Publié le 30 novembre 2016

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Travail des enfants, esclavage moderne : le N°1 mondial de l'huile de palme mis en cause

Amnesty International dénonce les méthodes de l’entreprise Wilmar. En Indonésie, L’ONG a enquêté dans les plantations de palmiers à huile du premier producteur mondial. Elle y a découvert le travail des enfants et les conditions inhumaines des travailleur.e.s. Neuf multinationales, dont Nestlé, Colgate et Kellogg’s, s’approvisionnent chez Wilmar. Plusieurs de ses plantations sont même certifiées "huile de palme durable".

La principale conclusion de l'enquête menée par Amnesty International : "De grandes entreprises mondiales tirent profit du travail des enfants et du travail forcé." Ci-dessus, une fillette dans une plantation de Pelalawan, dans la province de Riau.
Adek Berry / AFP

"De grandes entreprises mondiales tirent profit du travail des enfants et du travail forcé." C’est la principale conclusion d’une nouvelle enquête menée par Amnesty International dans les plantations de palmiers à huile en Indonésie appartenant à Wilmar.

L’entreprise agroalimentaire singapourienne, premier producteur mondial d’huile de palme, approvisionne plusieurs multinationales. En remontant la chaîne d’approvisionnement, l’ONG a pu s’entretenir avec 120 ouvriers travaillant dans deux filiales de Wilmar et trois de ses fournisseurs. Elle y a découvert un grand nombre d’atteintes aux droits humains : travail forcé de femmes payées en dessous du salaire minimum, travail dangereux et difficile d’enfants âgés de huit ans, absence de protection pour les ouvriers inhalant pourtant des pesticides hautement toxiques…

 

9 multinationales concernées

 

Amnesty International assure que neuf multinationales s’alimentent chez Wilmar. Il s’agit de Nestlé, Kellogg’s, Protecter & Gamble, AFAMSA, ADM, Colgate-Palmolive, Elevance, Reckitt Benckiser et Unilever. "Nous n'hésiterons pas à mettre fin à toute relation commerciale avec un fournisseur qui ne répondrait pas aux préoccupations relatives au droit du travail et aux droits de l'Homme", a réagi Colgate, contacté par Novethic. "Nous tiendrons Wilmar responsable de toutes questions à ce sujet"

De son côté, Nestlé confirme à Novethic que 10% de l'huile de palme utilisée par l'entreprise est fournie par Wilmar. "Nous allons enquêter", affirme-t-il, "si nos fournisseurs ne répondent pas à nos exigences, nous les suspendrons".

Kellogg’s et Reckitt Benckiser ont confirmé à Amnesty International que de l’huile de palme provenant des activités indonésiennes de Wilmar était contenue dans certains de leurs produits. "Il est dans notre intérêt de protéger et faire avancer les droits de l'homme dans nos filiales et nos lieux de production", a expliqué Kellogg's à Novethic, sans pour autant confirmer son approvisionnement auprès de Wilmar. 

 

"Exploitation des travailleurs"

 

Ces entreprises sont liées, par leur chaîne d’approvisionnement, à Wilmar et à ses sous-traitants. Pour Meghna Abraham, directrice des recherches à Amnesty International, elles "ferment les yeux sur l’exploitation des travailleurs"

Wilmar reconnaît de son côté "qu’il existe des problèmes de main d’œuvre dans l’industrie de l’huile de palme". Dans un communiqué publié le 29 novembre, le premier producteur mondial d'huile de palme félicite d’ailleurs Amnesty International pour son rapport. Pourquoi ? "Car il contribue à mettre en lumière les problèmes de travail dans l’industrie de l’huile de palme, spécifiquement en Indonésie." 

 

Wilmar certifié "huile de palme durable"

 

Mais sur le fond, Wilmar, qui affirme avoir procédé à une évaluation interne après avoir été contacté par Amnesty International, défend point par point son bilan. Il assure augmenter chaque année le salaire minimum quotidien, fournir des protections individuelles avec lunettes, casque, gants, masque, à tout travailleur manipulant des produits chimiques, donner suffisamment d’eau aux salarié.e.s… "Nos pratiques commerciales sont conformes aux normes environnementales et sociales", souligne l’entreprise.

Si conformes que certaines de ses plantations sont certifiées comme produisant de l’huile de palme "durable" (RSPO). Des critères environnementaux y sont imposés, tout comme des exigences sur les conditions de travail. Si ces principes ne sont pas respectés, Kellogg's affirme qu'il "travaillera avec le fournisseur pour qu'il soit aligné avec nos engagements". Sinon, "nous arrêterons la collaboration"

Amnesty International réclame la "transparence" : "Les consommateurs et consommatrices voudront savoir quels produits sont liés à des atteintes aux droits humains et lesquels ne le sont pas." 

 

Mise à jour le 30 novembre à 15h20

Marina Fabre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Risques ESG : "l’important est d’évaluer la qualité des relations entre l’entreprise et ses fournisseurs"

Si les investisseurs s’intéressent de plus en plus aux risques liés aux droits humains dans la chaîne d’approvisionnement, il s'agit surtout des investisseurs responsables (ISR). Pour évaluer les entreprises, Francesca Suarez, analyste ISR, spécialiste de la chaîne d’approvisionnement chez...

Responsabilité des entreprises : les grandes références internationales

Les textes internationaux se sont multipliés au cours des dernières années pour affirmer que les entreprises doivent respecter les droits humains. La plupart de ces instruments ne sont pas contraignants mais les États et la société civile peuvent s’appuyer dessus pour inciter les...

Salaire décent vs salaire minimum : le grand écart

Recevoir un salaire vital en contrepartie de son travail est un droit humain fondamental. Pourtant, très peu d’entreprises prennent des mesures concrètes pour s’assurer qu’un tel salaire soit effectivement payé aux travailleurs de leur filière d’approvisionnement. C’est particulièrement...

Comment prévenir le travail des enfants au sein de sa supply chain?

Alors que le travail des enfants concerne encore 168 millions de personnes dans le monde, comment les entreprises peuvent-elles prévenir ce risque dans leur chaîne d'approvisionnement, de plus en plus complexe ? Novethic fournit quelques pistes et les cadres de référence à respecter.

168 millions d’enfants au travail dans le monde

Dans les champs, dans les mines ou l’industrie, ce sont encore des millions d’enfants, 168 selon l’OIT, qui travaillent, dans des conditions souvent dangereuses, au lieu d’aller à l’école. Un fléau qui doit être combattu par les gouvernements, mais aussi les entreprises, qui peuvent être...

Travail forcé : des esclaves d’État nord-coréens en plein cœur de l’Europe

Privés de leur passeport, amputés d’une partie de leur salaire, travaillant jusqu’à 12 heures par jour, 6 jours par semaine dans des conditions déplorables et obligés de participer à des séances d’éducation idéologique. Voici la situation dans laquelle seraient maintenus des milliers de...

Le travail forcé, un esclavage moderne dans les chaînes d’approvisionnement

Près de 21 millions de personnes dans le monde sont aujourd’hui victimes de travail forcé. Une grande partie sont exploitées dans des champs, sur des chantiers, des bateaux de pêche ou dans des usines, générant pas moins de 150 milliards de dollars de profits illégaux. 

Pleins feux sur les zones d’ombre de la supply chain

Pendant deux semaines, Novethic braque les projecteurs sur les risques qui pèsent sur les chaînes d’approvisionnement des entreprises en matière de droits humains. Un sujet de RSE absolument crucial. Au cours des deux prochaines semaines, nous nous pencherons sur le travail des enfants, le...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...

Bayer croule sous les menaces judiciaires liées au Roundup de Monsanto

Le géant de l’agrochimie Bayer, qui a avalé Monsanto en 2018, a aujourd’hui du mal à digérer le géant des OGM. 42 700 plaintes liées au Roundup visent le mastodonte aux États-Unis et le risque financier est estimé entre 15 et 20 milliards de dollars. À la dernière Assemblée générale, les...

Amazon reputation

Black Friday : un vendredi noir pour la réputation d’Amazon

À l’occasion du Black Friday et des fêtes de fin d’années, Amazon fait l’objet de plusieurs rapports destinés à montrer la face cachée du géant du e-commerce, qui symbolise les dérives de ces méga promotions et de l’hyperconsommation. ONG, syndicats et hommes politiques dénoncent son impact...

Lafarge

Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour "complicité de crime contre l'humanité"

La Cour d'appel de Paris a annulé la mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité de Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes terroristes en Syrie pour maintenir ses activités sur place alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Le cimentier reste toutefois poursuivi pour...