Publié le 05 mai 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Elon Musk récidive avec un tweet dévastateur et fait plonger le cours de Bourse de Tesla

Le cours de l’action Tesla a fait un grand plongeon le 1er mai. En cause, un tweet d’Elon Musk, le fondateur du constructeur de véhicules électriques, dans lequel il estimait la valorisation de l’entreprise trop élevée. Elon Musk n’en est pas à son premier tweet dévastateur et risque, une nouvelle fois, de déclencher la colère du gendarme américain des marchés financiers.

Elon Musk, le fondateur de Tesla, a déclaré dans un tweet que son entreprise était survalorisée en Bourse.
@Tesla

Pour Elon Musk, le cours de Bourse de Tesla est trop élevé. Et, une fois de plus, le fondateur du constructeur américain de voitures électriques a choisi de s’exprimer sur Twitter et non par les canaux traditionnels de l’information financière. Le titre de Tesla à Wall Street a immédiatement plongé vendredi, terminant la séance avec une chute de 10,3 % du cours de Bourse, après avoir dégringolé de plus de 13 % un peu plus tôt. Il demeure en hausse de plus de 65 % depuis le début de l'année.

La capitalisation boursière de Tesla, groupe fondé en 2003, est quasiment le double de celle de General Motors, Ford et Fiat Chrysler cumulée alors même que ces constructeurs vendent des millions de voitures par an. Tesla, de son côté, espère écouler un demi-million d'automobiles cette année, ce qui sera un record absolu.

 

 Des actionnaires mécontents

"Le cours de l'action Tesla est trop élevé à mon avis", a écrit, le 1er mai, Elon Musk sur son compte Twitter, sans développer davantage. Il s’est immédiatement attiré les foudres de plusieurs de ses actionnaires, l’accusant avec ce tweet de leur avoir fait perdre une partie de leurs économies investies en actions Tesla.

Ce tweet est susceptible d'attirer une nouvelle fois l'attention de la Security and Exchange Commission (SEC), l'autorité des marchés financiers américaine, sourcilleuse sur la communication des informations ayant des conséquences sur l'évolution de la Bourse. Elle doit en effet veiller à ce que les investisseurs disposent tous d’une information claire sur la vie des entreprises dans lesquels ils investissent. La communication sur Twitter d’Elon Musk vient, une fois de plus, bousculer les pratiques.

Et le Sud-Africain est coutumier du fait. En août 2018, il avait déclaré sur Twitter qu’il disposait des fonds nécessaires pour retirer Tesla de Wall Street. Ce tweet avait provoqué un bras de fer homérique entre le chef d'entreprise et la SEC. Celle-ci estimait la déclaration d’Elon Musk trompeuse et avait lancé des poursuites contre l’entreprise et son dirigeant en raison des perturbations générées sur les marchés boursiers et du tort causé aux investisseurs.

Tweets sous surveillance

Après plusieurs semaines, ces poursuites se sont conclues par un accord amiable, obligeant Elon Musk à abandonner la présidence du conseil d’administration de Tesla, tout en restant dirigeant opérationnel. La SEC avait également demandé une surveillance renforcée des tweets du dirigeant. Début 2019, Elon Musk a pourtant relancé la polémique en affirmant, encore dans un tweet, une augmentation des chiffres de production annuels de Tesla. Il avait ensuite ironisé sur les mécanismes de contrôle du gendarme des marchés. La SEC s’était de nouveau emportée et l’accord initial a dû être amendé.

Celui-ci énumère désormais les sujets sur lesquels le fondateur de Tesla ne peut tweeter sans le feu vert au préalable du directeur juridique de la firme. La liste comprenait des informations sur la santé financière de l'entreprise, de potentielles opérations de fusions-acquisitions, les chiffres de production et de ventes des voitures, de nouveaux modèles d'automobiles, l'achat de titres et de produits financiers Tesla.

Pour les investisseurs, les tweets du 1er mai d’Elon Musk remettent en cause l’accord conclu avec le gendarme boursier. "Le tweet de Musk sur le cours de l'action est une information dans les standards de n'importe qui. Comment ceci peut ne pas être une violation claire de l'accord noué avec la SEC ?", a réagi aussitôt le célèbre financier américain Jim Chanos, spécialisé dans la vente à découvert.

Tout ceci n'a pas empêché Tesla de dégager un bénéfice net de 16 millions de dollars au premier trimestre. Une première pour les trois premiers mois de l'année depuis la création du groupe il y a 17 ans.

Arnaud Dumas avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le bras de fer entre Elon Musk et le gendarme de la Bourse continue

Elon Musk ne peut décidément pas s’empêcher de tweeter. Malgré le compromis signé avec la SEC, le gendarme des marchés financiers américains, le patron de Tesla a de nouveau partagé des informations sur l’entreprise susceptibles de modifier le cours de Bourse. La SEC a aussitôt saisi le...

Accusé de fraude, Elon Musk quitte le conseil d'administration de Tesla, mais reste le patron

L'emblématique fondateur de Tesla, Elon Musk a réussi à sauver l'essentiel dans l'accord à l'amiable négocié avec le gendarme de la bourse américaine. Il va quitter la Présidence du Conseil d'administration mais conserver la direction des opérations du constructeur. Cette nouvelle...

Selon les autorités américaines, l’annonce du retrait de Tesla de la Bourse par Elon Musk serait une fraude

Le gendarme américain de la Bourse, la SEC, poursuit le PDG de Tesla Elon Musk en justice. Il l'accuse d'avoir trompé les investisseurs au mois d'août dans un tweet affirmant qu'il pensait retirer le constructeur de voitures électriques de la Bourse.

Tesla alerte le gouvernement américain sur la pénurie à venir de métaux pour la voiture électrique

Les constructeurs automobile américains vont-ils subir une pénurie de cuivre, cobalt ou encore nickel ? Le premier vendeur du pays, Tesla, a alerté le gouvernement américain du manque d'approvisionnement en matière première pour les batteries. Un sujet stratégique pour les Américains qui...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Neymar PSG football PSG

PSG-Leipzig : l’argent du Qatar contre celui de Red Bull en demi-finale de la Ligue des Champions

Ce soir la demi-finale de la Ligue des Champions est un match de football qui devrait réjouir tous les amateurs privés longtemps de ce spectacle à suspens. Mais c’est aussi un affrontement économique de haut vol entre deux clubs qui n’ont pas les mêmes circuits de financement. Choc entre deux...

Total siege

EDF, Renault, Total… Les pertes abyssales des grands groupes français au premier semestre illustrent la gravité de la crise

Le premier semestre 2020 a mis à mal une partie des plus grands groupes français. L’arrêt de l’économie mondiale les a fait plonger dans le rouge. Jeudi 30 juillet, à l’occasion de l’annonce des résultats de mi-année, trois d’entre eux, EDF, Renault et Total, ont donné une idée de l’ampleur de la...

AG Renault 2020 Renault

Déficit, licenciements, électrification, valorisation : les quatre défis de Luca de Meo, nouveau pilote de Renault

Souhaitons à Luca de Meo d’avoir de larges épaules car son travail s’annonce considérable. Il devient aujourd’hui directeur général de Renault, fleuron automobile français qui n’a jamais été aussi mal en point. Depuis 18 mois, le groupe a connu les aventures romanesques de Carlos Ghosn, les...

Hertz JC Penney Flybe faillite

Hertz, JC Penney, Flybe… Cinq entreprises en faillite révélatrices d’un modèle à bout de souffle

Elles représentent des secteurs divers comme le tourisme, la mode, l’aviation… Elles ont toutes fait faillite en plein Covid-19. Si la crise sanitaire leur a porté le coup de grâce, elle a surtout révélé la fragilité de leur modèle économique, basé sur une financiarisation à l’extrême et un...