Publié le 18 novembre 2014

ENVIRONNEMENT

10 ans après l’Appel de Paris, quelle prise en compte des polluants chimiques sur la santé ?

C'était en 2004, l’Appel de Paris alertait sur l’impact de la pollution chimique sur la santé. 10 ans plus tard, les preuves scientifiques sur les causes environnementales de l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète s’accumulent. Mais ces résultats tardent à être pris en compte dans la réglementation sur les substances chimiques et dans les politiques de santé. Bilan d’une action qui veut faire reconnaître cette pollution comme un "crime contre la santé publique".

Dans cette usine de boîtes de conserve de Saône-et-Loire, du bisphnéol A était toujours utilisé en octobre 2012.
© Philippe Desmazes AFP

En 2004, l’Appel de Paris était signé par de nombreuses personnalités scientifiques internationales, par l’ensemble des Conseils de l’Ordre des médecins des 25 États membres de l’Union européenne, par 1500 organisations non gouvernementales (ONG) et par 350000 citoyens européens.

Son mot d’ordre: alerter la société sur la responsabilité des produits chimiques dans l’épidémie de maladies chroniques qui touche les pays occidentaux. Cet appel a indéniablement permis à la santé environnementale de s’inviter dans le débat public. En France, en particulier, où cette question  a été à l’ordre du jour du Grenelle de l’environnement, puis de la conférence environnementale en 2012.

 

Des évaluations toxicologiques à revoir

 

Concernant la réglementation sur les produits chimiques, l’Appel de Paris a contribué à renforcer le règlement européen Reach. Une liste de substances extrêmement nocives est en particulier établie en 2008. Cette évaluation, la plus exigeante en Europe, concerne aujourd’hui 155 substances. Si c’est dix fois plus qu’il y a 10 ans, cela reste tout de même insuffisant pour les organisations environnementales, puisqu’il y a des dizaines de milliers de substances sur le marché. 

Pour de nombreux scientifiques, la réglementation continuera d’être inadaptée tant que les évaluations toxicologiques des produits chimiques ne seront pas revues. A leurs yeux, la toxicologie classique n’est plus valable car l’importance des conséquences à faible dose, l’accumulation des produits dans les organismes et les effets cocktails sont autant de modes d’action qui ne sont pas mesurés dans les essais en laboratoire.

Mais jusqu’à présent, l’industrie bloque sur la révision des dispositifs d’évaluation. L’absence d’une réglementation ad hoc sur les perturbateurs endocriniens est un exemple emblématique du retard de la réglementation sur les connaissances scientifiques

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a opéré un virage dans la prise en compte des effets sanitaires des produits chimiques. L’interdiction du bisphénol A en 2012 est à ce titre exemplaire. Mais un exemple qui reste isolé.

 

Faire reconnaître la pollution comme "crime de santé publique"

 

Du côté de la santé,  force est de constater "l’absence de politique cohérente en matière d’environnement et de santé publique", selon Dominique Belpomme, le cancérologue à l’initiative de l’Appel de Paris. Pour les scientifiques et les écologistes, les politiques de santé doivent en effet intégrer la prévention des maladies chroniques par une action sur l’environnement.

Quant au ministère de la Santé, il reste globalement sourd aux questions de santé environnementale. "Le projet de loi de santé publique (présenté en conseil des ministres mi-octobre 2014, NDLR) est une politique de soin. Il n’y a rien sur la prévention", regrette François Veillerette, de Générations futures.

Lors du colloque anniversaire de l’Appel de Paris, qui s’est tenu le 14 novembre à la maison de l'Unesco, les défenseurs de la santé environnementale ont ouvert un nouveau champ d’action: faire reconnaître la pollution comme "crime de santé publique".    

Magali Reinert
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Bisphénol A : la course aux substituts doit s'accélérer

Tout juste confirmés par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), les risques liés au bisphénol A imposent aux industriels de chercher des alternatives. Aux Etats-Unis, l'exemple de sociétés pionnières indique que c'est possible... mais plus cher.

L'Anses alerte sur les dangers du Bisphénol A

A la vue des premiers éléments de ses travaux d'évaluation sur les risques sanitaires liés au Bisphénol A, l'agence nationale de sécurité de l'alimentation, de l'environnement et du travail, demande aux industriels de lui fournir tous les renseignements sur les produits pouvant remplacer...

Le Bisphénol A banni des biberons

La Loi Grenelle 2 suspend la fabrication, l'importation et la commercialisation des biberons au bisphénol A « jusqu'à l'adoption par l'agence française de sécurité sanitaire des aliments, d'un avis motivé autorisant à nouveaux ses opérations ». Une victoire pour le réseau santé...

L’industrie chimique pilote l’évaluation des risques des pesticides qu’elle produit

La réglementation européenne exige que toutes les études existantes soient prises en compte pour évaluer les risques d’un pesticide avant sa mise sur le marché. Pourtant, les études indépendantes de l’industrie chimique sont ignorées dans cette évaluation. La "fiabilité" des études...

Le conseiller scientifique du président de la Commission européenne, une cible idéale pour les lobbys industriels

A Bruxelles, le poste de conseiller scientifique en chef à la Commission européenne suscite la polémique. La grogne est portée par une trentaine d’ONG qui dénoncent le pouvoir confié à un seul expert. Qui, de plus, n’a de comptes à rendre qu’au président de la Commission.

Hôpital : du sang contaminé aux phtalates

A l’hôpital aussi, on est exposé à des substances de synthèse de l’industrie chimique. Les malades y côtoient des phtalates, un additif qui assouplit le plastique, et d’autres perturbateurs endocriniens (PE). Des études scientifiques établissent un lien entre l’exposition aux PE et la...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Agnes Buzyn LCI RTL

Agnès Buzyn et François de Rugy lancent une nouvelle enquête pour lever le mystère des bébés sans bras en France

Le mystère demeure sur plusieurs cas groupés de bébés nés sans bras ces dernières années en France. L’absence de réponse sur l’identification d’une cause est "insupportable" pour les ministres de la Santé et de l'Ecologie qui lancent de nouvelles investigations, comme le réclamaient des...

Emmanuel Macron Martinique Chlordecone ThomasSamson AFP

En Martinique, Emmanuel Macron qualifie la contamination au chlordécone de maladie professionnelle

Emmanuel Macron a annoncé lors de son déplacement aux Antilles, que l'État devait "prendre sa part de responsabilité" dans la pollution au chlordécone et "avancer sur le chemin de la réparation" de ses ravages. Il ouvre ainsi la voie à la reconnaissance de la contamination à cet insecticide comme...

Amiante autorisation etats unis trump

L'amiante fait son "come-back" aux États-Unis

L'Agence de protection de l'environnement aux États-Unis vient de changer les règles d'évaluation de l'amiante. La réglementation pourrait désormais autoriser la fabrication de nouveaux produits contenant cette substance cancérigène.

Michael Bloomberg Bloomberg

Michael Bloomberg met 20 millions de dollars sur la table pour démonter "les pratiques trompeuses" de l'industrie du tabac

La fondation du milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg, a dévoilé les noms des organisations choisies pour diriger STOP, une ONG dotée de 20 millions de dollars sur trois ans, chargée de dénoncer les "pratiques trompeuses" de l'industrie du tabac.