Publié le 15 juin 2020

POLITIQUE

Emmanuel Macron sort la bande-annonce de sa relance écologique et solidaire sans en dévoiler le casting

Dimanche soir, Emmanuel Macron a en même temps précipité le déconfinement en Ile-de-France ouvrant les restaurants dès le lendemain de son allocution, et maintenu le suspense sur la nature du programme de relance. Le Président de la République la veut "écologique, souveraine et solidaire" mais, pour les annonces concrètes, il faudra patienter jusqu’en juillet.

Emmanuel Macron discours 15 juin DenisCharlet AFP
Emmanuel Macron est intervenu le 14 juin pour annoncer la fin anticipée du déconfinement.
@DenisCharlet/AFP

Dimanche 14 juin, Emmanuel Macron a pris la parole pour la quatrième fois depuis l’apparition de la crise sanitaire en France. Abandonnant les accents lyriques et guerriers des précédentes, cette allocution visait à accélérer le calendrier du déconfinement qui concerne tout le monde, à l’exception de Mayotte et de la Guyane. "Nous pourrons tourner la page du premier acte dès demain sur tout le territoire" a-t-il annoncé. Cela signifie par exemple que tous les restaurants et bars d’Ile-de-France peuvent ouvrir dès le lendemain matin sans restriction.

Quant aux écoliers et collégiens, ils retrouveront leur classe de manière "normale et obligatoire" à partir du 22 juin. Le mystère demeure sur les conditions pratiques de ce déconfinement total. Le Ministère de l’éducation nationale se refusait à préciser le 14 au soir s’il fallait ou non dépoussiérer les emplois du temps des semaines pré confinement de tous les collégiens et lycéens !

L’énergie du jour qui vient

Dans le même temps, le Président a plongé la France dans une nouvelle incertitude sur les contours du plan de relance de la France. Pas de date, pas de mesures concrètes mais des intentions : "Notre première priorité est donc d'abord de reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire", a assuré le Chef de l’État qui a déclaré qu’il voulait mettre le pays "sur un nouveau chemin pour retrouver l’énergie du jour qui vient". La sérénité du ton suffira-t-elle à rassurer les Français très inquiets des prémices d’une crise économique dont ils redoutent la brutalité ?

Les promesses d’un grand plan sur l’égalité des chances calmeront-elles la jeunesse qui manifeste pour protester contre les violences policières et le racisme ? Emmanuel Macron semble l’espérer en renouant avec la première période de son mandat où il avait réussi à convaincre Nicolas Hulot de devenir son Ministre de la transition écologique et solidaire. Celui-ci avait jeté l’éponge en août 2018 mais l’intitulé du Ministère est resté. Pour savoir comment Emmanuel Macron et son gouvernement vont leur donner une traduction concrète à ses deux concepts, il faut attendre la prochaine intervention, annoncée pour juillet.

Un nouveau pacte productif

Pour parler d’économie, le président a mis l’accent sur un futur pacte productif destiné à "tout faire pour éviter au maximum les licenciements (…) Il nous faut créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole. Par la recherche, la consolidation filière, l'attractivité et les relocalisations lorsque cela se justifie. À cet appel aux programmes économiques classiques, a succédé une dimension écologique suivie d’un appel à la solidarité avec la jeunesse "à qui nous avons tant demandé pendant ces trois derniers mois" et qui porte "la dette économique et climatique".

Mais cette promesse est loin d’être simple à tenir. D’une part, il faudra pour eux "créer les emplois de demain par la reconstruction écologique qui réconcilie production et climat, avec un plan de modernisation du pays autour de la rénovation thermique de nos bâtiments, des transports moins polluants, du soutien aux industries vertes". De l’autre, il faudra prendre "de nouvelles décisions fortes pour l'égalité des chances et lutter contre le fait que le nom, l'adresse, la couleur de peau réduisent encore trop souvent dans notre pays les chances que chacun doit avoir" ?

On attend aussi impatiemment une précision sur les moyens. Emmanuel Macron a exclu d’ajouter aux "500 milliards d’euros" dépensés pour sauver l’économie de nouvelles charges : "Nous ne financerons pas ces dépenses en augmentant les impôts", il faudra donc trouver d’autres solutions dont on imagine qu’il faut un peu de temps au président de la République pour les mettre au point.

Une relance selon les municipales

Son discours, le dernier sans doute avant le second tour des municipales avait aussi une dimension politique pour les élus locaux à qui il a promis plus d’autonomie. "L'organisation de l'État et de notre action doit profondément changer. Tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris. Face à l'épidémie, les citoyens, les entreprises, les syndicats, les associations, les collectivités locales, les agents de l'État dans les territoires ont su faire preuve d'ingéniosité, d'efficacité, de solidarité", décrit-il.

Le Président attend vraisemblablement le message des urnes pour savoir quelle est la partie de son discours sur laquelle il devra insister en juillet. En cas de triomphe électoral écologiste, les gages environnementaux prendront de l’importance. En cas d’abstention massive, il faudra sans doute parler plus clairement à la jeunesse. Et si l’opposition de droite fait un bon score, l’appel au respect de l’histoire et à celui des forces de l’ordre en sortira renforcé. Mesdames et messieurs les électeurs, faites vos jeux !

Ludovic Dupin @LudovicDupin et Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Jean Castex PM

Craignant un effondrement économique, le gouvernement mise sur un reconfinement localisé en cas de deuxième vague

Le Covid-19 n'est toujours pas une histoire ancienne. Le Conseil scientifique prévient qu'une deuxième vague devrait probablement survenir en France entre octobre et novembre. Cette fois, le gouvernement miserait sur un plan de reconfinement ciblé et localisé, bien loin du confinement de mars que...

Collage Johnson Trump Bolsonaro CCO

[Effet post Covid] L’hécatombe dans les pays dirigés par des populistes ne suffit pas à les faire tomber

A eux trois, les États-Unis, le Royaume Uni et le Brésil comptent 250 000 morts du coronavirus au 7 juillet. Ce décompte macabre témoigne des risques que font courir à leur population les dirigeants populistes de ces pays en traitant le virus par le mépris. Si Jair Bolsonaro et Boris Johnson sont...

Barbara Popili Hotel de roquelaure BertrandGuay AFP

[Édito] Plan de relance vert : et si les ministères de l’Économie et de l’Environnement finissaient par s’entendre

Pour honorer sa priorité écologique, le nouveau gouvernement va devoir aligner les stratégies de trois ministres emblématiques : Barbara Pompili en charge de l’Écologie, Brune Lemaire, Ministre de l’économie et des finances et de la relance et Agnès Pannier-Runacher à l’industrie. Leurs premières...

Technologie Europe 5G NicoElNino

[Effet Post-Covid] La France et l’Europe soignent leur indépendance industrielle et technologique

Lorsque l’économie mondiale a commencé à ralentir, l’Europe et la France ont pris conscience de leur extrême dépendance aux chaînes d’approvisionnement et aux technologies étrangères. C’est une question de souveraineté pour le Vieux Continent qui a décidé de réagir en commençant par deux secteurs :...