Publié le 05 janvier 2022

ENVIRONNEMENT

Samsung, Apple, Huawei... Découvrez le classement des marques les plus réparables

Microsoft et Apple en bas du classement, Fairphone qui tire son épingle du jeu... Depuis un an, les fabricants de smartphones ou téléviseurs doivent apposer un indice de réparabilité de 1 à 10 sur leurs appareils. Si certaines marques jouent le jeu, d'autres sont encore à la traîne mais le sujet, très attendu par les consommateurs, prend de plus en plus d'ampleur. 

Reparation Bruno Germany de Pixabay 01
L’objectif de l’Etat, avec cet indice, est d’atteindre 60 % de taux de réparation des produits électriques et électroniques.
Bruno /Germany de Pixabay

L’indice de réparabilité souffle sa première bougie. Depuis douze mois maintenant, les fabricants de lave-linges, smartphones, ordinateurs portables, tondeuses à gazon et téléviseurs doivent arborer une note de 1 à 10 indiquant ainsi le degré de réparabilité de leurs appareils. Après un an à se mettre en ordre de marche, les fabricants vont faire l’objet de contrôles officiels. "L’indice est loin d’être parfait mais le bilan est positif", estime Ophélie Baguet, porte-parole de Spareka, startup qui a lancé le site indicereparabilité.fr pour mieux guider les consommateurs dans leurs achats.

Au total, plus de 1 100 notes sont référencées, soit trois fois plus qu’en juin dernier, signe que les fabricants s’emparent davantage du sujet. Le champion de la réparabilité parmi les marques tech est sans surprise Fairphone, seul téléphone éthique au monde, il est suivi par Samsung et Lenovo. En bas du classement, se trouvent Microsoft, Polaroid et Apple. Côté électroménager c’est Samsung qui remporte la palme, puis Asko et LG. Schneider est le plus mauvais élève avec Listo et Electrolux.

Marque reparable spareka

"La France est pionnière sur le sujet et inspire le Portugal, l’Allemagne ou encore l’Espagne qui vont dupliquer le dispositif. Bruxelles travaille aussi sur un indice européen", avance Ophélie Baguet. "Je ne pense pas que les consommateurs vont se détourner des marques stars comme Apple mais ces géants sont forcés de faire évoluer leurs pratiques s’ils ne veulent pas se retrouver en bas du classement". La marque à la pomme, qui était l’une des plus fermées à la réparabilité, a justement lancé fin novembre un programme de réparation en libre-service. Le fabricant va mettre à disposition des pièces officielles et communiquer des tutoriels vidéo.

Un "satisfecit artificiel" pour les fabricants

La demande des consommateurs est très forte sur ce sujet. Selon un baromètre de l’institut OpinonWay pour l’Agence de la Transition écologique (Ademe), plus de huit Français sur dix affirment qu’ils prendront en compte l’indice de réparabilité dans leurs futurs achats. L’enjeu est de taille alors que seulement un tiers des 16 millions de gros électroménagers en panne sont réparés chaque année.

Mais l’indice français fait l’objet de nombreuses critiques. "Le problème, c’est qu’il propose une moyenne basée sur plusieurs critères évalués à même importance. Pour les pièces détachées par exemple, leur disponibilité est une chose, mais leur prix joue également un rôle. Quand on sait que certaines pièces peuvent coûter jusqu’à 200 € et que l’on trouve des appareils neufs pour 300 €, on comprend que le prix puisse être l’un des freins à la réparation" explique Guy Pezaku, cofondateur et Président de Murfy.   

L’UFC-Que-Choisir a publié un rapport sur le sujet à la mi-décembre. Il estime que l’indice donne un "satisfecit artificiel" aux fabricants. Il dénonce un système de notation qui "aboutit à des absurdités" comme des smartphones très bien notés dont les pièces sont pourtant indisponibles. L’association demande aux pouvoirs publics de revoir le mode de construction de l’indice. Justement, en 2024, l’indice de réparabilité se transformera en indice de durabilité et devrait être beaucoup plus complet puisqu’il prendra en compte la fiabilité, la réparabilité ou encore l’évolutivité du produit.  

Marina Fabre Soundron @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Filiere textile relocalisation coronavirus

Réindustrialisation : un mouvement qui avance lentement mais sûrement

2021 a été une année "record" en France avec un solde positif de 120 usines créées sur le territoire, selon Trendeo. La pandémie, la guerre en Ukraine et surtout la crise environnementale poussent les entreprises à relocaliser leur chaîne d’approvisionnement. L'enjeu est de réinventer des modèles...

Laptops

Environnement : Face à la pression citoyenne et réglementaire, les fabricants d'ordinateurs doivent changer de logiciel

Conçus en partie avec du plastique récupéré ou en aluminium recyclé, emballés dans des matières végétales, les PC des grands constructeurs sont de plus en plus étiquetés "durables". Si ces produits, souvent taxés de greenwashing, ne sont qu'un petit geste pour baisser l'impact environnemental du...

Location de vetement h m DAVID THUNANDER

Location, abonnement, occasion… Comment H&M veut réduire ses émissions tout en doublant son chiffre d’affaires

Le géant suédois qui reprend des couleurs après deux années en déshérence veut passer à un "business model circulaire". Location, plateforme de seconde main, abonnement, recyclage… le numéro 2 mondial amorce un virage de taille avec, à sa tête, l’ancienne directrice développement durable du groupe....

Plastic bottles ok

Pourquoi la France devient le nouvel eldorado de l’économie circulaire

L'économie circulaire est la star des investissements étrangers en France. Eastman, Ikea, Loop... ces géants vont engager des milliards dans l'Hexagone pour développer des projets d'économie circulaire dont "la plus grande usine de recyclage moléculaire de plastiques du monde". Une opportunité pour...