Publié le 24 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

Loop, la plateforme qui veut mettre le e-commerce en vrac

Du e-commerce zéro déchet, voilà l’ambition d’une nouvelle plateforme de vente en ligne impliquant Carrefour, Procter & Gamble, Unilever, Mondelez International ou Suez auprès de TerraCycle. Lancé médiatiquement à Davos, Loop sera disponible en mai en expérimentation pilote à Paris et New York. Objectif : séduire des consommateurs hors du circuit de niche du vrac et enclencher un cycle vertueux de réduction d’emballages chez les géants de l’agroalimentaire et de la cosmétique.

Commerce vrac alimentation aetb
25 multinationales telles que PepsiCo, Unilever, Neslté, carrefour ou Mondelez s'associent pour sensibiliser leurs consommateurs au vrac via une plateforme dédiée
@aetb

Sus aux emballages. Face à l’amoncellement des déchets plastiques et autres cartons, les consommateurs deviennent de plus en plus sensibles à l’appel du zéro déchet. Et les industriels se voient pressés de trouver des alternatives.

La plateforme de e-commerce Loop, présentée ce 24 janvier à Davos, espère faire partie de la solution. Initiée par l’entreprise TerraCycle qui travaille sur le zéro déchets dans une vingtaine de pays dans le monde, elle réunit les 25 géants mondiaux de l’agroalimentaire, de la cosmétique et de la distribution parmi lesquels Unilever, Procter & Gamble, Carrefour, Mondelez International, The Body Shop, UPS et Suez. Le concept mise sur une écologie circulaire 2.0 en mixant le commerce en ligne au recyclage et à la vieille pratique de la consigne.

Transformer le marché 

En mai prochain, il sera donc possible de commander en ligne biscuits, pâtes, shampoing ou produits de beauté (en tout une centaine de produits de consommation courante) conditionnés dans des emballages durables, réutilisables (au minimum 100 fois) et consignés. Une fois les produits terminés, les contenants vides seront récupérés chez les consommateurs, nettoyés, remplis de nouveau et réexpédiés.

Pour TerraCycle, l’appel à des multinationales garantit à la fois la visibilité de l’initiative auprès du grand public et sa sensibilisation à un nouveau mode de consommation et une capacité de transformation du marché à grande échelle, à l’heure où le vrac et la consigne reste encore des marchés de niche.

Quant aux industriels et distributeurs, ils y voient l’occasion de valoriser leur politique environnementale. "Ce type de démarche s’inscrit dans notre stratégie de réduction et de recyclabilité des emballages (moins 65 millions de kilos d’ici 2020 et une recyclabilité totale d’ici 2025) et plus largement, dans notre stratégie valorisant la production durable de nos biscuits. Cela va nous permettre de tester un procédé innovant qui pourrait être déployé à plus de produits et de marques en cas de succès", assure Charlotte Verhaeghe, general manager de Mikado, en charge de la politique développement durable de Mondelez Europe.

Le défi de l’impact

"C’est à nous distributeurs et grands producteurs de joindre nos forces et de prendre ce risque car cela implique des changements de production qui ne sont pas, à ce stade, tenables par des PME", souligne ainsi Bertrand Swiderski, directeur développement durable de Carrefour. Le distributeur va proposer plusieurs références en marque propre, notamment en bio, et s’occuper de la logistique, en utilisant son canal de livraison habituel.

Si Loop se présente en innovation "disruptive", elle devra néanmoins encore relever plusieurs défis pour être réellement avoir un impact environnemental significatif. À ce stade, certains produits seront encore emballés de façon individuelle, notamment du fait du court délai laissé aux marques pour trouver des alternatives.

Le concept devra aussi convaincre les consommateurs sur le long terme car, selon l’analyse de cycle de vie réalisée par Terra cycle, c’est au bout du cinquième cycle de réutilisation que l’impact environnemental commence à être moins important qu’un produit traditionnel et au bout du 25e qu’il permet une réduction de 50 % (1) de cette empreinte. Une marge de manœuvre existe néanmoins sur les transports et sur les process industriels, qui pourraient tous deux être optimisés. Voire généraliser le procédé du vrac et de la consigne dans les supermarchés... 

La plateforme lancée en mai fera office d’expérience pilote. Un point d’étape sera réalisé en septembre 2019 pour faire le point et décider de l’avenir du projet. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud 

(1)    L’analyse de cycle de vie réalisée par terra Cycle est disponible ici


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Brune poirson consigne ministereTE

Brune Poirson veut développer la consigne sur les emballages plastiques

La directive européenne sur le plastique fixe des objectifs élevés de collecte et de recyclage. Pour les atteindre, Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, veut imposer un système de consigne sur les emballages. Elle a lancé un comité de...

La destruction des invendus non alimentaires va e tre plus complique e que pre vu

Vêtement, cosmétique, électronique : l'interdiction de détruire les invendus va être beaucoup plus compliquée que prévu

Les critiques fusent concernant le projet de loi anti-gaspillage. Les experts en droit de l'environnement affirment que la mesure n'interdira ni l'incinération, ni la destruction des invendus. Les associations s'inquiètent du peu de détails fournis. Quant aux enseignes, elles veulent qu'une...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Lutte contre le gaspillage : Édouard Philippe veut obliger à recycler les produits non alimentaires invendus

Le Premier ministre a présenté à Paris un futur dispositif prévu dans la loi sur l’économie circulaire. Édouard Philippe prévoit d’interdire aux fabricants de produits non alimentaires de détruire ou mettre en décharge leurs invendus, d’ici 2021 et 2023 selon les filières. Les industriels devront...

Economie circulaire istock BsWei

Économie circulaire : le projet de loi qui doit remettre le gouvernement sur les rails de l’écologie

C’est un projet de loi considéré comme très ambitieux sur l’économie circulaire qui est arrivé le 3 juin devant le Conseil national de la transition écologique (CNTE) et d’ici un mois au Conseil des ministres. Le texte qui a fuité a pour socle le principe du pollueur-payeur. Il met clairement...