Publié le 05 octobre 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Les cinq polémiques qui mettent en péril le mégaprojet Europacity

Europacity n'en finit de faire parler. Ce projet de complexe pharaonique aux portes de Paris doit réunir des hôtels, restaurants, attractions et même une piste de ski. Mais il est pointé du doigt pour ses impacts très néfastes sur l'environnement. Même la faisabilité économique du projet, portée par Auchan et le géant chinois Wanda, est mise en doute par une enquête publique.

Europacity triangle de gonesse terres agricoles

Europacity - Alliages & Territoires

C’est un projet hors norme à 15 kilomètres au nord de Paris dans la ville de Gonesse (Val-d’Oise). Un immense complexe de 80 hectares comprenant une piste de ski, un parc d’attractions, un centre commercial, une ferme urbaine, des restaurants, des hôtels, des salles de spectacle, des bureaux…

Le projet Europacity est porté par Alliages et Territoires, une filiale du groupe Auchan et du promoteur chinois Wanda. Tous deux financeront à hauteur de 3,1 milliards d’euros ce complexe immobilier prévu pour sortir de terre en 2024. C’est le plus gros investissement privé en France depuis 1992, date de la construction de Disneyland. Mais depuis 2008, date de l’annonce du projet, Europacity suscite nombre d’oppositions.

 

1 - Des forts impacts environnementaux

Les promoteurs sont accusés de bétonner 300 hectares de terres agricoles sur les 700 hectares du Triangle de Gonesse situé entre les aéroports de Roissy et du Bourget. Une enquête publique, achevée le 23 août, estime que le projet "présente des impacts environnementaux négatifs à très négatifs qui vont à l’inverse des grandes orientations de politiques nationales et internationales en matière de lutte contre la disparition des terres agricoles et de lutte contre le réchauffement climatique".

 

2 - Des doutes sur la rentabilité économique

De même, l’enquête juge que les promoteurs ont surévalué la promesse de 11 000 emplois locaux et de 30 millions de visiteurs par an. D’une part, il est jugé que "les objectifs en matière d’emploi sont peu en phase avec le niveau de formation local". D'autre part, Europacity sera en concurrence avec les centres commerciaux Aéroville et O’Parinor.

 

3 - Des investisseurs en difficulté

Le projet est d'autant plus difficile à défendre sur le plan économique qu'Auchan traverse une mauvaise passe avec des pertes semestriels. Mais surtout le chinois Wanda s’est récemment fait rappeler à l’ordre par Pékin pour s’être endetté en investissant dans des projets insensés à l’étranger... comme Europacity. Wanda a promis de concentrer ses principaux investissements en Chine.

 

4 - Une remise en question insuffisante

Face à la fronde, Alliages et Territoires a révisé son projet. "On ne fera pas Dubaï aux portes de Paris", a tenté de rassurer le promoteur. Désormais Europacity est présenté comme un "quartier de ville avec des rues, des places, un parc urbain et une ferme urbaine de sept hectares". Des arguments qui n’ont pas convaincu les opposants puisque le fond du projet n’a pas été modifié.

 

5 - Une incompatibilité avec le Plan Climat de Nicolas Hulot

Selon l’AFP, Jean-Pierre Blazy, le maire socialiste de Gonesse soutient ardemment le projet mais il ne sait toujours pas s’il peut compter sur le soutien d’Emmanuel Macron. Le seul ministre a s’être positionné sur la question est celui de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. En juillet, lors de la présentation de son Plan Climat, le ministre, interrogé sur la compatibilité du projet avec sa feuille de route, avait tranché : "La réponse peut-être très courte : elle est non. Cette gourmandise que nous avons à consommer des terres agricoles en particulier, et à artificialiser les sols en général, est incompatible avec cet objectif", avait-il souligné. "Il faut qu’on sorte de la folie des grandeurs, small is sometimes very beautiful (Petit est parfois très joli, ndr)". Reste à savoir quel poids aura le ministre dans ce dossier.

Marina Fabre @Fabre_Marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Europacity

Europacity : le tribunal annule le plan local d’urbanisme et prend la défense des terres fertiles

Nouveau rebondissement dans le projet de méga-complexe Europacity au nord de Paris. Le tribunal administratif de Pontoise a annulé le plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Gonesse. Il a estimé que cette urbanisation mettait en péril des terres particulièrement fertiles. L’État et la commune...

Illustrative Image main ferrari 7

Le monde de la F1 voit revenir les cigarettiers, sous l’œil inquiet des autorités sanitaires

Il y a plus de dix ans, les cigarettiers, immenses pourvoyeurs de moyens financiers, ont été chassés du monde de la Formule 1. Mais depuis quelques mois, Philip Morris (avec Ferrari) et British American Tobacco (avec McLaren) retrouvent les pistes. Pas directement, mais à travers un programme...

Rupture barrage Brumadinho Vale Bresil 25 janvier 2019 Douglas Magno AFP

Rupture du barrage minier de Vale au Brésil : la catastrophe de trop

Le 25 janvier, un barrage minier de l'entreprise Vale a rompu à Brumadinho, au Brésil. L’avalanche de boue de déchets a provoqué la mort de centaines de personnes. Une catastrophe humaine et environnementale qui fait vaciller le géant minier et remet en lumière la nécessité d’intégrer les risques...

Turbine gaz a Belfort general Electric SebastienBozon AFP

Alstom : GE va verser 50 millions d’euros au gouvernement pour ne pas avoir créé les emplois promis en France

General Electric (GE), qui s'était engagé à créer un millier d'emplois nets en France après avoir acquis la branche énergie d'Alstom en 2015, ne l'a pas fait et devra abonder "un fonds de réindustrialisation doté de 50 millions d'euros", a annoncé le ministère de l'Économie.