Publié le 17 février 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] Paris veut devenir la capitale de la mode responsable d’ici 2024

Et si Paris devenait la vitrine de la mode durable à l'international dès 2024, à l'occasion des JO ? C'est l'objectif de l'association Paris Good Fashion qui vient d'être lancée par la mairie de Paris et soutenue par de grands noms de la mode comme LVMH, Chanel ou encore la Fondation Ellen McArthur. Experts, marques, professionnels de la mode... Chaque semaine, Novethic vous propose un signe fort qui prouve que le combat pour une transition écologique et juste trouve sa voie. 

Paris compte profiter de la tenue des Jeux Olympiques pour devenir la capitale de la mode durable.
©CC0

C’est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Le secteur textile consomme l’équivalent de 32 millions de piscines olympiques d’eau chaque année pour assurer sa production. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la mode représente 2 % des émissions globales de gaz à effet de serre et pourrait même cumuler, en 2050, 26 % des émissions. Mais c’était sans compter un mouvement qui prend de plus en plus d’ampleur, celui de la mode responsable.

Des petits créateurs écoresponsables comme l'entreprise "Les Récupérables" qui conçoit des pièces uniques à partir de vieux tissus aux Galeries Lafayette qui ont fédéré 500 marques autour du mouvement Go For Good, les initiatives se multiplient. Mais elles sont isolées. C’est pourquoi le 28 janvier à l’Institut français de la mode (IFM), la mairie de Paris, accompagnée de l’ancienne journaliste mode Isabelle Lefort, a lancé l’association Paris Good Fashion.

Paris veut reprendre le leadership

"L’objectif est de réunir tout le monde autour de la table pour que Paris devienne, en 2024, la capitale de la mode durable. La tenue des Jeux olympiques est une vitrine formidable pour reprendre le leadership sur le sujet", explique Isabelle Lefort, qui pilote le projet. De grandes maisons de luxe comme LVMH, Chanel ou Kering (qui détient notamment Gucci et Yves Saint Laurent) ont déjà rejoint ce mouvement soutenu par la Fondation Ellen McArthur, l’IFM ou encore l’Ademe.

"Paris Good Fashion réunit des professionnels de la mode, des marques, des experts… qui vont travailler à l’élaboration d’une feuille de route pour partager les bonnes pratiques", décrypte Isabelle Lefort. Cette feuille de route reposera sur trois grands thèmes : l’économie circulaire, l’approvisionnement et la traçabilité et le développement de processus plus durables tels que l’énergie, la distribution ou la communication.

Des engagements mais pas de contrainte

"Nous attendons des engagements ambitieux mais réalistes", affirme à Novethic Antoinette Guhl, adjointe à la Mairie de Paris chargée de l'Économie sociale et solidaire, de l'innovation sociale et de l'économie circulaire. "Ce mouvement répond à un besoin des acteurs de la mode de pouvoir s'engager collectivement sur le gaspillage vestimentaire, le choix des matières premières ou encore l'événementiel"

Ici pas de contrainte, les marques s'engageront à leur rythme selon leurs problématiques. Mais elles devront s'y tenir pour répondre à la fois à la pression des consommateurs, de plus en plus conscients des enjeux écologiques de ce secteur, et à la fois au législateur. Cet été, le gouvernement devrait présenter le projet de loi sur l’économie circulaire qui prévoit d’interdire aux marques de jeter ou brûler leurs invendus. Une pratique, marginale, mais encore employée chez les maisons de luxe. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Zero dechet grande distribution

[Bonne nouvelle] Dans cet Hyper U, 95 % des déchets sont valorisés

Dans le quatrième plus grand Hyper U de France, on lutte drastiquement contre les déchets alimentaires. Le magasin valorise désormais 95 % de ses invendus. Dons aux associations, paniers Too Good To Go, méthanisation des biodéchets non comestibles... La clé est de multiplier les solutions.

Les Alchimistes compostage ville

[La vidéo des solutions] Avec les Alchimistes, le compostage en circuit court devient fertile

C'est un terreau fertile. La startup spécialisée dans le compostage micro-industriel en circuit-court les Alchimistes vient de lever 2,4 millions d'euros pour changer d'échelle. L'entreprise qui mise sur l'emploi local et la multiplication de petits sites de valorisation des biodéchets dans...

Interdiction de jeter les invendus vestimentaires loi economie circulaire

Loi économie circulaire : l'interdiction de détruire les invendus va booster le marché de l'anti-gaspillage vestimentaire

C'est désormais acté. Les marques auront interdiction de jeter ou brûler leurs invendus non alimentaires à partir de 2022. Le réveil est douloureux pour le secteur du textile qui s'est inégalement préparé à cette nouvelle mesure. Pour leur simplifier la tâche, des "facilitateurs" comme Comerso ou...

Bouteilles plastique pollution

Nestlé veut développer un grand marché du plastique recyclé alimentaire

1,8 milliard d'euros. Voici la somme que Nestlé va dédier au développement du marché de plastique recyclé alimentaire. Le géant s'engage à réduire d'un tiers son utilisation des plastiques vierges d'ici 2020 avec pour objectif, cinq ans plus tard, d'avoir 100 % de ses emballages recyclables ou...