Publié le 05 février 2014

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

JO de Sotchi: pas de médaille de RSE pour les entreprises partenaires

Après le sport et la culture, le développement durable est le troisième pilier (1) de l'olympisme, depuis 1996. Les sponsors et partenaires, triés sur le volet, sont censés refléter cette éthique. Mais ce critère ne pèse pas lourd face aux millions versés pour financer les Jeux.

142119_GF.jpg
Site de Sotchi
© Jeanne-Cavelier

Comment les JO favorisent le monopole de MegaFon

En 2009, le Comité d'organisation de Sotchi décrochait « le plus important contrat jamais signé dans toute l'histoire du Mouvement olympique » : les opérateurs de téléphonie mobile MegaFon et de téléphonie fixe et Internet Rostelecom ont déboursé 260 millions de dollars pour devenir partenaires officiels. Ils se sont également engagés à investir 200 millions de dollars dans le développement des infrastructures de la région de Krasnodar, où se trouve Sotchi, et à fournir du matériel pendant les Jeux. Depuis 2012, ils bénéficient d'un moratoire en leur faveur sur la construction des réseaux de télécommunications et l'attribution des fréquences dans toute la région jusqu'en décembre 2016. Considérant cette restriction « injuste », MTS, l'opérateur leader dans cette zone, a envoyé l'été dernier une lettre au ministère des Communications pour en réduire la durée, jusqu'à la fin 2014 et a porté plainte auprès de la Commission d'Etat pour l'attribution des fréquences. En vain. Plusieurs autres concurrents de MegaFon se sont également plaints des difficultés à placer des stations de base à Sotchi avant même l'entrée en vigueur du moratoire. Sans plus de succès. Fin décembre, MegaFon annonçait que les abonnés d'autres opérateurs pouvaient choisir manuellement le réseau MegaFon pour se connecter à la 3G dans les installations olympiques pendant les JO, en vertu d'accords d'itinérance... L'an dernier, MegaFon, 4e entreprise de télécommunications en Russie (classement CNews Analytics 2013), est devenu le 2e opérateur de téléphonie mobile à Sotchi en termes de nombre d'abonnés et de chiffre d'affaires.

 

100 millions de dollars. C'est le prix moyen que sont engagées à débourser dix multinationales - Coca-Cola, AtoS, Dow Chemical, General Electric, McDonald's, OMEGA, Panasonic, Procter & Gamble, Samsung et Visa- qui sponsorisent le cycle des JO 2013-2016. « Le CIO s'associe uniquement avec des entreprises et organisations qui, à son sens, travaillent dans le respect des valeurs que défend le Mouvement olympique, telles qu'énoncées dans la Charte olympique », assure le service de presse du Comité olympique. Il précise que ces partenaires mondiaux (TOP) « sont tous attachés aux principes de durabilité ». Mais quand on l'interroge sur d'éventuels critères RSE (responsabilité sociale et sociétale des entreprises) dans leur sélection, la question est soigneusement évitée.

Le programme marketing, le plus fructueux de l'histoire des JO d'Hiver, a rapporté au total plus de 1,3 milliard de dollars. Les contrats varient entre 110 et 180 millions de dollars pour les partenaires officiels, selon les estimations des médias russes. Car outre les « Top sponsors », huit sociétés sont « partenaires généraux » des JO de Sotchi, plus trois « partenaires officiels », onze « fournisseurs officiels » et dix-huit « fournisseurs ». Pour intégrer ce petit cercle trié sur le volet, leurs dirigeants ont présenté leur offre devant une commission d'évaluation, composée de représentants des Comités olympique et paralympique russe et du Comité d'organisation de Sotchi 2014. Comment sont-ils sélectionnés ? Le CIO de Sotchi 2014 évoque une décision fondée sur « la proposition commerciale, la connaissance du marché local, la volonté de coopérer avec le comité d'organisation, les garanties des obligations, l'expérience de projets similaires », avant d'ajouter « l'histoire et la réputation de l'entreprise, tout comme son engagement envers les valeurs olympiques ».

Prix de la durabilité... surprenants

En mars 2013, le Comité d'organisation de Sotchi a décerné à ses partenaires des Prix de la durabilité. Parmi les initiatives valorisées: le combiné route-rail par la compagnie de chemin de fer russe RZD, une construction pourtant extrêmement critiquée par les associations environnementales. Les autres récompenses ont distingué les « leçons de gentillesse » (sic) envers les personnes handicapées prodiguées aux écoliers, des mesures pour accroître la fiabilité de l'atterrissage des avions lors de conditions météorologiques complexes... Mais quand nous avons cherché à joindre ces entreprises, et notamment le principal sponsor, la compagnie pétrolière publique Rosneft, qui a reçu un prix pour l'organisation d'un festival et publie des rapports de durabilité (le dernier date de 2010), aucune n'a souhaité répondre à nos questions...

Chez les partenaires internationaux par contre, les plus environnementaux sont mis en avant. La société de services informatiques française Atos Origin explique par exemple contribuer à réduire l'empreinte carbone sur l'environnement en mettant en place des technologies modernes. « En utilisant les technologies de virtualisation, Atos a réduit le nombre de serveurs de 40 % comparés à Vancouver » (JO d'Hiver 2010), estime Patrick Adiba, directeur exécutif en charge des Jeux Olympiques et des Grands événements. Coca-Cola a installé 1000 réfrigérateurs éco-friendly sur les sites olympiques. Jeff Mochal, directeur de la communication externe de McDonald's, évoque quant à lui « le recyclage de plus de 50 % des huiles de cuisson en biocarburant, la construction des restaurants avec des technologies d'économies d'énergie, le compactage des déchets pour diminuer le volume dans les décharges ».

Silence face aux abus

En revanche, les sponsors qui ne seraient pas particulièrement exemplaires en matière de RSE ne sont guère rappelés à l'ordre par le CIO. Le fabricant de produits chimiques Dow Chemical, par exemple, est félicité par le comité olympique de Sotchi pour ses solutions qui permettront « de réduire les émissions de gaz à effet de serre équivalent à l'empreinte carbone d'1,5 milliard de km en voiture ». L'entreprise fait pourtant l'objet de poursuites pour l'accident industriel de Bhopal en Inde, qui a fait 25 000 morts en 1984. Et son statut de sponsor des JO avait déjà largement été dénoncé par les victimes de la catastrophe en 2012, lors des jeux de Londres.

De même, le CIO et ses partenaires restent silencieux devant les abus constatés à Sotchi, en matière de corruption, de conditions de travail et de droits des homosexuels notamment. Jusque-là, ils se sont bornés à affirmer avoir reçu « l'assurance ferme du gouvernement russe que chacun serait le bienvenu aux Jeux à Sotchi, indépendamment de son orientation sexuelle », sans exhorter publiquement l'Etat à observer la Charte ni répondre sur les autres problèmes. Ni les lettres des associations, comme Human Rights Watch, ou de grands investisseurs financiers new-yorkais pesant 327 milliards de dollars d'actifs, ni les pétitions de plus de 400 000 personnes ne les ont fait réagir davantage.

Le pouvoir marketing des anneaux l'emporte encore sur l'influence de ces acteurs. Au-delà des contrats signés avec les organisateurs, les sponsors investissent massivement dans cette vitrine unique au monde, regardée par des milliards de consommateurs potentiels. Lors des précédents JO à Londres en 2012, leur image s'est améliorée de 25 à 50 %, selon une étude menée par Havas Sports & Entertainment en Grande-Bretagne. Le groupe américain Procter & Gamble (Duracell, Gillette...) a estimé par exemple à 500 millions de dollars ses ventes additionnelles en 2012 grâce à son sponsoring.

(1) Charte olympique, règle 2, paragraphe 13

Jeanne Cavelier, envoyée spéciale à Sotchi
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Pire patron au monde CSI

Découvrez le pire patron du monde, devant Jeff Bezos

Virer près de 800 personnes en moins de 30 secondes chrono, c'est la "prouesse" qu'a réalisée Peter Hebblethwaite, à la tête de P and O Ferries, une compagnie qui assure notamment des liaisons entre la France et le Royaume-Uni. Cela lui a valu le titre de "pire patron du monde" décerné par la...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Meta, la maison-mère de Facebook, peine à convaincre avec le métavers et se sépare de 11 000 salariés

Facebook n’enchaîne plus les succès. Le réseau social, rebaptisé Meta, a enchaîné les controverses ces dernières années sur l’utilisations des données personnelles. Aujourd’hui, son modèle fait moins recette. Mark Zuckerberg a annoncé un vaste plan social, concernant 11 000 salariés du groupe, en...

Tudiants poussent les entreprises a repondre a l urgence climatique Istock 02

À Polytechnique, la fronde des diplômés contre l’implantation de LVMH sur le campus

Après avoir manifesté contre l'implantation de TotalEnergies au sein de leur campus, d’anciens élèves de Polytechnique ciblent désormais LVMH. Le numéro 1 mondial du luxe voudrait y installer un centre de recherche dédié au "luxe durable et digital". Du greenwashing pour ses opposants qui appellent...

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...