Publié le 31 octobre 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Seize ans après le drame d'AZF, l'ex-directeur et l'entreprise condamnés

En 2001, l’explosion de l’usine AZF faisait 31 morts et 8 000 blessés. 16 ans après, l’ancien directeur de l’usine et la société exploitante ont été condamnés pour homicide involontaire. Les avocats de la défense ont annoncé qu’ils allaient se pourvoir en cassation.

Le 21 septembre, l'explosion de l'usine AZF l'explosion avait fait 31 morts et 8 000 blessés.
AFP

La Cour d'appel de Paris a condamné mardi 31 octobre, l'ancien directeur de l'usine chimique AZF à 15 mois de prison avec sursis pour "homicide involontaire" et la société exploitante à l'amende maximale, pour leur responsabilité dans l'explosion qui avait fait 31 morts et 8 000 blessés le 21 septembre 2001.

Mais l'avocat de l'ex-directeur Serge Biechlin et l'entreprise Grande Paroisse, filiale du groupe pétrolier Total, a annoncé qu'ils allaient se pourvoir en cassation. "Nous allons nous pourvoir en cassation. Il n'y a pas de preuve dans ce dossier: pas de preuve d'un attentat, mais pas de preuve non plus des négligences dont nous parle la Cour d'appel. En l'absence de preuve, on ne condamne pas", a déclaré Maître Daniel Soulez Larivière.

Total non poursuivi

La justice a considéré que Serge Biechlin comme l'entreprise étaient coupables de "négligences" et "fautes caractérisées" ayant rendu la catastrophe possible. La société gestionnaire du site, aujourd'hui rasé, s'est vu infliger l'amende maximale, de 225 000 euros. Serge Biechlin, âgé de 72 ans, a été condamné à 10 000 euros d'amende.

 

La Cour d'appel a rejeté la demande des parties civiles de citation directe de Total : le groupe pétrolier, qui dit avoir déboursé 2,5 milliards d'euros au titre de sa responsabilité civile, n'est donc pas poursuivi pour une quelconque responsabilité pénale.

Il s'agissait du troisième procès AZF. L'accusation avait estimé en mai, au terme de quatre mois d'audiences, que Serge Biechlin, directeur de l'usine était bien coupable d'"homicides involontaires".

Le parquet général avait requis trois ans de prison avec sursis et 45 000 euros d'amende contre lui et 225 000 euros contre la société exploitante Grande Paroisse, filiale du groupe Total et gestionnaire du site.

Lors du premier procès en 2009 à Toulouse, l'homme comme l'entreprise avaient été relaxés au bénéfice du doute. Ils avaient en revanche été lourdement condamnés en appel en 2012, pour "une pluralité de fautes caractérisées et graves" ayant rendu la catastrophe possible. Mais cette condamnation avait été annulée par la Cour de cassation pour défaut d'impartialité d'un magistrat, engagé dans une association d'aide aux victimes.

Ce troisième procès n'a pas apporté de révélations, mais la décision de la justice était très attendue par les victimes, épuisées par des années de procédures et des séquelles parfois lourdes de l'explosion.

Météorite, essais nucléaires, crash d'avion ou d'hélicoptère, missile...

Celles-ci - 2 700 se sont constituées parties civiles - demandaient à la justice de retenir le scénario d'une explosion due au déversement accidentel d'un produit chloré sur un tas de nitrate d'ammonium, rendu possible par une mauvaise gestion des déchets de cette usine classée Seveso 2.

 

L'accusation s'est attachée à démonter les "hypothèses folles" qui courent depuis quinze ans sur les causes du drame : chute de météorite, essais nucléaires, crash d'avion ou d'hélicoptère, missile... "Il n'y a pas de mystère AZF. Il y a une explosion qui a commencé dans le bâtiment 221", où était stocké du nitrate d'ammonium, avait assené l'un des avocats généraux.

La défense a émis des doutes sur cette piste dite "accidentelle", avançant d'autres hypothèses : un acte terroriste, dans une ville comptant des foyers de radicalisation islamiste, dix jours après l'attaque contre les tours jumelles du World Trade Center, ou une explosion due à de très vieux résidus de poudre dans le sol. Pour les associations de victimes, ces théories alternatives relèvent de la "pure manipulation", qui "permet à Total de s'exonérer de sa responsabilité".

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Rio tinto destruction site aborigene

Le Président de Rio Tinto saute après le dynamitage d’un site aborigène vieux de 46 000 ans

Après le directeur général l’année dernière, c’est au tour du président de Rio Tinto, Simon Thompson, d’être débarqué. Depuis mai dernier, la tempête fait rage sur le géant minier qui a détruit un site aborigène vieux de 46 000 ans. Et les très bons résultats financiers n'y font rien. Les aborigènes...

Zemmour Eric CNEWS

Mineurs isolés : le groupe SOS dépose plainte contre CNews pour injures et incitation à la haine raciale

À la suite des propos tenus par Éric Zemmour sur CNews sur le fait que les jeunes issus de l’immigration soient "tous des voleurs et des assassins", le Groupe SOS a annoncé porter plainte contre le polémiste et la chaîne télévisée. En tant qu’accompagnateur de plus de 2500 mineurs isolés chaque...

Thomas cook

En pleine crise du tourisme, Thomas Cook renaît de ses cendres

Fini les centaines d'agences de voyage à travers le monde, les milliers d'employés, les avions... le voyagiste Thomas Cook, déclaré en faillite il y a un an, renaît de ses cendres et se transforme. Le groupe opère enfin son virage numérique et promet de ne pas encaisser le paiement des voyageurs...

BNP Paribas

BNP Paribas sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de crime contre l’humanité au Soudan

Près d’un an après le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile par la FIDH, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et neuf militants soudanais, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de Paris contre la banque. Les associations plaignantes accusent la banque d’avoir fourni...