Publié le 11 décembre 2017

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Après cinq ans de recul, les ventes d’armes dans le monde repartent à la hausse

La Corée du Sud, en réaction à la menace de son voisin du Nord, a augmenté largement sa capacité de production, selon un rapport du Sipri. Les États-Unis continuent toutefois à caracoler en tête. La France se situe à la quatrième place après le Royaume-Uni et la Russie.

La France est le quatrième vendeur d'armes de la planète derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et la Russie.
Jan Van den Meerssche

L'industrie de l'armement sud-coréenne est en pleine expansion. C'est l'une des conclusions du rapport de l'Institut international de recherche sur la paix (Sipri), publié ce lundi. En raison de la menace de son voisin du Nord, la Corée du Sud a augmenté sa capacité de production. Elle représentait 2,2 % des ventes des 100 plus gros producteurs mondiaux en 2016 avec un chiffre d'affaires de 8,4 milliards de dollars, en hausse de 20,6 % par rapport à 2015, confortant ainsi son leadership parmi les producteurs émergents.

La menace nord-coréenne "alimente l'acquisition d'équipement militaire par la Corée du Sud, qui se tourne de plus en plus vers sa propre industrie d'armement pour répondre à la demande", relève le chercheur Siemon Wezeman. "L'augmentation de l'arsenal d'armes nucléaires de la Corée du Nord entraîne d'importants investissements [militaires] en Corée du Sud", ajoute-t-il à l'Agence France-Presse.

Les États-Unis loin devant, la France quatrième

Les exportations d'armes sud-coréennes, qui s'élevaient à 253 millions de dollars en 2006, atteignaient 2,5 milliards de dollars dix ans plus tard, selon les données officielles. Les missiles, obusiers, sous-marins et avions de guerre sud-coréens sont particulièrement appréciés en Asie du Sud-Est, en Europe de l'Est et en Amérique du Sud.

Au total, les ventes des producteurs du top 100 se sont élevées à 374,8 milliards de dollars l'an dernier, une progression de 1,9 % par rapport à 2015. Il s'agit de la première hausse annuelle après cinq années consécutives de baisse. À eux seuls, les producteurs américains représentaient 57,9 % du total, devant les Britanniques (9,6 %), les Russes (7,1 %) et les Français (5,0 %).

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...

Guerre ukraine nestle russie boycott FABRICE COFFRINI AFP

Nestlé, Leroy Merlin, Auchan... Les appels au boycott se multiplient contre les entreprises qui restent en Russie

Les réseaux sociaux sont des armes puissantes de destruction de réputation ! Nestlé renommée Nazstlé est prise massivement à partie depuis que les dirigeants ukrainiens ont dénoncé la volonté du géant suisse de l’agro-alimentaire de rester en Russie. Le groupe Mulliez, très présent dans le pays à...

Ehpad orpea pixabay

Les sombres dessous d’Orpea ont échappé aux filets de la notation RSE

Les dommages collatéraux de la chute d’Orpea s’étendent chaque jour un peu plus. La publication du livre "Les Fossoyeurs" qui dénonce les mauvais traitements des pensionnaires de ces maisons de retraite de luxe, administrées par une entreprise cotée, a entraîné le limogeage de son dirigeant, un...

Total polytechnique banderole greenpeace e73105c59b

Après deux ans de polémique, Total renonce finalement à s’installer sur le campus de Polytechnique

TotalÉnergies rétropédale. Le pétrolier devait installer un centre de recherche au sein du campus de Polytechnique mais il vient d'y renoncer face à la fronde des élèves et des ONG. Ces derniers se mobilisent depuis deux ans, dénonçant une stratégie d'influence du groupe sur "les cerveaux des futurs...