Publié le 19 novembre 2014

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Shell, GDF Suez et Samsung remportent les prix Pinocchio 2014

Le 18 novembre, 61 000 votants ont désigné Shell, GDF Suez et Samsung comme les mauvais élèves du développement durable. Ce vote était organisé par les Amis de la Terre, en partenariat avec Peuples Solidaires-ActionAid France et le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID). Les prix Pinocchio témoignent, selon ces associations, de "l’indignation croissante des citoyens face aux graves impacts sociaux et environnementaux des activités de multinationales".

 

 

Illustration prix Pinocchio 2014
© Les amis de la terre / CRID / ¨Peuples solidaires Actionaid

Prix "Une pour tous, tout pour moi" : Shell

Avec 43% des votes, Shell est désigné "haut la main" vainqueur de la catégorie qui dénonce "la politique la plus agressive en termes d’appropriation, de surexploitation ou de destruction des ressources naturelles". Sa nomination était particulièrement due à ses multiples projets de gaz de schiste dans le monde.

"Pour le développement des projets de sables bitumineux ou de gaz et pétrole de schiste utilisant la fracturation hydraulique, Shell met en œuvre 5 principes de fonctionnement ambitieux qui, selon nous, fournissent un cadre pour la protection des eaux, de l’air, de la faune et aux membres des communautés dans lesquelles nous opérons. (…) Shell est engagé dans un dialogue sérieux sur les questions liées à l’entreprise responsable, y compris la transparence financière et de la communauté et des sujets connexes sur l’environnement, et heureuse de pouvoir s’engager sur ces questions", répond le groupe.

 

 

Prix "Plus vert que vert" : GDF Suez

Avec 42% des votes, GDF Suez remporte le prix destiné à distinguer "la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles". En cause, ses "obligations vertes" de 2,5milliards d’euros émises auprès d’investisseurs privés pour financer des projets énergétiques propres, mais dont les critères de sélections paraissent plus que flous aux associations.

"Nous sommes choqués par le procès d’intention qui nous est fait", a tenu à faire savoir GDF Suez dans une lettre destinée aux initiateurs du prix Pinocchio et publiée sur le site Business and Human Rights. "GDF SUEZ, engagé dans la transition énergétique et la lutte contre le changement climatique, a décidé d’émettre ce green bond destiné à financer des projets entièrement consacrés à l’atteinte de ces deux objectifs. Cette émission a été travaillée, et notamment les critères d’éligibilité des projets, avec l’agence de notation extra-financière Vigeo. (…) Il n’y a, à cette date, aucun projet retenu qui permette d’alimenter la polémique que vous exprimez. Cette liste des projets sélectionnés avec les critères détaillés définis avec l’agence Vigeo, et qui garantit la transparence du processus, sera rendue publique à la fin du premier trimestre 2015." L’entreprise y déclare vouloir entamer un dialogue avec les Amis de la Terre sur ce sujet. 

 

 

Prix "Mains sales, poches pleines" : Samsung

C’est Samsung qui est distingué, avec 40% des votes, dans cette catégorie dénonçant la politique "la plus opaque au niveau financier (corruption, évasion fiscale, etc.), en termes de lobbying, ou dans sa chaîne d’approvisionnement". Ce sont les conditions de travail "indignes" dans les usines qui fabriquent ses produits en Chine qui sont en cause, selon les associations: heures de travail excessives, salaires de misère, travail des enfants, etc. "Malgré des enquêtes et interpellations répétées de la société civile, et le dépôt d’une plainte en France, ce leader de la high-tech s’entête à nier ces accusations", soulignent-elles.

Un rapport de l’organisation non gouvernementale (ONG) China Labour Watch publié en juillet 2014 avait fourni des preuves de travail d’enfants dans une des usines de l’un des fournisseurs de Samsung. Le groupe avait mené une enquête sur le site et suspendu temporairement ses activités avec ladite usine au nom de sa politique de "tolérance zéro concernant le travail des enfants". Mais le groupe est régulièrement épinglé pour des violations du droit du travail.

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Tribunaux covid iStock Gebbi Mur

Les États ayant pris des mesures pour lutter contre le Covid-19 sont exposés à une vague de plaintes d’entreprises

Les États ayant pris des mesures strictes de confinement et d’arrêt de certaines activités économiques pour ralentir la propagation du Covid-19 pourraient se voir attaqués par de nombreuses entreprises s’estimant lésées. C’est ce que redoutent un collectif de 630 ONG internationales. Au Royaume-Uni,...

Montage 5 projets en sursis 01

Gare du Nord, entrepôts Amazon, Terminal 4 à Roissy... cinq projets en sursis pour des raisons environnementales

Après dix années d’une guerre sans relâche, entre zadistes et recours judiciaires, le groupe Pierre et Vacances renonce à la construction d’un Center Parcs à Roybon, en Isère. Ces dernières années, de nombreux projets ont ainsi été abandonnés pour des raisons environnementales dans l’Hexagone à...

Facebook haine en ligne boycott

Haine en ligne : Facebook s'enfonce après une campagne de boycott de plusieurs centaines d'annonceurs

Facebook est touché au portefeuille. Après l'affaire George Floyd et l'explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social est sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Pour l'y contraindre, des centaines d'entreprises boycottent leurs publicités sur la plateforme. C'est...

Batiment total polytechnique maquette

Malgré la polémique, Total va s'installer au centre de la vie étudiante de Polytechnique

L'école Polytechnique (X) vient de valider l'emplacement du centre de recherche de Total sur les énergies bas-carbone. Le projet est contesté par les élèves, enseignants et ONG car il remet en cause, selon eux, le principe de neutralité de l'établissement. Face à la polémique, le comité...