Publié le 20 octobre 2014

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Rémunération des dirigeants d’entreprises : des excès dénoncés aux Etats-Unis

En pleine crise bancaire, l’Etat américain avait renfloué plusieurs grandes entreprises pour leur éviter la faillite. En contrepartie, elles s’engageaient à plafonner les rémunérations de leurs dirigeants. Six ans plus tard, le gendarme chargé de superviser ce programme dénonce des dérapages chez General Motors avec des salaires en 2013 dépassant largement la barre des 500000 dollars annuels. Avec le consentement du Trésor américain ? "Oui", accuse l’inspecteur superviseur. Au détriment du contribuable américain.

Dan Akerson, le patron de General Motors le 16 décembre 2013 à Washington.
© Win McNamee / Getty Images North America / AFP

"Ce qui met les gens en colère – et à raison –, c’est que ces dirigeants sont récompensés pour des échecs. Et particulièrement quand ces récompenses sont subventionnées par les contribuables américains", lançait Barack Obama le 4 février 2009.

Il s’engageait alors à plafonner à 500 000 dollars par an les rémunérations dans les entreprises sauvées de la faillite par l’Etat. Dans le cadre du TARP, un plan d’aide voté en pleine tempête financière, des centaines de milliards de dollars avaient été injectés dans des banques, des assureurs ou des constructeurs automobiles.

Six ans plus tard, la contrepartie exigée par le président américain s’est muée en chimère, avec des dérapages pointés du doigt par celui que les Américains appellent le "chien de garde", l’inspecteur général chargé de surveiller la mise en œuvre du TARP.

 

Un plan de sauvetage qui lèse le contribuable

 

Dans un rapport publié fin septembre, deux entreprises sont dans le viseur: General Motors et son bras financier, Ally Financial. En 2013, chacun de leurs 25 top managers a perçu un salaire supérieur à 1 million. Les dérapages ne datent pas d’hier: entre 2009 et 2013, le nombre de salariés percevant plus de 500 000 dollars de rémunération a triplé.

 

Le Trésor américain est lui aussi mis en accusation. L’inspecteur général le tance pour avoir validé ces rémunérations. "Il a trop fait pencher la balance du côté de la compétitivité des entreprises (…) perdant, au passage, une chance de réformer en profondeur une des causes de la crise financière", peut-on lire dans ce rapport qui ne mâche pas ses mots.

Pour le "chien de garde" du TARP, ces dérapages sont d’autant plus graves qu’ils lèsent le contribuable. Parce qu’au moment où ces salaires ont été octroyés, GM et Ally Financial n’avaient pas totalement soldé leurs dettes. Combien d’argent public a ainsi été perdu ? Le Trésor, prenant en compte toutes les entreprises aidées, affirme que le TARP a rapporté plus qu’il a coûté, 15 milliards gagnés pour 425 milliards injectés. L’inspecteur général lui répond que le sauvetage de GM représente à lui seul une perte de 11 milliards. 

Au-delà des chiffres, l’enjeu est moral. Et politique. Le plafonnement des salaires, ce n’était que des "promesses d’élus", juge Mark Calabria, directeur de recherche du think tank Cato. "La loi créant le TARP contenait une ligne de conduite vague, analyse-t-il. Elle est écrite d’une manière si générale qu’elle est presque vidée de son sens, ce qui explique en grande partie son impact si limité." 

Fannie Rascle
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Sanofi Istock HJBC

Depakine : le tribunal estime que Sanofi a commis une faute et valide le principe d’une action de groupe

Le tribunal judiciaire de Paris a estimé, mercredi 5 janvier, que Sanofi avait commis une faute en manquant à ses obligations d’information sur les risques pour le fœtus qu’impliquait la prise de Dépakine chez la femme enceinte. Ce médicament qui soigne l’épilepsie et les troubles bipolaires fait...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Comme d’autres entreprises avant lui, Facebook change de nom pour faire oublier les controverses

Ne l'appelez plus Facebook. La maison mère d'Instagram, WhatsApp ou encore Messenger vient d'être rebaptisée Meta par son fondateur Mark Zuckerberg. Ce changement de nom doit, selon lui, guider le groupe vers le "metavers", un futur univers ultra-immersif qui s'appuie sur de la réalité virtuelle....

Cigarette philip Morris DR

Philip Morris France se dote d’une raison d’être : permettre aux fumeurs d’arrêter de fumer

Philipp Morris France s'est doté d'une raison d'être qui pourrait en surprendre plus d'un : "Se mobiliser et innover pour permettre aux fumeurs adultes d’arrêter la cigarette en faisant de meilleurs choix". Ce rôle social sera inscrit dans ses statuts et engage l’entreprise vis-à-vis de ses parties...

Ouighours enquete uniqlo calvision via pixabay

Ouïghours : une enquête ouverte contre quatre géants de l’habillement pour "recel de crimes contre l’humanité"

Zara, Uniqlo, Sandro, Maje... Ces marques ont-elles profité du travail forcé des Ouïghours pour la production de leurs vêtements ? C'est ce que va essayer de déterminer le Parquet national antiterroriste qui mène une enquête pour "recel de crise contre l'humanité" visant quatre géants du textile en...