Publié le 25 avril 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Actionnaires : un vent de révolte souffle sur l'Assemblée générale Bayer après le rachat de Monsanto

Bayer dans la tourmente. Après avoir perdu un tiers de sa valeur en Bourse depuis le rachat de Monsanto, il doit faire face à la colère de ses actionnaires. Plusieurs d'entre eux, dont BlackRock et Deka, accusent la direction de n'avoir pas mesuré les risques juridiques de cette fusion. Werner Baumann, PDG du groupe et initiateur de ce mariage coûteux, est sur la sellette. 

Bayer doit faire face à la colère de ses actionnaires historiques suite au rachat de Monsanto qui a écorné sa réputation et fait plonger sa valeur boursière.
©Bayer

Bayer sous pression. Vendredi 26 avril a lieu son assemblée générale à Bonn en Allemagne et l’ambiance s’annonce tendue, le groupe ayant dégringolé en Bourse depuis le rachat de Monsanto en juin 2018. Il a perdu un tiers de sa valeur soit près de 30 milliards d’euros. Rappelons le montant historique du rachat du groupe américain : 63 milliards d'euros. Cette chute est très critiquée par les actionnaires qui accusent Bayer de n’avoir pas assez anticipé les risques juridiques auxquels il allait faire face avec cette fusion.

Les craintes se sont intensifiées en août lorsque Monsanto a été condamné à une amende historique de 289 millions de dollars pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide Roundup à l’origine du cancer du jardinier américain Dewayne Johnson. Même si l’amende est moins salée que prévue (elle est redescendue à 81 millions de dollars en appel) la firme américaine est sous le coup de plus de 11 000 procédures similaires rien qu’aux États-Unis.

Un vote symbolique qui met la pression

"C’est assez dramatique quand une prise de contrôle provoque une telle destruction de valeur et des dommages à la réputation si rapidement. On ne peut plus parler d’une acquisition réussie", a déclaré à Reuters Ingo Speich responsable du développement durable et de la gouvernance d’entreprise chez Deka Investment, un des dix principaux actionnaires de Bayer.

Toujours selon Reuters le plus puissant gestionnaire d’actifs au monde, Blackrock, qui détient 7,2 % des droits de vote, prévoit de s’abstenir ou de s’opposer à un des principaux votes sur la performance du management de Bayer. "Le vote de confiance, en grande partie symbolique, enverra un message au conseil d’administration déclarant que Blackrock n’était pas satisfait de la façon dont la direction de Bayer a géré le contrat avec Monsanto", a déclaré à l’agence une des sources du dossier.

Pétition pour la démission du PDG

On sait également que les deux sociétés de conseil aux actionnaires Institutional Shareholder Services (ISS) et Glass Lewis ont conseillé aux investisseurs de ne pas approuver l’action de la direction. Une mobilisation de l’association SumOfUs est même prévue devant le World Conference Center Bonn, le bâtiment dans lequel se déroulera l’AG. L’organisation prendra la parole lors de l’évènement et présentera une pétition demandant la démission de Werner Baumann, le PDG de Bayer-Monsanto.

"M. Baumann, qui a supervisé la méga-fusion désastreuse entre Bayer et Monsanto, a promis de continuer la lutte juridique contre les personnes poursuivant l’entreprise - ces personnes se plaignant d’être victimes des pesticides de la multinationale", avance l’association. "Nous savons que certains actionnaires de Bayer veulent que M. Baumann démissionne, on parle même d’une révolte des actionnaires cette année (…)", ajoute-t-elle.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...