Publié le 22 janvier 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Infographie] En 2018, les inégalités se creusent, les dirigeants regardent ailleurs, alerte Oxfam

Alors que s’ouvre le Forum économique mondial de Davos qui rassemble le gotha du monde politique et économique, Oxfam alerte sur les inégalités de plus en plus criantes entre les plus riches et les plus pauvres. La fortune des milliardaires de la planète a augmenté de 12 %, soit un gain quotidien cumulé de 2,2 milliards d'euros. La richesse de la moitié la plus pauvre de la population mondiale - soit 3,8 milliards de personnes – a elle chuté de 11 %.

Selon Oxfam, le manque d'action des gouvernements contre les inégalités accentue les inégalités de genre, pénalisant particulièrement les femmes et les jeunes filles notamment en matière d'éducation.
@akshayapatra/pixabay

En 2018, le fossé entre les plus riches et les plus pauvres a continué de se creuser. 26 personnes disposent désormais d'autant d'argent que les 3,8 milliards les plus pauvres de la planète. En 2017, ils étaient au nombre de 43, estime Oxfam dans un rapport publié le 21 janvier (1).

Dans un contexte où la taxation des plus grandes fortunes suscite des débats dans plusieurs pays, les chiffres de l’ONG font mouche. Et interpellent les dirigeants politiques et économiques réunit en ce moment à Davos pour le Forum Economique mondial. "La responsabilité des gouvernements est sans équivoque : loin de s'attaquer aux inégalités, ils les aggravent d'un côté en allégeant allègrement la taxation des grandes entreprises et des plus fortunés, et en renonçant à combattre l'évasion fiscale tandis que de l'autre, ils sous-financent les services publics, au détriment des plus pauvres et des femmes notamment", dénonce Pauline Leclère, porte-parole d'Oxfam France.

 

La révolte gronde

Après les Etats-Unis, la France est le pays qui a connu la plus forte progression de millionnaires en 2018. 8 milliardaires français possèdent autant que les 30% les plus pauvres. En revanche, en Afrique subsaharienne, l'extrême pauvreté a augmenté. À ce jour, 3,4 milliards de personnes survivent avec moins de 5 € par jour.

Comme chaque année, les chiffres d’Oxfam - qui se base sur les données publiées par la revue Forbes et la banque Crédit suisse- sont contestés par certains économistes (les statistiques ne sont pas les mêmes selon les pays, les données manquent dans certains autres, etc.). Des critiques recevables mais qui ne changent pas les données du problème.  

Chiffres des inegalites oxfam novethic 2

"Cela fait cinq ans qu’Oxfam tire la sonnette d’alarme sur ces dramatiques inégalités. La plupart des leaders politiques n’ont rien fait pour s’attaquer à cette urgence démocratique. Ce qui a changé, c’est la colère et la frustration de la population. Si ces inégalités extrêmes persistent, et les gouvernements continuent le 'business as usual', le sentiment de révolte grandira contre des politiques toxiques et clivantes", déclare Winnie Byanyima la directrice d’Oxfam International dans les colonnes de Libération.

La fiscalité au centre des inégalités

Au cœur de cette colère, la question de la fiscalité. "Le sentiment d'injustice est très fort aujourd'hui et il repose sur une réalité économique et sociale particulièrement grave. La fiscalité a été détournée de l'un de ses objectifs nobles et principaux : celui d'aider à construire une société inclusive, à rendre l'économie plus humaine », assure Pauline Leclère." Selon les calculs de l’ONG, sur un dollar d'impôt sur le revenu, seulement quatre centimes proviennent de la taxation de la richesse.

Pour tenter de redresser la barre, l’ONG dresse une série de recommandations comme la mise en place d’une fiscalité progressive pour les foyers et entreprises les plus aisés pour financer des services publics de qualité, la réduction des écarts de salaire dans les grandes entreprises oula lutte contre l’évasion fiscale. De quoi alimenter les réflexions du gouvernement français qui a fait de la réduction des inégalités le thème central de sa présidence du G7.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 

(1)   Consultez le rapport "Services publics ou fortunes privées" 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Optimisation fiscale

Des entreprises multinationales choisissent de localiser artificiellement leurs bénéfices dans des pays où la fiscalité leur est la plus favorable, plutôt que dans les pays où elles créent de la valeur. Ces pratiques d’optimisation fiscale agressive, souvent à la limite de la légalité, sont sévèrement jugées par les opinions publiques du monde entier et de plus en plus combattues par les États.

Gafa : la taxe sur le numérique a rapporté 375 millions d’euros

L’administration fiscale a perçu 375 millions d’euros de la part des grandes entreprises du numérique, du fait de la taxe Gafa. Créée en 2019, celle-ci visait à lutter contre l’optimisation fiscale agressive réalisée par les géants du net. Elle devrait cependant disparaître dans quelques années, les...

OECD Headquarters Paris OECD

Les grandes multinationales ne pourront plus échapper à l'impôt suite à un accord historique mondial

Les grandes multinationales, dont les géants du numérique, ne devraient plus pouvoir échapper à l’impôt. Un accord entre 130 pays de l’OCDE vient d’être conclu pour mieux répartir la taxation sur les bénéfices de ces entreprises et fixer un impôt sur les sociétés mondiale de 15 %, de quoi permettre...

Jeff Bezos, Elon Musk, Michael Bloomberg… En plein accord du G7 sur la fiscalité, ces milliardaires américains ne paient pas d’impôt

Une enquête réalisée par ProPublica, une organisation indépendante américaine, dévoile les taux d’imposition sur le revenu des grands milliardaires. Il en ressort que plusieurs personnes, parmi les Américains les plus riches, bénéficient d’un taux d’imposition très bas, voire n’ont pas payé d’impôt...

Janet Yellen US Secretay of the Treasury CCO

En pleine crise économique et sociale, les États-Unis militent pour une taxe mondiale sur les multinationales

Janet Yellen, la secrétaire du Trésor américain, veut lutter contre l’optimisation fiscale des grands groupes, estimée à 240 milliards de dollars annuels par l’OCDE. Elle appelle les pays du G20 à travailler sur un montant minimum d’imposition des multinationales pour permettre aux pays de financer...