Publié le 31 octobre 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Seize ans après le drame d'AZF, l'ex-directeur et l'entreprise condamnés

En 2001, l’explosion de l’usine AZF faisait 31 morts et 8 000 blessés. 16 ans après, l’ancien directeur de l’usine et la société exploitante ont été condamnés pour homicide involontaire. Les avocats de la défense ont annoncé qu’ils allaient se pourvoir en cassation.

Le 21 septembre, l'explosion de l'usine AZF l'explosion avait fait 31 morts et 8 000 blessés.
AFP

La Cour d'appel de Paris a condamné mardi 31 octobre, l'ancien directeur de l'usine chimique AZF à 15 mois de prison avec sursis pour "homicide involontaire" et la société exploitante à l'amende maximale, pour leur responsabilité dans l'explosion qui avait fait 31 morts et 8 000 blessés le 21 septembre 2001.

Mais l'avocat de l'ex-directeur Serge Biechlin et l'entreprise Grande Paroisse, filiale du groupe pétrolier Total, a annoncé qu'ils allaient se pourvoir en cassation. "Nous allons nous pourvoir en cassation. Il n'y a pas de preuve dans ce dossier: pas de preuve d'un attentat, mais pas de preuve non plus des négligences dont nous parle la Cour d'appel. En l'absence de preuve, on ne condamne pas", a déclaré Maître Daniel Soulez Larivière.

Total non poursuivi

La justice a considéré que Serge Biechlin comme l'entreprise étaient coupables de "négligences" et "fautes caractérisées" ayant rendu la catastrophe possible. La société gestionnaire du site, aujourd'hui rasé, s'est vu infliger l'amende maximale, de 225 000 euros. Serge Biechlin, âgé de 72 ans, a été condamné à 10 000 euros d'amende.

 

La Cour d'appel a rejeté la demande des parties civiles de citation directe de Total : le groupe pétrolier, qui dit avoir déboursé 2,5 milliards d'euros au titre de sa responsabilité civile, n'est donc pas poursuivi pour une quelconque responsabilité pénale.

Il s'agissait du troisième procès AZF. L'accusation avait estimé en mai, au terme de quatre mois d'audiences, que Serge Biechlin, directeur de l'usine était bien coupable d'"homicides involontaires".

Le parquet général avait requis trois ans de prison avec sursis et 45 000 euros d'amende contre lui et 225 000 euros contre la société exploitante Grande Paroisse, filiale du groupe Total et gestionnaire du site.

Lors du premier procès en 2009 à Toulouse, l'homme comme l'entreprise avaient été relaxés au bénéfice du doute. Ils avaient en revanche été lourdement condamnés en appel en 2012, pour "une pluralité de fautes caractérisées et graves" ayant rendu la catastrophe possible. Mais cette condamnation avait été annulée par la Cour de cassation pour défaut d'impartialité d'un magistrat, engagé dans une association d'aide aux victimes.

Ce troisième procès n'a pas apporté de révélations, mais la décision de la justice était très attendue par les victimes, épuisées par des années de procédures et des séquelles parfois lourdes de l'explosion.

Météorite, essais nucléaires, crash d'avion ou d'hélicoptère, missile...

Celles-ci - 2 700 se sont constituées parties civiles - demandaient à la justice de retenir le scénario d'une explosion due au déversement accidentel d'un produit chloré sur un tas de nitrate d'ammonium, rendu possible par une mauvaise gestion des déchets de cette usine classée Seveso 2.

 

L'accusation s'est attachée à démonter les "hypothèses folles" qui courent depuis quinze ans sur les causes du drame : chute de météorite, essais nucléaires, crash d'avion ou d'hélicoptère, missile... "Il n'y a pas de mystère AZF. Il y a une explosion qui a commencé dans le bâtiment 221", où était stocké du nitrate d'ammonium, avait assené l'un des avocats généraux.

La défense a émis des doutes sur cette piste dite "accidentelle", avançant d'autres hypothèses : un acte terroriste, dans une ville comptant des foyers de radicalisation islamiste, dix jours après l'attaque contre les tours jumelles du World Trade Center, ou une explosion due à de très vieux résidus de poudre dans le sol. Pour les associations de victimes, ces théories alternatives relèvent de la "pure manipulation", qui "permet à Total de s'exonérer de sa responsabilité".

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Volkswagen JULIAN STRATENSCHULTE DPA dpa Picture Alliance AFP

[Certifié sans coronavirus] Dieselgate : Volkswagen perd contre 91 000 plaignants britanniques

91 000 plaignants britanniques ont obtenu gain de cause devant la justice britannique, via une action collective, lundi 6 avril 2020. La Haute cour de justice estime que le logiciel utilisé par Volkswagen était "trompeur" pour ses clients puisqu’il permettait de baisser artificiellement les...

Carlos Ghosn Renault retraite Liban JosephEid AFP

Aux prud'hommes, Carlos Ghosn réclame 250 000 euros de retraite à Renault

En plein débat sur la réforme des retraites en France, Carlos Ghosn est bien décidé à recevoir la sienne au titre de ses années chez Renault. Il y a en jeu 250 000 euros, que la marque refuse de verser à son ancien parton.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.