Publié le 15 juin 2021

ENVIRONNEMENT

L’Europe fixe un plan " zéro pollution" d’ici 2050, un objectif ambitieux qui manque cependant d'outils concrets

Dans un plan adopté mi mai, la Commission européenne s'est fixé un cap de zéro pollution en 2050. Le premier pallier fixé à 2030 vise à éliminer de moitié les décès liés à la pollution de l'air ou les déchets en mer, en s'appuyant notamment sur une mise à jour des normes existantes. Si l'objectif est salué par les associations, celles-ci déplorent cependant un manque d'outils concerts qui risque de compromettre l'atteinte de l'objectif.

pollution industrie allemagne Pixabay @Foto-Rabe
Usines en Allemagne. Environ 9 millions de décès prématurés sont attribués à la pollution dans le monde, soit 16% des décès.
Pixabay/@Foto-Rabe

La pollution produit "15 fois plus de morts que les guerres" dans le monde, alerte l’Union européenne. Sur le Vieux continent, elle est à l'origine d'un décès sur huit. Estimant qu' "il y a une urgence à agir", la Commission a adopté mi mai un plan d'action pour atteindre un objectif "zéro pollution" de l’air, de l’eau et du sol d’ici 2050, dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe.

Bruxelles jette avant tout les bases d'un premier pallier en 2030. Le plan vise, d'ici dix ans, une réduction de 55 % du nombre de décès prématurés causés par la pollution atmosphérique par rapport à la situation actuelle, une diminution de moitié des déchets et plastiques rejetés en mer, de 30% des microplastiques dans l’environnement, ainsi qu'une baisse de 50% de l’usage des pesticides. Symbole d'une prise en compte grandissante des effets de la pollution sur les écosystèmes, le plan vise également à réduire de 25% la pollution qui menacerait la biodiversité.

Pour y parvenir, la Commission propose notamment d'aligner les normes de l'UE en matière de qualité de l'air sur les prochaines recommandations de l'Organisation mondiale de la santé et d'améliorer l'applicabilité du cadre réglementaire tout en accompagnant les autorités locales en ce qui concerne la surveillance. Parallèlement, l'institution introduira des exigences plus strictes "à la source" de la pollution, c'est-à-dire dans les secteurs tels que l'agriculture, l'industrie, les transports, les bâtiments et l'énergie, en s'appuyant sur des stratégies du Pacte vert européen comme la mobilité durable et intelligente, et les rénovations. La Commission a également annoncé la mise à jour de la liste des substances problématiques pour les eaux de surface et les eaux souterraines et la publication cette année d’une stratégie spécifique sur les sols.

Des propositions qui manquent d'outils

Si l'ambition est globalement saluée du côté des associations, celles-ci déplorent cependant l'absence d'outils concrets. "La stratégie d'aujourd'hui fixe le bon objectif pour un environnement sans produits toxiques, mais reste vague sur les détails. Nous devons aligner nos règles de qualité de l'air sur les preuves scientifiques et les meilleures pratiques mondiales. Des normes pour les véhicules comme celle d' Euro 7 doivent par exemple faire partie du dispositif", détaille Jen Mueller, coordinateur qualité de l'air au sein de l'organisation Transport & Environnement. Prévue pour 2025, la norme Euro 7 doit permettre de diminuer les niveaux de pollution tolérés et peut-être interdire la vente de certains véhicules thermiques. " Plus de surveillance et de rapports ne suffisent pas", estime quant à elle Margherita Tolotto, chargée de mission au Bureau Environnemental Européen, réseau d'organisations citoyennes environnementales en Europe. "Les citoyens et la nature ont besoin d'air pure dès maintenant", ajoute-t-elle.

D'autant plus que la Commission estime que lutter contre la pollution permettrait de faire des économies. Selon le rapport, la pollution de l’air coûte chaque année entre 330 et 940 milliards d’euros à l’Union européenne, à cause notamment du coût des soins, de la perte des récoltes ou des dommages sur les bâtiments. Investir dans l’amélioration de la qualité de l’air coûteraient entre 70 à 80 milliards d’euros par an.

Pauline Fricot, @PaulineFricot


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Espace pollution ESA

Face à la pollution dans l’espace, une économie circulaire du spatial émerge

Un peu plus de 2000 satellites en service pour des millions de déchets spatiaux. Voilà à quoi ressemble l’espace orbital aujourd’hui. Observés par les agences spatiales comme le lait sur le feu, ces débris posent avant tout des problèmes de sécurité pour les astronautes en mission ou les matériels...

IStock Delpixart pollution air paris

Pollution de l’air : la mortalité recule légèrement en Europe mais reste élevée

La mortalité liée à la pollution aux particules fines a diminué de 10% en un an en Europe, selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement publié le 15 novembre, mais elle est encore à l'origine de plus de 300 000 décès en 2019. Un chiffre qui pourrait être divisé par deux si les 27 pays...

Guyane Montagne d'or

Montagne d’or : la France attaquée devant un tribunal par une compagnie russe

La compagnie minière russe Nordgold a attaqué la France devant un tribunal suite à sa décision de mettre fin au projet de la Montagne d'or en Guyane. L'entreprise devait y exploiter les mines. Elle demande un dédommagement de quatre milliards de dollars au nom d'un accord bilatéral passé entre la...

Stocamine : la justice annule l’enfouissement définitif des 42 000 tonnes de déchets toxiques

Confinement définitif, déstockage total ou partiel ? Depuis plus de vingt ans, ces questions agitent le village alsacien de Wittelsheim mais aussi les ministres de l'Environnement successifs. Au cœur du bras de fer qui oppose élus locaux et associations environnementales au gouvernement, il y a...