Publié le 10 décembre 2019

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[Infographie] COP25 : si le monde suivait l’exemple de la Russie, la Chine ou du Canada, nous irions vers un réchauffement de +5,1°C

La relève de l'ambition, c’est l'un des enjeux majeurs de la COP25 qui se tient jusqu’à vendredi 13 décembre à Madrid, en Espagne. À partir d’aujourd’hui, la présidence chilienne et les ministres présents devront s’atteler à régler les dernières règles d’application de l’Accord de Paris, mais ils devront aussi donner l’élan pour que les parties membres arrivent à la COP26 avec des objectifs climatiques revus à la hausse. Un combat qui semble loin d'être gagné.

COP 25 jeunes mobilsation indigenes unfcc
Les jeunes maintiennent la pression pour que les dirigeants du monde entier soient à la hauteur des enjeux.
@UNFCC

À ce jour, un seul pays a soumis une nouvelle contribution climatique nationale (NDC) révisée : les îles Marshall. Mais il ne pèse que 0,00001 % des émissions mondiales. De l’autre côté, quatre pays ont déjà officiellement annoncé qu’ils ne relèveraient pas leur ambition : le Japon, les États-Unis, l’Australie et Singapour. C’est un très mauvais signal car si le monde suivait les engagements de ces pays, nous irions vers un réchauffement de plus de 4°C, et même de plus de 5,1°C dans le cas de Singapour.

Pour alerter sur l’urgence d’agir, des chercheurs de l'Australian-German Climate Energy College, de l’Université de Melbourne, et du PIK (Institut de Potsdam sur les impacts du changement climatique en Allemagne) ont publié une étude dans la revue Nature Communications (1) il y a un an. Elle classe les engagements climatiques des différents pays selon leurs NDC et montre la hausse de température qui en résulterait si le monde suivait leur exemple. Une publication qui est plus que jamais d’actualité.

"Ce travail scientifique doit servir à informer le public et les négociateurs sur l’ambition de leurs engagements et non pas l’atteinte des engagements, explique Yann Robiou du Pont, l’un des auteurs de l’étude, aujourd’hui chercheur à l’Iddri. Un pays comme la Chine par exemple peut apparaître comme un bon élève car il va dépasser ses engagements mais ces-derniers étaient très peu ambitieux." De fait, si le monde suivait l’engagement chinois, nous irions vers un réchauffement de plus de 5,1°C. Mais même les pays européens, pourtant considérés comme leaders, mènent pour la plupart vers un réchauffement compris entre +3 et +5°C.

Infographie NDC

Journée de l’ambition à la COP25

"Nous n'avons pas de point sur l’ambition à l'ordre du jour, par conséquent, nous ne pouvons pas nous attendre à avoir une décision spécifique sur ce sujet. Cependant, il y a de nombreux événements et dialogues de haut niveau où l'on s'attend à ce que la question de l'élévation de l'ambition soit abordée" note Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Ccnucc (Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques).

Une journée de l’ambition sera organisée ce mercredi 11 décembre en présence notamment du secrétaire général des Nations-Unis Antonio Guterres dans le prolongement du sommet climatique de septembre organisé à New York. De nouveaux engagements sont attendus dans le cadre de la Climate Ambition Alliance, menée par le Chili, et de la Carbon Neutrality Coalition. Plus de 100 pays devraient s'engager à de meilleurs plans climatiques d'ici 2020 et à des objectifs de neutralité carbone d'ici 2050. Mais ce sera sans compter sur les plus gros émetteurs.

L’Inde également aux abonnés absents

L’Inde semble ainsi vouloir repousser la révision de son NDC à 2023. "Le bilan global des actions climatiques dans le cadre de l'accord de Paris n’interviendra qu'en 2023 (mais les objectifs doivent être révisés dès 2020 selon l’Accord de Paris, NDR). C’est à ce moment-là que nous pourrons discuter de nos objectifs et revoir notre ambition", a déclaré le ministre de l'Environnement indien, Prakash Javadekar, lors d'un briefing. L’Inde, mais aussi la Chine, ou le Brésil, insistent pour que les pays développés respectent leurs engagements pour 2020, dans le cadre du protocole de Kyoto. "Le fait qu’il ne reste qu’un an ne soit pas servir d’excuse pour les dédouaner", a martelé le ministre indien.

"Toutes les parties qui croient en la science doivent proposer des engagements améliorés. Nos engagements devraient être cinq fois meilleurs pour atteindre 1,5°C. Un refus de faire plus est tout simplement contraire à ce que nous dit la science", a réagi l'ambassadrice Jannine Felson du Belize, présidente de l'Alliance des petits états insulaires (Aosis). "L'ambition ne doit pas être une monnaie d'échange", a également déclaré Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l’Accord de Paris.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Lire l'étude sur l'ambition des engagements des pays membres de la Ccnucc et voir la carte interactive.

 

 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP25 : les cinq infos à retenir de la première semaine

Mobilisation record des jeunes, appel à l'action des parents, les acteurs non-étatiques américains sur la bonne voie et des négociations au point mort. Novethic fait le bilan de la première semaine à la COP25. Celle-ci doit finaliser les dernières règles de mise en oeuvre de l'Accord de...

La COP 25 doit sonner le rappel des troupes avant 2020, année décisive pour l’action climatique

Dans un an, les parties signataires de l'Accord de Paris devront relever leurs ambitions climatiques pour espérer rester sous un réchauffement global de 2°C, voire 1,5°C. À un an de cette échéance décisive, ils se retrouvent à Madrid jusqu'au 13 décembre pour se réengager dans l'Accord de...

Catastrophes climatiques : 20 millions de personnes forcées de quitter leur foyer chaque année

Selon un nouveau rapport de l’ONG Oxfam, les catastrophes liées au changement climatique sont le premier facteur de déplacements internes dans le monde. Les événements extrêmes ont été multipliés par cinq sur la dernière décennie, forçant chaque année 20 millions de personnes à quitter...

Cinq questions pour tout comprendre à la COP 25 qui se tiendra finalement en Espagne

La 25e conférence sur le climat des Nations-Unies, la COP25, aura finalement lieu à Madrid, en Espagne. Elle se tiendra aux dates prévues initialement, du 2 au 13 décembre, mais sous présidence chilienne. Confronté à une grave crise sociale, le pays a dû renoncer à accueillir l’événement....

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Infographies

Chaque semaine, Novethic vous explique l’actualité à travers des infographies pour mieux comprendre l’économie, l’énergie, la finance, le travail...

Commerce international echanges importations conteneurs pixabay

[Infographie] 57 % de l’empreinte carbone de la France provient de ses importations

La crise du Coronavirus a montré les défaillances de chaînes d’approvisionnement hyper-mondialisées. Depuis, Emmanuel Macron n’a eu de cesse d’appeler à la relocalisation pour réduire la dépendance de la France. Outre l’intérêt pour la souveraineté nationale, l’impact serait également positif sur le...

Station essence

[Infographie] L’État consacre près de 30 milliards d’euros par an à des dépenses néfastes pour la planète

La baisse du prix des énergies fossiles, liée à la crise du Coronavirus, constitue une opportunité inespérée de mettre fin aux subventions néfastes pour l'environnement. Celles-ci représentent près de 30 milliards d'euros chaque année en France. Les ONG poussent pour qu'un calendrier de suppression...

Convention citoyenne pour le climat hemicycle

[Infographie] Convention citoyenne pour le climat : les principales mesures à retenir

La Convention citoyenne pour le climat, mise en place par Emmanuel Macron après la crise des Gilets jaunes, a rendu ses propositions finales dimanche 21 juin. Novethic les a épluchées et a rassemblé les principales mesures dans une infographie. L'objectif est de placer la France dans une trajectoire...

Declin energies fossiles

[Infographie] Vers le crépuscule des énergies fossiles

Plusieurs données récentes et prévisions laissent penser que les énergies fossiles entament leur déclin, accéléré par la crise du Coronavirus. Les prix en berne et les investissements en chute libre vont durablement impacter le secteur, concurrencé par des coûts du renouvelable de plus en plus...