Publié le 09 octobre 2018

ENVIRONNEMENT

[Infographie] Téléphone, réfrigérateur, garde-robe... un quart des émissions de CO2 des Français viennent du foyer

Acheter une télévision, un nouveau frigo, un nouveau pantalon... Des gestes loin d'être anodins à en croire une nouvelle étude de l'Ademe. Elle pointe l'empreinte carbone de nos objets du quotidien. Ils représenteraient un quart des émissions de CO2 des Français. En moyenne, chaque foyer possède 99 objets électriques ou électroniques.

L'ensemble des équipements d'une maison pèse 2,5 tonnes, soit le poids moyen d'un hippopotame.
@Pixabay

En attendant que le four préchauffe, Robert recherche sur sa tablette la recette d’un gâteau au chocolat. En fond, la télévision est allumée et le frigo lui signale que la porte est restée ouverte. Dans notre environnement, dans notre quotidien, les objets électroniques et électriques sont omniprésents. Chaque foyer pense en détenir 34. En réalité, ils en possèdent en moyenne 99. Dont six inutilisés. Or, ces objets ont un coût environnemental élevé, alerte l’Ademe, l’Agence française de l’environnement, dans une nouvelle étude*.

"L’imaginaire collectif considère que les transports ou l’habitat sont les secteurs les plus impactants. Les équipements de la maison peuvent représenter un enjeu aussi important que les autres postes en termes d’émissions. Jusqu’à 25 % environ, soit un quart des émissions par an", révèle l’Agence.

Pollution des objets du quotidien

Le fléau de l'obsolescence programmée 

Lors du processus de fabrication d’une télévision par exemple, près de 2,5 tonnes de matières premières sont utilisées. Pour tout son cycle de vie, de la matière première à la fin de vie en passant par le transport, une télévision de 11 kg émet l’équivalent d’un aller-retour Paris Nice en avion. Pour une garde-robe moyenne de 50 kg, comptez un aller-retour Paris-Montréal. 

Pour limiter notre impact, l’Ademe conseille de ne pas se suréquiper, de ne pas renouveler trop souvent ou encore d’augmenter la durée de vie des produits. Mais aujourd’hui, plusieurs industriels réduisent volontairement la durée de vie des produits pour pousser à l’achat. C’est l’obsolescence programmée. "Il faut changer l’objectif de conception, fabriquer le produit pour qu’il dure le plus longtemps possible et non l’inverse", demande Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France.

SEB et son forfait réparabilité : l'exemple à suivre

D’autant que cette démarche écoresponsable paye. En témoigne l’expérience de SEB, numéro un mondial dans le domaine du petit équipement domestique, qui propose un forfait de réparation pour tous ses produits. "On assure au client que la réparation ne dépassera pas 30 à 40 % du prix initial", explique Alain Pautrot, en charge de la satisfaction des consommateurs chez SEB. "Quand on répare un produit, on connaît son défaut. Donc on va monter en gamme pour le suivant. C’est cela qui fait qu’on est économiquement responsable et viable", explique-t-il.

Une initiative qui est pour l’instant trop isolée dans le paysage des fabricants en France. Pour pousser les autres acteurs à se lancer dans cette démarche, le gouvernement a promis que d’ici 2020, un indice de réparabilité serait affiché sur les produits électroniques et électroménagers. Le but : guider les consommateurs vers des produits plus responsables.

Marina Fabre, @fabre_marina

*La face cachée des objets : vers une consommation responsable


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Business de l air nuage entreprises pollution

Business de l'air : contre la pollution, ces entreprises vendent de l'air pur

C'est un véritable marché : l'air. Des bars à oxygène en plein pic de pollution à New Delhi, des bouteilles remplies de l'air pur des hautes montagnes... Certaines entreprises n'hésitent pas à jouer sur les peurs de la population face à la détérioration de l'atmosphère urbaine, sans aucune garantie...

Crime ecocide protection environnement terre pixabay

Rejetée par le gouvernement, la reconnaissance du crime d’écocide est loin d'être enterrée

Le 12 décembre dernier, à la veille de la clôture de la COP25, les députés français ont rejeté la reconnaissance du crime d’écocide dans le droit pénal. Mais les débats dans l'hémicycle ont fait apparaître un réel intérêt pour le sujet de façon transpartisane. Un rapport doit par ailleurs être rendu...

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP

Trois mois après un gigantesque incendie, le site Seveso de Lubrizol redémarre

En septembre dernier, un incendie sur l’usine Seveso de Lubrizol avait émis une fumée noire sur Rouen et ses alentours. Alors que l’enquête est encore en cours sur l’origine du feu, la préfecture a autorisé la réouverture du site.

Incendies forets reserve pixabay

Écocide : nouvelle tentative pour faire entrer le crime contre l’environnement dans le code pénal français

Les atteintes aux écosystèmes n'ont jamais été reconnues comme un crime dans le droit international. Mais des députés socialistes poussent en ce sens. Ils ont déposé une proposition de loi visant à reconnaître dans le code pénal français le crime d'écocide, contre l'environnement. Ce serait une...