Publié le 29 mars 2022

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Remplacer le gaz russe par le GNL américain, le pire des scénarios climatiques : on vous explique pourquoi en une infographie

Pour assurer notre sécurité énergétique, l'Union européenne se tourne vers le gaz naturel liquéfié (GNL). La Commission européenne vient de signer un accord avec les États-Unis pour assurer un approvisionnement stable jusqu'en 2030. De nouvelles infrastructures vont ainsi voir le jour sur le continent. Mais le GNL a un impact carbone plus important que le gaz transporté par gazoduc. Cette stratégie pourrait donc mettre à mal nos objectifs climatiques. 

Terminal methanier rio grande LNG au sud du texas RioGrandeLNG
La France importe déjà du gaz de schiste liquéfié via le terminal méthanier de Rio Grande LNG, au sud du Texas.
@Rio Grande LNG

En marge du sommet européen qui s’est tenu les 24 et 25 mars, la Commission européenne et les États-Unis ont signé un accord pour livrer 15 milliards de mètres cube de gaz naturel liquéfié (GNL) supplémentaires dès cette année, soit une hausse de 70 % par rapport à l’approvisionnement actuel, et jusqu’à 50 milliards ensuite chaque année d’ici 2030. Face à la guerre en Ukraine, c’est la principale voie choisie par Bruxelles pour assurer la sécurité énergétique du continent. L’objectif est ainsi de ne plus dépendre des combustibles fossiles russes d’ici 2027.

Dans le même temps, la France, qui est déjà dotée de quatre terminaux méthaniers terrestres, planche sur une cinquième installation dans le port du Havre, flottante cette fois-ci, selon une information des Échos. L’Hexagone deviendrait ainsi le 3e pays le plus important en termes de capacités d’importation de GNL en Europe. L’Allemagne a également annoncé la construction de son premier terminal méthanier. Une course au GNL qui inquiète sur le plan climatique.

"Il ne faudrait pas que notre volonté d’indépendance énergétique face à la Russie ne se fasse au détriment du climat", prévient Alexandre Joly, consultant senior au sein du cabinet Carbone 4. En octobre dernier, il a co-publié une analyse comparative de l’empreinte carbone amont (de l’extraction jusqu’au lieu de livraison) du gaz naturel transporté par gazoduc et du gaz naturel liquéfié pour la France. Il apparaît que le GNL émet deux fois et demi plus de CO2 équivalent que le gaz transporté par gazoduc. En cause, la préparation du gaz naturel (purification et liquéfaction) en vue de son transport en méthanier, puis le transport lui-même par bateau, et enfin la regazéification du gaz liquide.

Infog GNL Impact carbone

L’UE pourrait se passer de gaz russe sans construire de nouvelles infrastructures

Ainsi, le gaz naturel liquéfié américain apparaît comme la pire des solutions sur le plan climatique avec une empreinte carbone amont dix fois supérieure par exemple au gaz norvégien ou néerlandais transporté par gazoduc. Il est aussi deux fois plus émetteur que le GNL russe, en raison de la distance parcourue plus importante, qui implique des fuites de méthane plus élevées, mais aussi du mode extractif. Le GNL américain est souvent issu de gaz de schiste extrait par fracturation hydraulique, "un processus qui nécessite un apport supplémentaire d’énergie afin de fracturer la roche et qui entraîne des rejets de méthane également supérieurs par rapport à une configuration conventionnelle", explique Carbone 4.

"Bruxelles justifie le recours au GNL comme une solution de court-terme pour répondre à la crise, mais ça ne tient pas car les contrats et les investissements engagés nous enferment pour plusieurs années encore dans notre addiction aux énergies fossiles. Le risque est de ne pas atteindre nos objectifs climatiques alors que nous savons que nous devons sortir des énergies fossiles d’ici 13 ans", réagit Lorette Philippot de l'association Les Amis de la Terre. Elle s’inquiète en outre des procédures d’autorisation pour les nouvelles infrastructures qui sont appelées à être allégées par Bruxelles.

Pourtant, selon une nouvelle étude des groupes de réflexion Ember, E3G, RAP et Bellona, l’Union européenne pourrait se passer de ses importations de gaz russe d’ici 2025 sans construire de nouveaux terminaux de GNL. Deux tiers des importations pourraient être réduites grâce à des mesures d’efficacité énergétique, d’électrification des usages et en augmentant la production d’électricité renouvelable. Le tiers restant pourrait être acheminé par le réseau de gazoducs existants. Bruxelles précise toutefois que tous les travaux d'infrastructures nécessaires (terminaux, interconnecteurs) se feront de la manière la plus "verte" possible, au moyen d'énergie "propre", et que les nouvelles infrastructures devront pouvoir être converties, à terme, à l'hydrogène. 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Rabais à la pompe, "plan de résilience" : Des mesures d'urgence mais pas de virage écologique

Alors que la crise de l'énergie incluant le pétrole et le gaz va coûter près de 25 milliards d’euros à l’État cette année, celui-ci tente de répondre à l'urgence en multipliant les mesures court-termistes. Or ces dernières sont pointées du doigt par plusieurs observateurs car elles ne...

Covoiturage, vélo, voiture électrique... La flambée des prix de l'énergie change les habitudes des Français

Face à l'envolée des prix du gaz et du pétrole, les Français cherchent des alternatives. Vélo, covoiturage, voiture électrique, chaudières bas-carbone... Cette crise énergétique pourrait ainsi ancrer de nouvelles habitudes dans notre quotidien, mais aussi entraîner des changements profonds...

"La guerre en Ukraine devrait être le déclic pour nous sevrer du gaz russe"

Face à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Union européenne cherche à réduire sa forte dépendance au gaz russe. Elle se tourne notamment vers le gaz naturel liquéfié américain. Mais cette issue serait la pire sur le plan climatique car le GNL, surtout quand il s'agit de gaz de...

Stéphane Audrand : "Avec le gaz, l'Europe s'est enfermée dans une dépendance à la Russie"

La relation d’interdépendance entre la Russie et l’Union européenne, basée sur la fourniture de gaz en échange de devises, est menacée par le conflit entre Moscou et l’Ukraine. Pour Stéphane Audrand, consultant indépendant spécialisé en maîtrise des risques des secteurs sensibles,...

Le gaz comme "énergie de transition" a du mal à convaincre

C'est la dernière ligne droite pour la consultation sur le projet de taxonomie verte proposée par la Commission européenne. Celle-ci doit permettre d'orienter les investissements privés vers des activités bas-carbone. Mais l'inclusion du gaz comme "énergie de transition" fait polémique...

Transition énergétique : Avec la guerre en Ukraine, l'heure du choix pour les Occidentaux

La crise énergétique, en cours depuis plusieurs mois et exacerbée par la guerre en Ukraine, peut-elle constituer le déclic pour enfin sortir des énergies fossiles ? C'est en tout cas la nouvelle stratégie défendue par le Président Emmanuel Macron, officiellement candidat à sa réélection....

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Infographies

Chaque semaine, Novethic vous explique l’actualité à travers des infographies pour mieux comprendre l’économie, l’énergie, la finance, le travail...

Exploitation de lithium au Chili MatthieuColin Hemis 3ca353c690

Lithium, terres rares, cobalt… : l’infographie qui explique pourquoi la transition énergétique européenne est menacée

Un nouveau rapport publié par Eurométaux, l’association européenne des producteurs de métaux, alerte sur le fait que l’Union européenne pourrait se retrouver en risque sur sa transition énergétique d’ici 2030. À cet horizon, plusieurs matériaux risquent de faire l’objet d’une pénurie mondiale en...

Train AFP

Voyager bas-carbone, c'est possible : on vous explique comment en une infographie

Peut-on réellement voyager sans émettre trop de CO2 ? La réponse est oui selon le Shift Project, qui vient de publier son nouveau rapport sur la mobilité longue distance des Français, un secteur à 90% carboné. Mais pour réduire ces émissions de 5% par an jusqu'en 2050, le progrès technologique ne...

Transition mobilite durable precarite mobilite voiture electrique velo transports en commun istock Francesco Rizzuto

Plus d'un Français sur quatre a du mal à se déplacer : la précarité mobilité expliquée en une infographie

Plus d'un Français sur quatre rencontre des difficultés à se déplacer. C'est ce que révèle le nouveau baromètre des mobilités du quotidien, publié par Wimoov et la Fondation pour la nature et pour l'Homme. 13,3 millions de Français seraient concernés par cette précarité mobilité en raison d'une trop...

Investissements verts climat transition neutralite carbone istock petmal

Rapport du Giec : agir pour le climat ne coûte pas si cher, on vous explique pourquoi en une infographie

Le dernier rapport du Giec sur les solutions au changement climatique consacre aussi une partie au coût que représenterait une action ambitieuse. Les experts sont formels : agir pour le climat, en restant sous la barre des 2°C de réchauffement, aurait des bénéfices économiques supérieurs au coût...