Publié le 16 juin 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Sanofi et l’État s’associent pour relocaliser une partie de la production de médicaments et vaccins en France

La relocalisation, nouveau mot d'ordre d'Emmanuel Macron depuis la crise du Covid-19, a commencé. Le laboratoire français Sanofi vient d'annoncer investir 610 millions d'euros dans la création d'un nouveau site de produits de vaccin en France pour sécuriser l'approvisionnement dans l'Hexagone et au sein de la zone euro. Plusieurs "médicaments usuels" comme le paracétamol pourrait être à nouveau produit sur le territoire, a annoncé le chef de l'État.

Emmanuel Macron veut favoriser les partenariats public-privé pour reconquérir la souveraineté de la France et de l'Europe en termes de santé.
CC0

Alors que ce 16 juin les soignants ont organisé une journée de manifestation partout en France, c’est près de Lyon, chez Sanofi, que le chef de l’État s’est rendu. Emmanuel Macron, qui a plusieurs fois répété son souhait, notamment dans sa dernière allocution, de retrouver une souveraineté française, a annoncé que "certaines productions critiques" de santé allaient être relocalisées sur le territoire. "Tout le monde a vu pendant cette crise que certains médicaments usuels n’étaient plus produits en France et en Europe. Nous devons, au-delà de nous poser la question, en tirer toutes les conséquences. (…) On pourra par exemple pleinement reproduire, conditionner et distribuer du paracétamol en France", a-t-il fait valoir, soulignant le développement de partenariat public-privé.

Et justement, pour "sécuriser les approvisionnements en vaccins de la France et de l’Europe en cas de nouvelles pandémies", le laboratoire français Sanofi a fait deux annonces. La première concerne un investissement de 610 millions d’euros dans l’Hexagone pour créer un nouveau site de production de vaccins. La deuxième est la création de "Evolutive Vaccine Facilty", un nouveau site qui "fera appel aux technologies les plus innovantes dans le domaine de la production de vaccins". Cette nouvelle usine qui va permettre de produire trois à quatre vaccins simultanément, contre un seul dans les sites industriels actuels, va nécessiter un investissement de 490 millions d’euros sur cinq ans et devrait générer la création de 200 nouveaux emplois.

Un nouveau centre contre les maladies émergentes et risques pandémiques

"L'investissement que vous venez d'annoncer, c'est un formidable trait d'union entre les deux actes de la bataille que nous avons à conduire", a déclaré Emmanuel Macron. "Le projet annoncé aujourd'hui, c'est mettre Sanofi et la France à l'excellence de la lutte contre le virus", a-t-il ajouté. Viendront s'ajouter à ces investissements 120 millions d'euros pour créer un nouveau centre de recherche et développement sur le site Sanofi Pasteur à Marcy-l'Étoile. Ce complexe sera notamment consacré au développement de vaccins contre les maladies émergentes et les risques pandémiques.

Avec ces annonces, Sanofi et le chef de l’État enterrent la hache de guerre. Le 13 mai dernier, le directeur général du laboratoire, Paul Hudson, avait annoncé que le vaccin contre le Covid-19 serait réservé en priorité aux États-Unis car ces derniers avaient "partagé le risque" des recherches menées. Autrement dit le groupe estimait que les Américains avaient davantage investi dans la recherche pour le vaccin que les Européens. Une sortie de route que n’avait pas apprécié Emmanuel Macron. Le Président de la République défend un vaccin considéré comme un "bien mondial de l’humanité" qu’il faut rendre "disponible, accessible et abordable pour tous".

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Bnp paribas logo distributeur flickr

BNP Paribas assignée en justice sur son devoir de vigilance : vers un procès climatique historique

C’est le premier contentieux climatique au monde à viser un acteur bancaire. Trois ONG - Les Amis de la Terre France, Oxfam France et Notre affaire à tous – assignent BNP Paribas en justice ce jeudi 23 février pour non-respect de la loi sur le devoir de vigilance et pour sa responsabilité dans la...

Publicite marques logo surconsommation istock Onur Hazar Altindag

Comment Sleeping giants mine les revenus publicitaires des médias controversés

Ce sont des lanceurs d'alerte. Les Sleeping Giants, les "géants endormis", interpellent depuis des années les entreprises qui, parfois malgré elles, ont payé un espace de publicité dans des médias controversés tels que CNews ou Valeurs Actuelles. Ce collectif de bénévoles anonymes a réussi à...

Ecole polytechnique palaiseau

LVMH renonce finalement à installer son centre de recherche sur le campus de Polytechnique

Et de deux. Après Total Énergies, il y a un an, LVMH recule à son tour. Le géant du luxe ne va finalement pas installer son centre de recherche sur le campus de Polytechnique au centre du plateau de Saclay. Le projet avait entraîné une levée de boucliers de la part d’élèves et d’anciens élèves,...

Football noel le graet FRANCK FIFE AFP

Football : Le Graët tombe face à l'affaire Zidane, mais pas face au harcèlement sexuel

Il aura fallu Zizou pour que Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), tremble. Accusé depuis des mois de harcèlement sexuel, c'est une formule "irrespectueuse" envers la légende Zinédine Zidane qui a conduit à la mise en retrait du patron de la Fédération. Malgré des...