Publié le 02 avril 2014

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Brésil : le pays veut faire la lumière sur le rôle des entreprises durant la dictature

50 ans après le coup d'Etat du 31 mars 1964, le Brésil se penche sur le rôle des entreprises dans sa préparation, ainsi que leur soutien à la dictature (1964-1985) qui en a découlé. Si de nombreux acteurs de la société civile espèrent les responsabiliser ces grands groupes, leur prépondérance économique et politique rend la tâche difficile.

droits de l homme bresil pays veut faire lumiere role entreprises durant dictature
La présidente du Brésil, Dilma Roussef à la Commission nationale de la vérité
© DR

« La dictature brésilienne n'a pas été que militaire. Elle a également été civile du fait de la participation active des entreprises », affirme Rosa Cardoso. Cette avocate en droit pénal coordonne le groupe de travail de la Commission nationale de vérité (CNV) dédiée à la répression des travailleurs et des mouvements syndicaux durant cette période. « Dès le début des années 1960, reprend-elle, des entrepreneurs brésiliens, surtout à São Paulo, se sont organisés pour en finir avec le gouvernement réformiste et nationaliste » du président João Goulart, dit « Jango », chassé par le coup d'Etat du 31 mars 1964.

Considérée comme une collaboratrice active du régime dictatorial, la Fédération des industries de São Paulo (Fiesp), qui existe encore aujourd'hui, a par exemple aidé à financer, avec d'autres entrepreneurs paulistes, le projet « Opération Bandeirante » (Oban). Une opération qui a « servi de modèle pour l'implantation de centres de torture dans tout le pays », explique Rosa Cardoso. En 21 ans, 339 personnes sont mortes ou ont disparu, et 1 843 ont été torturées, selon les chiffres officiels.

Entreprises et pouvoir mains dans la main pendant la dictature

« La répression est le côté le plus spectaculaire de la dictature », tranche l'historien Renato Lemos. « Ce qui l'est moins, c'est la participation de ces mêmes groupes aux mécanismes de décision de l'Etat dictatorial. » Ce que s'emploiera de mettre en évidence ce professeur de l'université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), avec d'autres membres du groupe de recherche « Mais verdade » (« Plus de vérité ») lancé le 26 mars dernier à Rio de Janeiro.

« Itau, Gerdau, Safra Klabin... Les grands groupes qui existent aujourd'hui sont les vainqueurs de cette période », abonde son collègue João Roberto Pinto, professeur de sciences politiques à l'université fédérale de l'Etat de Rio (Unirio). C'est particulièrement le cas dans le secteur du BTP et de la banque, « secteurs où les entreprises brésiliennes sont le plus développées », avec des poids lourds tels que Bradesco, ou Odebrecht et Andrade Gutierrez, confirme l'historien Pedro Henrique Pedreira Campos, de l'université fédérale rurale de Rio (UFRRJ).

Une commission nationale de la vérité pour mettre les exactions à jour

Créée en 2012 pour deux ans et demi afin de mettre à jour les exactions commises par le régime dictatorial, la Commission nationale de la vérité (CNV) dispose de documents, émanant des archives des services d'information brésiliens, d'unités de l'armée ou de la marine. Obtenus « après beaucoup de pression », selon l'un de ses membres, Luiz Carlos Prates, du secrétariat national du syndicat CSP-Conlutas, ces archives montrent à quel point salariés et syndicalistes ont été la cible privilégiée du régime dictatorial brésilien. Cibles impossibles à atteindre sans l'aide des entreprises.

Caterpillar, Rhodia, Ford, Ericson, General Motors, Petrobras, Kodak, Phillips, Volkswagen... ces grands noms font partie des entreprises qui ont participé activement à la répression syndicale, selon une archive du ministère brésilien de l'Aéronautique.

Pourtant, au-delà d'une « responsabilisation » en faveur de laquelle la CNV devrait plaider à l'issue de ses travaux, il y a peu de chances que ces entreprises soient pénalisées. « Il faudrait soit une action en justice, soit une vraie volonté politique » qui serait traduite par la loi, indique le chercheur. Or, ces entreprises sont les principales financeurs des campagnes électorales brésiliennes, comme le montre la liste des dons mise à jour tous les deux ans depuis 2002 par Transparência Brasil. « Aucun parti ne voudra se lancer là-dedans. »

Victor Roux-Goeken
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...

Guerre ukraine nestle russie boycott FABRICE COFFRINI AFP

Nestlé, Leroy Merlin, Auchan... Les appels au boycott se multiplient contre les entreprises qui restent en Russie

Les réseaux sociaux sont des armes puissantes de destruction de réputation ! Nestlé renommée Nazstlé est prise massivement à partie depuis que les dirigeants ukrainiens ont dénoncé la volonté du géant suisse de l’agro-alimentaire de rester en Russie. Le groupe Mulliez, très présent dans le pays à...

Ehpad orpea pixabay

Les sombres dessous d’Orpea ont échappé aux filets de la notation RSE

Les dommages collatéraux de la chute d’Orpea s’étendent chaque jour un peu plus. La publication du livre "Les Fossoyeurs" qui dénonce les mauvais traitements des pensionnaires de ces maisons de retraite de luxe, administrées par une entreprise cotée, a entraîné le limogeage de son dirigeant, un...

Total polytechnique banderole greenpeace e73105c59b

Après deux ans de polémique, Total renonce finalement à s’installer sur le campus de Polytechnique

TotalÉnergies rétropédale. Le pétrolier devait installer un centre de recherche au sein du campus de Polytechnique mais il vient d'y renoncer face à la fronde des élèves et des ONG. Ces derniers se mobilisent depuis deux ans, dénonçant une stratégie d'influence du groupe sur "les cerveaux des futurs...