Publié le 08 décembre 2014

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Brésil : le barrage de Jirau en Amazonie est-il aussi "vert" que GDF Suez le dit ?

Située près de la frontière bolivienne au Brésil, l’usine hydroélectrique de Jirau en cours de construction fait débat. D’un côté, GDF Suez la présente comme un projet vert. De l’autre, les associations environnementales dénoncent les impacts négatifs sur l’environnement et s’interrogent sur la légitimité de GDF Suez à faire profiter ce barrage d’un financement "green bonds".

Au Brésil, le barrage de San Antonio, dans la même régio que celui de Jirau.
© Cley Medeiros / Amazonia Real

En mai dernier, GDF Suez lançait la plus importante opération de green bonds jamais émise par une entreprise française. En quelques heures seulement, l’entreprise a levé 2,5 milliards d’euros pour financer des projets respectueux de l’environnement et contribuer à la transition énergétique du groupe.

Or parmi les projets qui pourraient être en partie financés par ces "obligations vertes", figure le très polémique barrage de Jirau, en cours de construction sur le fleuve Madeira, en Amazonie, par le consortium ESBR dont GDF Suez détient 40%. Moins médiatique que le barrage de Belo Monte, très décrié, l’ouvrage de Jirau, situé dans le nord du bassin amazonien, est aussi de bien moins grande ampleur. Une fois terminé, il produira 3,750 gigawatts (GW), c’est-à-dire environ trois fois moins que Belo Monte. Mais il est déjà partiellement en activité: 17 turbines sur les 50 qu’il comptera finalement en 2016 sont actuellement en fonctionnement. Au total, le consortium déboursera 5,5 milliards d’euros.

 

Des turbines spécialement adaptées

 

Pour GDF Suez, le projet est conçu pour respecter au mieux l’environnement. Le réservoir, comme c’est le cas dans la plupart des constructions hydrauliques récentes au Brésil, est réduit, évitant une trop grande zone inondée en amont. Le cours du fleuve Madeira, où se construit un autre barrage à une centaine de kilomètres (Santo Antonio), n’est pas détourné et ses fortes modulations, en raison de la saison des pluies, seront respectées grâce à des turbines spécialement conçues pour fonctionner même lorsque le cours d’eau atteint ses plus bas niveaux.

Afin de préserver "la richesse remarquable de la faune locale", les turbines ont été prévues, et testées préalablement dans un laboratoire hydraulique en France, pour laisser les larves et les œufs de poissons passer. La compagnie rappelle aussi que "Jirau  est en pleine conformité avec la législation brésilienne et toutes les conditions et exigences ont été et sont remplies". Le projet a même été validé par la CNUCC (la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique) dans le cadre des Mécanismes de développement propre (MDP), permettant au consortium ESBR de gagner des crédits carbone, souligne GDF Suez.

 

Déforestation élargie

 

Mais le barrage de Jirau est-il si vert que cela ? L’ouvrage est aujourd’hui dans le viseur des associations environnementales. Elles en dénoncent les forts impacts négatifs sur le milieu naturel et les populations locales. En novembre dernier, GDF Suez a d’ailleurs reçu le prix Pinocchio décerné par plusieurs associations françaises aux entreprises qui, selon elles, violent les "droits des peuples et de l’environnement".

Le projet a connu un mauvais départ. L’Ibama, l’institut brésilien de l’environnement, avait dans un premier temps refusé la licence au consortium, avant de l’accorder quelques mois plus tard. "L’agence environnementale subit les pressions de la politique définie par le gouvernement brésilien, explique Ricardo Baitelo, spécialiste des questions énergétiques chez Greenpeace Brésil. Car l’énergie hydroélectrique reste une priorité. Jusqu’à présent, les projets de grands barrages en Amazonie ont parfois été légèrement modifiés, mais jamais annulés par l’Ibama." Greenpeace ne dénonce pas seulement la déforestation qu’a inévitablement entraîné la construction des barrages de Jirau et de Santo Antonio, mais aussi la "déforestation indirecte", celle nécessaire au développement de la ville de Porto Velho et à l’arrivée de près de 16000 travailleurs.

 

Emissions de COet populations indigènes déplacées

 

Ricardo Baitelo met aussi en cause le bilan climatique du barrage. Selon lui, une usine hydroélectrique produit finalement "l’équivalent de 20% du CO2 émis par une usine thermique, à cause de la sédimentation". En effet, le réservoir, même réduit, inonde des matières végétales qui, en se désintégrant, produisent du méthane.

Les associations s’insurgent également contre le manque de consultation des populations indigènes, pourtant directement concernées. Certaines, comme Survival International, vont plus loin et ont dénoncé les impacts de l’ouvrage sur les populations indigènes isolées qui vivraient dans les environs et dont certaines auraient été obligées de fuir leur lieu de vie habituel. Mais ces allégations, basées sur une étude préliminaire de la Funai, la Fondation nationale de l’Indien, n’ont pas été confirmées par l’organisme.

 

Jirau financé par les "green bonds" de GDF Suez ?

 

Pour Ricardo Baitelo, qui rappelle que Greenpeace n’est pas contre l’énergie hydroélectrique, "n’importe quel barrage situé en Amazonie, une région déjà dévastée par la déforestation et dont la biodiversité est fragile, est difficilement éligible à un quelconque programme de crédits carbone ou de green bonds". GDF Suez, qui a lancé ses émissions vertes en mai, évalue actuellement les projets qui pourront bénéficier de ces financements. L’entreprise s’engage à ce qu’ils respectent 10 critères qu’elle a préalablement établis avec l’agence de notation extrafinancière Vigeo.

Mais l’agence Vigeo ne participe pas à ce processus d’évaluation, effectué uniquement par GDF Suez. Seul un "commissaire aux comptes opérera chaque année une vérification de l’allocation des fonds vers des projets éligibles et de la conformité des projets sélectionnés au regard des critères", précise Vigeo. Les critères étant flous, les "chances" pour que le barrage de Jirau fasse partie des green bonds restent grandes.

Aglaé de Chalus, à Rio de Janeiro
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Au Brésil, la lutte contre la déforestation n’est plus une priorité gouvernementale

La déforestation est repartie à la hausse au Brésil. Ce revirement de situation constaté l’année dernière, après 8ans de baisse, est alarmant. Tout occupée à la relance économique du pays, la présidente du Brésil Dilma Roussef, réélue le 26 octobre dernier, semble avoir relégué le dossier...

Brésil : Grave crise de l'eau à São Paulo

8,8 millions d’habitants bientôt privés d’eau ? La capitale économique du Brésil est menacée. La sécheresse qui sévit depuis 2013 a mis à sec la principale retenue d’eau qui l’alimente. Déjà, la distribution se montre problématique. Un rationnement que le gouverneur refuse de reconnaître,...

Brésil : les défis énergétiques qui attendent Dilma Rousseff

Le Brésil doit quasiment doubler sa capacité de production électrique d’ici à cinq ans s’il veut répondre à la demande croissante. Champion du monde de l’énergie hydraulique, le pays se tourne aujourd’hui vers d’autres moyens de production, pas toujours respectueux de l’environnement.

 

 

Santé et sécurité au travail : le Brésil défaillant

En trois ans, neuf ouvriers sont morts sur les chantiers des stades de la Coupe du monde. Un tribut humain révélateur des conditions de travail au Brésil. En 2013, le pays a dénombré 700 000 accidents, 15 000 blessés et 2 700 décès liés à une activité professionnelle.

Brésil : l’agroécologie pour sortir de la pauvreté

Dans l’Est du Brésil, l’association Esplar et le gouvernement misent depuis plus de dix ans sur l’agriculture bio et familiale pour sortir la population de la pauvreté. Une stratégie gagnante symbolisée en 2005 par l’implantation sur place de Veja, une marque française de tennis et...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Pire patron au monde CSI

Découvrez le pire patron du monde, devant Jeff Bezos

Virer près de 800 personnes en moins de 30 secondes chrono, c'est la "prouesse" qu'a réalisée Peter Hebblethwaite, à la tête de P and O Ferries, une compagnie qui assure notamment des liaisons entre la France et le Royaume-Uni. Cela lui a valu le titre de "pire patron du monde" décerné par la...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Meta, la maison-mère de Facebook, peine à convaincre avec le métavers et se sépare de 11 000 salariés

Facebook n’enchaîne plus les succès. Le réseau social, rebaptisé Meta, a enchaîné les controverses ces dernières années sur l’utilisations des données personnelles. Aujourd’hui, son modèle fait moins recette. Mark Zuckerberg a annoncé un vaste plan social, concernant 11 000 salariés du groupe, en...

Tudiants poussent les entreprises a repondre a l urgence climatique Istock 02

À Polytechnique, la fronde des diplômés contre l’implantation de LVMH sur le campus

Après avoir manifesté contre l'implantation de TotalEnergies au sein de leur campus, d’anciens élèves de Polytechnique ciblent désormais LVMH. Le numéro 1 mondial du luxe voudrait y installer un centre de recherche dédié au "luxe durable et digital". Du greenwashing pour ses opposants qui appellent...

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...