Publié le 08 décembre 2021

ENVIRONNEMENT

Le climat et la reconversion écologique de l’industrie, priorités du nouveau gouvernement allemand

Avec deux élus Verts à des postes clefs, le nouveau gouvernement allemand innove. Robert Habeck va diriger un "Ministère de l’économie et de la protection du climat" qui symbolise la volonté de l’Allemagne de faire converger les deux, et Annalena Baerbock, qui sera la première femme ministre des Affaires étrangères, a affirmé son opposition à NordStream 2, le canal gazier qui relie l’Allemagne à la Russie. Retour sur ce changement de cap. 

Allemagne gouvernement coalition Florian Gaertner Photothek dpa Picture Alliance via AFP
Christian Lindner, ministre fédéral des Finances désigné, Robert Habeck, ministre fédéral désigné de l'Économie et de la Protection du climat et Vice-chancelier, et Olaf Scholz, désigné Chancelier fédéral.
Florian Gaertner / Photothek / dpa Picture-Alliance via AFP

La construction du programme gouvernemental allemand qui tient sur 177 pages a pris plusieurs semaines mais elle a aidé à consolider la nouvelle coalition. Les trois composantes (SPD, Libéraux et Verts) l’ont fait approuver par leurs partis respectifs et le nouveau Chancelier, Olaf Stoltz (SPD) prend ses fonctions avec une priorité officielle : mettre l’Allemagne sur une trajectoire de réchauffement d’1,5 °C soit une quasi-révolution. La catastrophe climatique de l’été a bel et bien été un électro-choc pour les Allemands qui ont pu comprendre la nécessité d’agir vite et fort pour s’adapter à un changement climatique déjà en cours. 

Le député européen Vert, Sven Giegold qui quitte le Parlement pour rejoindre son gouvernement comme Secrétaire d’État, a publié une longue déclaration sur son site Internet. Pour lui : "L’accord de la coalition ouvre la chance d’un nouveau départ pour l’Allemagne et l’Europe. Pour que cela ne soit pas des mots creux, il faut des améliorations concrètes sur l’écologie, la cohésion sociale, l’économie, la société et la démocratie." Il ajoute : "L’accord de la coalition définit comme priorité numéro un l’objectif de s’aligner sur la trajectoire de l’Accord de Paris ce qui suppose une "restructuration écologique" de toute l’industrie allemande."

Bras de fer France-Allemagne

L’énergie est le changement de cap le plus concret puisque le programme prévoit non seulement d’avancer la sortie du charbon mais se fixe aussi l’objectif de couvrir 80 % de besoins en électricité avec des énergies renouvelables, notamment solaire et éolienne d’ici 2030. L’idée est de rester un grand pays industriel en s’appuyant sur le gaz pour faire la transition. Le nouveau gouvernement maintient la sortie du nucléaire d’ici à fin 2022 et promet des "prix de l’énergie socialement justes". Il veut aussi moderniser l’Allemagne en l’équipant d’infrastructures adaptées à ses ambitions climatiques, et de réseaux numériques permettant de doper une économie digitale en devenir.

Le programme précise que le "développement économique et responsabilité écologique doivent être pensés ensemble pour préserver et protéger nos ressources avec les Objectifs de Développement Durable comme boussole." Les Libéraux, troisième composante de la coalition, ont quand même mis des freins à cette transformation verte. Ils gardent le ministère des Finances et ils ont refusé de mettre en place une politique fiscale redistributive comme de réguler les marchés financiers.

Cela va être passionnant d’observer la construction de ce nouvel ordre économique basé sur un cocktail détonnant d’engagements écologiques et de transformation industrielle en conservant une politique financière relativement souple. La coalition appelle cela l’économie sociale de marché. Si l’Allemagne réussit sa mue, elle devrait pouvoir entraîner toute l’Europe et entend déjà commencer à la mobiliser. Ceci dit, les relations avec la France pourraient être tendues dans les mois qui viennent autour de l’énergie nucléaire. La France qui va prendre la présidence du Conseil européen pour six mois à partir du 1er janvier, est farouchement pour, les Verts allemands farouchement contre. Leur bras de fer pourrait menacer l’avenir du Green Deal européen !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Extinction rebellion royaume uni nouvelle strategie DR

Désobéissance civile : Extinction Rebellion quitte sa "bulle militante" pour convaincre le grand public (1/3)

Il y a quelques semaines, Extinction Rebellion a créé la surprise. Au Royaume-Uni, le mouvement a pris la décision d’abandonner les blocages d'autoroutes et mains collés aux œuvres d'art. Une méthode de contestation jusqu'alors au cœur du collectif qui s’est construit autour d’actions de...

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...