Publié le 03 octobre 2019

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Devoir de vigilance : EDF mis en demeure pour violation des droits humains

Deux ans après l'adoption de la loi sur le devoir de vigilance en France, quatre affaires sont en cours. La dernière concerne EDF. Le groupe et sa filiale EDF Energies nouvelles sont accusés de ne pas avoir consulté et obtenu le consentement des communautés autochtones, impactées par la construction d'un parc éolien au Mexique. L'entreprise a trois mois pour adapter son plan de vigilance avant une possible action en justice.

Prodesc eolien
Les opposants au projet subissent intimidations, menaces et tentatives de séquestration.
@Prodesc

Et de quatre. Après Total – ciblée dans deux affaires distinctes – et Téléperformance, c’est au tour d’EDF d’être mis en demeure dans le cadre de la loi sur le devoir de vigilance votée en 2017. L’électricien est accusé de violation des droits humains au Mexique dans le cadre de la construction d’un gigantesque parc éolien (300 mégawatts et une centaine de turbines), mené par l’une de ses filiales.

Les communautés autochtones de l’Union Hidalgo, situé dans l’État d’Oaxaca, au sud du pays, représentées par l’ONG Prodesc (Projet des droits économiques, sociaux et culturels) donnent trois mois à la multinationale pour revoir son plan de vigilance avant d’intenter une action en justice.

Elles accusent l’entreprise de ne pas les avoir consultées en amont et avoir obtenu leur consentement "libre, préalable et éclairé". "Alors que la communauté a commencé à avoir vent de rumeurs sur de nouveaux projets éoliens dans la région, EDF avait déjà obtenu de la part du gouvernement mexicain une autorisation de production d’électricité et signé un contrat avec l’énergéticien local pour son rachat" raconte Guillermo Torres, l’un des avocats de Prodesc.

Agent de blanchiment

En mars 2018, les communautés autochtones avaient déjà déposé plainte auprès du Point de contact national (PCN) français, afin de faire appliquer les principes directeurs des multinationales de l’OCDE. "Mais après près d’un an et demi de médiation, nous avons décidé de nous retirer de la procédure fin juillet, témoigne Elena Villafuerte de ProDesc. Nous n’avons pas réussi à instaurer un dialogue satisfaisant et le PCN ne s’est jamais vraiment intéressé au fond de la plainte. Nous avions compris que le projet se ferait quoiqu’il en soit." 

"Le PCN a souvent été vu comme la solution pour régler les situations entre communautés autochtones et entreprises mais ce qu’on voit cas après cas, c’est qu’il se comporte comme un agent de blanchiment pour les multinationales, commente Swann Bommier, chargé de plaidoyer pour la régulation des multinationales au sein du CCFD. Heureusement, la loi sur le devoir de vigilance permet que les demandes des peuples autochtones soient entendues par un tiers indépendant."

Menaces et intimidations

Sur place, la situation est de plus en plus critique. Depuis le début de l’année, des conflits ont éclaté au sein de la communauté entre opposants et défenseurs du projet (agriculteurs qui ont prévu de louer leurs terres à EDF ou syndicats d’ouvriers impliqués dans la construction du parc). Les opposants sont intimidés, menacés et il y aurait même eu des tentatives de séquestration selon Prodesc.

En parallèle, les consultations se poursuivent, bloquant le projet qui devait démarrer en juin dernier. Mais la FIDH et l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) ont pointés plusieurs tentatives d’entrave au processus de consultation dans leur “Appel urgent” du 18 juin concernant la situation des défenseurs des droits humains à Union Hidalgo.

Au moment de la plainte auprès du PCN, EDF avait assuré suivre "scrupuleusement les processus existants". "Les équipes locales d’EDF réaliseront [à l'issue du processus de consultation, ndr] une campagne d’information en vue de présenter le projet dans sa dimension technique et sociale" expliquait l’énergéticien à Novethic. Relancé sur l’évolution de l’affaire, EDF n’a pas répondu à notre sollicitation.    

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

EDF attaqué par des communautés mexicaines dans un projet éolien

Une communauté autochtone mexicaine accuse EDF de possibles violations des droits humains dans le cadre d’un projet éolien menée par une filiale de l’énergéticien. Elle a déposé plainte auprès du Point de contact national (PCN) français, représentant national de l’OCDE pour le respect des...

Devoir de vigilance : le cas de Total, attaqué sur le changement climatique, fera-t-il jurisprudence ?

En octobre 2018, un collectif d’associations et d’élus interpellait Total sur l’absence de mention du changement climatique dans son plan de vigilance. Pour le pétrolier cependant, ce risque ne fait pas partie de ses obligations. Sous la pression, il accepte pourtant de l’intégrer dans son...

Climat : Total, premier pétrolier à être interpellé sur son devoir de vigilance

Les maires de plusieurs villes françaises et des ONG ont demandé mardi 23 octobre au groupe pétrolier Total d'agir pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°. Faute de quoi ils pourraient l'attaquer en justice.

Total mis en demeure de s’aligner avec l’Accord de Paris, avant une attaque en justice

Soutenues par plusieurs ONG, 14 collectivités françaises ont mis en demeure Total de s’aligner avec l’Accord de Paris et de revoir son plan de vigilance. Le pétrolier français avait déjà été interpellé en octobre dernier sur son manque d’ambition climatique. Il a publié un nouveau document...

Teleperformance, le géant français de la relation clients, mis en demeure sur son devoir de vigilance

Après Total, c’est au tour de Teleperformance d’être mis en demeure pour non respect de la loi sur le devoir de vigilance. L’ONG Sherpa et la fédération syndicale internationale UNI Global Union accusent le leader mondial des centres d’appels de passer sous silence les risques liés aux...

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Sea world parc marin orlando seaworld

[Bonne nouvelle] TripAdvisor arrête la vente de billets pour des spectacles de baleines ou dauphins

Dans quelques mois, vous ne pourrez plus trouver de billets pour Sea World, Marineland ou encore Zoomarine sur TripAdvisor. La plateforme américaine a décidé de bannir de son site tous les parcs qui exploitent des cétacés en captivité et qui ne disposent pas de sanctuaires marins. Le groupe entend...

Medicament opiaces pixabay stevepb

Crise des opiacés : Purdue Pharma se déclare en faillite pour échapper à la justice

Purdue Pharma, fabricant d'un des principaux médicaments antidouleur aux opiacés, l'OxyContin, vient de se déclarer en faillite. Le groupe fait l'objet de plus de 2 000 plaintes aux États-Unis, un pays où ces médicaments sont accusés d’avoir provoqué la mort de 400 000 personnes sur les vingt...

Prodesc eolien

Devoir de vigilance : EDF mis en demeure pour violation des droits humains

Deux ans après l'adoption de la loi sur le devoir de vigilance en France, quatre affaires sont en cours. La dernière concerne EDF. Le groupe et sa filiale EDF Energies nouvelles sont accusés de ne pas avoir consulté et obtenu le consentement des communautés autochtones, impactées par la construction...

Procès du Mediator : la responsabilité des laboratoires Servier en question

Neuf ans après le retentissant scandale du Mediator, un antidiabétique tenu pour responsable de centaines de morts, le procès des laboratoires Servier et de l'Agence du médicament s'ouvre lundi 23 septembre à Paris. Sur le banc des prévenus : le groupe pharmaceutique et neuf filiales, ainsi que...