Publié le 03 mars 2015

ENVIRONNEMENT

Amazonie : la déforestation illégale enfin punie ?

Coup de filet spectaculaire au Brésil : Ezequiel Antônio Castanha, chef d'un cartel de défrichage illégal, a été arrêté le 24 février 2015. Accusé d’être responsable de 20% de la déforestation illégale dans l’État du Pará, Castanha encourt une lourde peine de prison. Cette arrestation pourrait bien mettre un terme à l'apparente impunité dont jouissent les grileiros, ce qui constitue une bonne nouvelle pour l'IBAMA (Institut brésilien de l'environnement et des ressources naturelles renouvelables).

Tracteur dans un champ de soja. L'exploitation est située dans une zone déforestée du Mato Grosso
© Rodrigo Baleia / AE / Agencia Estado / AFP

Les chiffres dévoilés par l’IBAMA, l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables, donnent le tournis : Ezequiel Antônio Castanha, chef d’un cartel de défrichage illégal, trafic de bois et de revente illégale de terres publiques, serait à l’origine de plus de 540 millions de réais de dommages environnementaux, soit 170 millions d’euros.

Selon les informations de l’institut, il serait donc responsable de 20% de la déforestation autour de l’autoroute BR-163, dans l’Etat du Pará, là où se concentrent les plus grandes zones de déforestation illégale d’Amazonie.

 

Le régime de terreur des "grileiros"

 

Les ʺgrileirosʺ, nom donné à ces défricheurs clandestins, sont nombreux en Amazonie. L’arrestation spectaculaire d’Ezequiel Antônio Castanha et de quinze membres de son cartel, le 21 février, a mis en lumière leur mode opératoire.

ʺIl a créé un régime de terreur dans la région", explique Luciano Evaristo, directeur de la Protection environnementale à l’IBAMA. "Les criminels prenaient possession des terres par les armes. Pour défricher, ils faisaient appel à une main d’œuvre locale qui travaillait dans des conditions proches de l’esclavageʺ, précise-t-il. Principal employeur de la région, Castanha imposait en outre la loi du silence aux habitants, ce qui a rendu l’enquête laborieuse.

L’organisation de Castanha opérait autour de l’autoroute BR-163, entre les villes de Novo Progresso, Itaituba et Altamira, en plein milieu de la forêt amazonienne. Le bois était revendu de façon illégale à des scieries de la région. Une étude menée par Greenpeace en mai 2014 avait d'ailleurs révélé l’ampleur du trafic de bois en Amazonie, opéré par un vaste réseau d’organisations criminelles comme celle d’Ezequiel Antônio Castanha.

Selon l’Ibama, 500 000 mètres cubes de bois scié auraient été certifiés via de faux papiers en 2013 dans les seuls États du Maranhão et du Pará. Ces certifications permettent ensuite d’exporter le bois, notamment vers la France. L’organisation de Castanha louait ou revendait également les terres défrichées à des investisseurs et exploitants, à des tarifs atteignant parfois 20 millions de réais (6,2 millions d’euros).

C’est en 2006 que l’Ibama a repéré pour la première fois les zones déforestées par l’organisation de Castanha, grâce à son système de surveillance par satellite. Visé par de nombreuses amendes pour ʺcrimes environnementauxʺ, le chef du cartel poursuivait cependant impunément son commerce. Jusqu’à ce mois de février.

ʺLes amendes ou les embargos sur les terres publiques envahies ne dissuadent pas les 'grileiros', fait remarquer Paulo Barreto, de l’institut Imazon, qui dénonce l’impunité dont bénéficient les criminels de l’environnement en Amazonie. Ce territoire gigantesque est compliqué à surveiller efficacement. Les grileiros ne paient pas leurs amendes et se débrouillent pour détourner les embargosʺ.

 

Jusqu’à 50 ans de prison pour le défricheur en série

 

Pour mettre à genou le cartel, l’Ibama a travaillé conjointement avec la Police fédérale et l’organisme de collecte des impôts. ʺEn plus des crimes environnementaux, qui ne donnent lieu qu’à des peines de prison légères, nous avons émis un mandat d’arrêt pour invasion de terres publiques, trafic illégal de bois, blanchiment d’argent et formation de cartelʺ, précise le directeur de l’IBAMA.

Ces crimes pourraient valoir au chef du cartel entre 46 et 50 ans de prison. L’opération ʺCastanheiraʺ a déjà permis d’arrêter huit membres de l’organisation depuis septembre.

ʺIl est très rare qu’un 'grileiro' aille en prison. C'est une très bonne nouvelle pour le combat contre la déforestation", se félicite Paulo Barreto. "Il faut maintenant répéter ce mode d’investigation à grande échelleʺ.

ʺNous préparons une autre opération contre une organisation similaire dans l’État du Paráʺ, révèle déjà le directeur de l’Ibama. Pour Paulo Barreto, il faut également améliorer les méthodes de surveillance de la déforestation, et actionner les autres leviers légaux à disposition contre les criminels de l’environnement, comme confisquer systématiquement les terres publiques détournées.

Aglaé de Chalus, correspondante à Rio de Janeiro
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Contre l'explosion de la criminalité environnementale, la lutte s’organise

Les chiffres sont vertigineux : la criminalité environnementale représente près de 190 milliards d’euros par an. Un marché juteux, et peu risqué pour les trafiquants. Mais la situation pourrait bien changer, notamment grâce aux actions d’Interpol et aux 35 propositions faites par un groupe...

Au Brésil, la lutte contre la déforestation n’est plus une priorité gouvernementale

La déforestation est repartie à la hausse au Brésil. Ce revirement de situation constaté l’année dernière, après 8ans de baisse, est alarmant. Tout occupée à la relance économique du pays, la présidente du Brésil Dilma Roussef, réélue le 26 octobre dernier, semble avoir relégué le dossier...

République Démocratique du Congo: la France, destination finale de bois illégaux ?

Juin 2014, port de La Rochelle. Greenpeace bloque l’accostage d’un bateau transportant du bois en provenance de République démocratique du Congo. L’ONG exige alors du gouvernement français que le règlement européen sur le bois  (RBUE) soit appliqué sans restriction. Cette décision change...

En République Démocratique du Congo, les promesses envolées de l’exploitation forestière

 

Au Congo-Kinshasa, la faiblesse de l’Etat empêche toute gestion contrôlée et durable des forêts du pays. Résultat, les exploitants forestiers en profitent et la loi qui protège la forêt est couramment bafouée. Intimidations et arrestations sommaires font la loi et les promesses de...

République Démocratique du Congo : l'impossible traçabilité des bois tropicaux

90% de la province de l’Equateur sont couverts par la forêt. Un millier d’essences y ont été recensées, une trentaine sont exploitées et quelques-unes sont protégées. Mais comment contrôler la légalité des coupes sur ce territoire de la République démocratique du Congo qui fait plus de 4...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Conseil etat wikicommons

Des ONG dénoncent un arrêté permettant de "contourner les règles environnementales" en France

Plusieurs ONG ont annoncé déposer un recours devant le Conseil d'État contre un récent décret permettant aux préfets de "déroger" à des normes, notamment environnementales, pour autoriser certains projets. Les associations craignent notamment que cela facilite les infrastructures minières en Guyane.

Mine d or Newmont au suriname Newmont Mining Corporation

Après l’annulation de la "Montagne d'or", un nouveau projet minier géant apparaît en Guyane

La commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d'un nouveau projet de mine d'or de taille industrielle, "Espérance", co-porté en Guyane par la compagnie minière américaine Newmont. Un nouveau débat s’ouvre dans le département français alors que le...

Blocage cimentiers lafarge extinction rebellion

Face aux blocages d'activistes écologistes, les cimentiers Lafarge et Cemex défendent leurs objectifs climatiques

Alors que les militants d'Extinction Rebellion ont bloqué les sites de Lafarge et Cemex mi-février pour dénoncer la pollution du BTP, les deux cimentiers défendent leurs objectifs climatiques. Cemex vient d'annoncer du béton zéro carbone d'ici 2050 quand Lafarge assure être l'entreprise la plus...

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...