une seule candidature à gauche pour porter leurs priorités communes :  l’environnement et la justice sociale. 

Primaire populaire 3 1
Christiane Taubira, ancienne Garde des Sceaux, est arrivée en tête de la Primaire populaire.
Capture d'écran Youtube Primaire populaire

Étrange spectacle dimanche soir sur YouTube. L’annonce des résultats de la Primaire Populaire tenait du spectacle d’impro avec des problèmes de son et un déluge d’insultes dans le chat. Les 10 000 spectateurs ont assisté en direct au dévoilement d’un classement inspiré des bulletins scolaires. Les principaux candidats, volontaires comme réfractaires ont obtenu les mentions suivantes. Christiane Taubira : Bien +, Yannick Jadot : Assez bien +, Jean-Luc Mélenchon : Assez bien, Pierre Larroutourou : Passable + et Anne Hidalgo : Passable +. Ce résultat est le fruit des 84 % des votes exprimés dans le cadre de la Primaire Populaire à laquelle s’étaient inscrites 467 000 personnes. 

"Nous avions à cœur de vous montrer que la Primaire Populaire n’était pas un mouvement de cliqueurs mais un mouvement de terrain", ont expliqué les organisateurs qui se sont succédé au micro installé devant un groupe de jeunes masqués portant des slogans comme "Nous sommes les 99 %" (par opposition au 1% les plus riches). Les orateurs ont énuméré les centaines de bénévoles mobilisés pendant les quatre jours de vote, les milliers de personnes impliquées dans ce qui restera la première tentative d’instaurer un processus électoral hors parti pour donner une nouvelle vitalité à la démocratie. Mais le processus de co-construction des dix mesures de ruptures environnementales et sociales suggérées par la Primaire Populaire, a été complètement éclipsé médiatiquement par le débat autour des candidats, ceux qui voulaient en être et ceux qui n’en voulaient pas. 

La campagne n'a pas commencé sur le fond 

La Primaire populaire a donc, sans surprise, placé Christiane Taubira en tête qui a appelé à l’Union ses deux poursuivants qui avaient pourtant dit qu’ils ne voulaient pas jouer. Elle a promis de les appeler pour en discuter.

À deux mois des Présidentielles, la campagne n’a toujours pas commencé sur le fond. Quelles sont les propositions, les visions d’avenir, les projets des candidats pour aider les Français à affronter des crises environnementales et sociales auxquelles ils font déjà face ? La campagne présidentielle française s’est recroquevillée sur elle-même, se nourrissant de sondages façon course de petits chevaux, pronostiquant à l’infini sur la composition du duo final en lice pour le second tour sans que le pourquoi ne soit jamais au premier plan. Elle est à rebours de la campagne allemande de l’automne, centrée sur les programmes des uns et des autres et la lutte contre le changement climatique, et qui a abouti à la construction d’un programme de gouvernement alliant SPD, libéraux et Verts. 

La Primaire Populaire a donc propulsé une nouvelle candidature à gauche, à un peu plus de deux mois du premier Tour des Présidentielles. Christiane Taubira va essayer de s’appuyer sur ce résultat pour légitimer sa candidature mais il ne reste plus que quelques semaines pour que cette campagne ne reste pas la pire de la Ve République. Cette campagne a mis au premier plan les enjeux d’identité et de sécurité portés par l’extrême droite et n’arrive toujours pas, malgré le nombre de candidats qui s’en réclament, à évoquer l’environnement et la justice sociale qui sont pourtant en tête des priorités des Français. 

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...