Publié le 29 mai 2015

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Torchage du gaz : les communautés Egi demandent à Total de se comporter au Nigeria comme en France

Deux représentants nigérians des communautés Egi ont assisté ce vendredi à l’assemblée générale de Total. Ils étaient venus réclamer l’arrêt du torchage du gaz dans le delta du Niger. Ils sont également venus témoigner des problèmes environnementaux et sociaux liés à l’exploitation d’hydrocarbures dans la région. Pour appuyer cette démarche, Les Amis de la Terre et l’Observatoire des multinationales ont publié un rapport mettant en cause les activités de Total à travers ses filiales à l'étranger. Entretien avec Jerusalem Ugorji Ajie, membre des communautés Egi, et Prince Williams Chima, leur avocat.

A gauche sur la photo, Jerusalem Ugorji Ajie, représentant de la communauté EGi, avec son avocat Prince Williams Chima.
Les amis de la Terre

Novethic : Le torchage du gaz, qui consiste à brûler le gaz qui s’échappe du puits lors de l’extraction du pétrole, est une pratique courante au Nigeria. Vous en subissez les conséquences depuis que Total s’est installé à Egiland, il y a plus de 50 ans. Comment votre vie a-t-elle été impactée au quotidien ? 

Jerusalem Ugorji Ajie, membre des communautés Egi : Nos habitations ne sont pas très éloignées de la zone d’exploitation de Total. Le torchage du gaz nous concerne donc tout particulièrement. Par exemple, cela affecte le zinc de nos maisons. Tous les ans, nous devons remplacer nos toits, alors que la structure est faite pour durer normalement une dizaine d’années. Cela a un coût important pour nos communautés.

Par ailleurs, nous avons retrouvé des polluants dans l’eau que nous buvons, et beaucoup de personnes souffrent de problèmes respiratoires. Il se produit également de nombreux accidents. Le plus important a eu lieu en 2012. L’explosion d’un puits a ainsi pollué 142 hectares de terres cultivables. Or, nous sommes agriculteurs, cela nous prive de notre moyen de travail.

Et aujourd’hui encore, l’endroit est à l’identique, rien n’a été fait pour réparer les dégâts causés. Nous ne pouvons pas vivre normalement. De plus, certains membres de ma communauté n’ont pas été indemnisés après cet accident. Cela crée des crispations et divise les familles.

Novethic : Le torchage du gaz a officiellement été interdit au Nigeria en 1984. Comment se fait-il que Total continue à le pratiquer ? 

Prince Williams Chima, avocat des communautés Egi, membre des Amis de la Terre Nigeria : En fait, Total se sert de gouffres juridiques. Certaines exceptions sont autorisées par la loi sous réserve de présenter un certificat qui doit être contrôlé par le ministère du Pétrole. Or, entre 1999 et 2007, ce ministère a été supprimé.

Par ailleurs, les autorisations concernent des terrains bien particuliers, et des périodes qui ne doivent pas excéder six mois. Nous avons demandé à toutes les compagnies pétrolières de nous fournir ces certificats. En vain. Nous avons donc porté plainte contre elles pour leur demander d’arrêter le torchage du gaz, qui constitue selon nous une atteinte à la dignité humaine. L’un des deux procès est toujours en cours.

En revanche, nous avons eu gain de cause contre Shell. La juridiction a estimé la pratique illégale et contraire à la Constitution nigériane. Au vu de cette décision, et étant donné qu’il n’y a qu’une seule Constitution au Nigeria, nous pensons qu’aucune autre compagnie ne devrait continuer à faire du torchage.

Novethic : Vous dénoncez également un énorme gâchis. Quel en est l’ampleur ? 

Prince Williams Chima : Ce ne sont pas mes chiffres mais ceux de la Banque mondiale que je cite. En 2005, elle a publié un rapport estimant que le Nigeria perdait chaque année 2,5 milliards de dollars à cause du torchage du gaz. Et en 2012, elle a affirmé que le Nigeria gaspillait ainsi autant de gaz que ce qu’il faudrait pour subvenir aux besoins de toute l’Afrique subsaharienne !

Tout ce gaz brûlé pourrait être récupéré et être réinjecté dans l’économie nigériane. Cela aurait aussi des conséquences positives sur l’environnement. Mais cela coûte cher en infrastructures et les compagnies ne voient que les bénéfices à court terme.

Novethic : Aujourd’hui, qu’attendez-vous de Total ? Avez-vous le sentiment d’avoir été entendus ? 

Prince Williams Chima : Nous demandons à Total de se comporter au Nigeria comme elle se comporte en France. En France, le torchage n'est pas pratiqué. Pourquoi le pratiquent-ils au Nigeria ? En France, en cas de fuite ou d’explosion de gaz, des actions immédiates sont entreprises. Pourquoi n’est-ce pas le cas au Nigeria ?

Jerusalem Ugorji Ajie : Nous souhaitons également que Total cesse de diviser nos communautés. Ils ne peuvent pas sélectionner certains habitants et les monter contre les autres. Ils doivent traiter tout le monde de la même façon et ne pas créer de conflits entre nous. Diviser pour mieux régner, cela n’est plus acceptable. Total doit parler aux communautés Egi de façon collective.

Prince Williams Chima : Aujourd’hui, si nous n’attendions évidemment pas une victoire, nous avons franchi une première étape et nous avons été entendus. Pour nous, l’important, c’était de montrer que Total n’est pas la meilleure entreprise du monde, comme elle cherche à le faire croire.

Propos recueillis par Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Christian de Perthuis : "Pour débloquer les négociations sur le climat, instaurons un bonus-malus international sur le carbone"

Instaurer une tarification internationale du carbone, composée d’un bonus-malus carbone international et d’un marché transcontinental du carbone, est essentiel à la bonne marche d’un éventuel accord sur le climat à Paris. C’est en tous cas ce que préconise Christian de Perthuis, directeur...

Finance et climat : assurer une "transition ordonnée" vers une économie décarbonée

Une première. Ce vendredi 22 mai, près d'un millier d'investisseurs du monde entier se sont réunis pour parler changement climatique dans le cadre du Climate Finance Day, au siège de l'Unesco à Paris. Au-delà du partage des bonnes pratiques des acteurs déjà mobilisés sur le sujet, des...

Pierre-René Lemas : "Mettre la pression sur les acteurs privés"

Le groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale) est l’un des co-organisateurs du Climate Finance day, qui aura lieu ce vendredi 22 mai à l’Unesco. En pleine Climate and Business week, Pierre-René Lemas, le directeur général de la CDC, détaille les engagements d’investissements...

Pascal Canfin : "Nous sommes à un point de basculement vers l'économie bas carbone"

À 192 jours de la Conférence de Paris sur le climat, plus d'un millier de leaders économiques et financiers sont réunis dans la capitale française pour parler de la prise en compte du changement climatique dans la sphère business. Décryptage des enjeux avec Pascal Canfin, ancien ministre...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Cigarette philip Morris DR

Philip Morris France se dote d’une raison d’être : permettre aux fumeurs d’arrêter de fumer

Philipp Morris France s'est doté d'une raison d'être qui pourrait en surprendre plus d'un : "Se mobiliser et innover pour permettre aux fumeurs adultes d’arrêter la cigarette en faisant de meilleurs choix". Ce rôle social sera inscrit dans ses statuts et engage l’entreprise vis-à-vis de ses parties...

Ouighours enquete uniqlo calvision via pixabay

Ouïghours : une enquête ouverte contre quatre géants de l’habillement pour "recel de crimes contre l’humanité"

Zara, Uniqlo, Sandro, Maje... Ces marques ont-elles profité du travail forcé des Ouïghours pour la production de leurs vêtements ? C'est ce que va essayer de déterminer le Parquet national antiterroriste qui mène une enquête pour "recel de crise contre l'humanité" visant quatre géants du textile en...

Amazon invendus istock jetcityimage

Amazon continue de détruire des millions de produits neufs invendus malgré les scandales à répétition

Amazon, dans son entrepôt de Dunfermline au Royaume-Uni, détruit chaque semaine 130 000 produits invendus neufs détruits, selon une enquête de la chaîne britannique ITV. En une année, plus de 6,7 millions de produits seraient ainsi détruits rien que dans cet entrepôt. Une pratique légale au...

Cristiano Ronaldo football euro 2021 BERNADETT SZABO POOL AFP

Ronaldo ruine l’image de Coca-Cola et cela pourrait coûter cher à toute l’industrie de la junk food

L’image de Ronaldo écartant des bouteilles de Coca-Cola pour qu’elles disparaissent de l’écran pendant sa conférence de presse à l’Euro 2021 vaut 4 milliards de dollars. C’est le montant perdu en bourse par la marque. Pire, le joueur de légende a brandi une bouteille d’eau non siglée ruinant, en...