Publié le 10 mars 2021

ENVIRONNEMENT

Michelin multiplie les partenariats pour produire des pneus "100% durables" à horizon 2050

Les pneus Michelin seront composés intégralement de matériaux durables d'ici 2050, a promis le géant français des pneumatiques. Ces pneus devraient être issus de déchets végétaux, de matières recyclées ou renouvelables. Pour ce faire, le géant des pneumatiques va s’appuyer sur sa recherche et développement mais aussi sur de multiples partenariats.

Le pneu concept Michelin
Le pneu concept Vision illustre le modèle de développement durable de Michelin dans le domaine du pneumatique à horizon 2050
@michelin

Un pneu 100% durable ? C’est possible ! Michelin l’a rêvé en 2017 avec son pneu Vision sans air, connecté et rechargeable. Mais il faudra attendre...2050 pour qu’il devienne réalité. Dans un communiqué, le groupe français annonce orienter ses recherches en développement sur des pneus Michelin composés entièrement de matériaux durables (renouvelables, recyclés ou biosourcés).

L’horizon de temps peut paraître éloigné, mais "le pneu Michelin est un objet de haute technologie", justifie le groupe. A lui seul, un pneumatique comprend plus de 200 ingrédients. En plus du caoutchouc naturel qui constitue l’élément principal, on trouve du caoutchouc synthétique, du métal, du textile, des éléments visant à renforcer sa structure à l’exemple du noir de carbone ou de la silice, ou encore des plastifiants pour les résines…

Une recette complexe

Aujourd’hui, près de 30% des composants entrant dans la fabrication des pneumatiques produits par le groupe Michelin sont déjà composés de matériaux durables, d’origine naturelle ou recyclés. Mais pour augmenter la proportion, Michelin doit accélérer les recherches sur les alternatives. C’est l’objectif de sa direction R&D. Mais ses 6 000 personnes réparties dans le monde ne suffisent pas : le groupe mise aussi sur les partenariats avec d’autres entreprises et organismes de recherche.

Le groupe compte par exemple développer la production biosourcée d'un composant du caoutchouc synthétique, le butadiène, qui est pour le moment issu du pétrole. "Grâce à de la biomasse issue de déchets végétaux (bois, écorces de riz, feuilles et tiges de maïs), 4,2 millions de tonnes de copeaux de bois pourraient être intégrés dans les pneus Michelin chaque année", souligne le groupe. Il travaille à cette solution avec les sociétés Axens et IFP Energies Nouvelles.

Des partenariats multiples

D’autres composants du caoutchouc synthétique peuvent être fabriqués à base de produits recyclés comme le styrène qui peut utiliser d’anciens emballages (pots de yaourt, barquettes alimentaires) ou panneaux isolants. Sur cet ingrédient, Michelin a choisi de travailler en partenariat avec la société canadienne Pyrowave, qui doit lancer un démonstrateur en France d'ici 2023. Autre piste : le recyclage d’objets en plastique PET pour fabriquer le fil polyester essentiel pour le pneu. Pour cela, Michelin mise cette fois sur la startup française Carbios dans laquelle elle a investi. Celle-ci a inventé un procédé révolutionnaire permettant à des enzymes de digérer le PET et de restituer la matière sous sa forme originelle.

Pour la fin de vie des pneus, le groupe s'appuie sur l'économie circulaire. Il a lancé début février, la construction au Chili de sa première usine de recyclage, avec la société suédoise Enviro, qui a développé une technologie brevetée permettant de récupérer le noir de carbone, l’huile de pyrolyse, l'acier et le gaz des pneus usagés. Cette usine va transformer les pneus fatigués du génie civil en plusieurs produits à base de caoutchouc, comme des pneus ou des courroies permettant le transport de marchandises dans l’industrie. Enfin, Michelin participe au consortium européen BlackCycle qui réunit 13 acteurs publics et privés avec l'ambition de créer des matières premières régénérées à partir de pneus usés.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Fairtec

Fairphone, Commown, Telecoop... le monde de la téléphonie responsable crée un collectif

FairTec. Voici le nom du collectif formé par des entreprises européennes du numérique et de la téléphonie responsable. Du fabricant de smartphone éthique Fairphone en passant par le service de location Commown jusqu'au système d’exploitation /e/OS, cette nouvelle coalition propose une offre...

Reparation Bruno Germany de Pixabay

La France veut donner de la visibilité à son indice réparabilité pour lutter contre l'obsolescence programmée

Cinq mois après avoir rendu obligatoire l'indice de réparabilité sur les téléphones, les ordinateurs ou les lave-linge, le gouvernement entend faire mieux connaître ce nouvel affichage en lançant une grande campagne de sensibilisation. L'enjeu est de guider les consommateurs tout en poussant les...

Pollution plastique flockine de Pixabay

Loi anti-gaspillage : La France vise une réduction de 20 % des emballages plastiques à usage unique d’ici 2025

La France, qui revendique être le premier pays à s'engager à sortir du plastique à usage unique, a fixé la date butoir de 2040 pour dire au revoir aux tubes de dentifrices, bidons de lessive, paquets de biscuits... Pour y parvenir, le gouvernement pose des jalons avec un objectif de réduction de 20...

Arusha Panafrica HD consigne

Jeans, collants et baskets consignés… Une nouvelle tendance contre la mode jetable

1083, Atelier Unes, Panafrica... Les marques de mode éthique sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers la consigne. Les consommateurs peuvent désormais renvoyer leurs jeans, collants ou baskets usagés qui seront transformés en de nouvelles créations. Une manière pour les marques d'assumer la...